Pascal Beaudet (PC), ancien maire d’Aubervilliers de 2003 à 2008, se présentait contre le maire sortant Jacques Salvator (PS). Le duel était serré, 0,8% les séparaient au premier tour. Le PC vient de reprendre la mairie à 44% contre 38%.

« Tu sais pour qui voter, hein ? » L’injonction se fait gentiment insistante, en face de ce bureau de vote albertivillarien. De la journée s’est dégagée à Aubervilliers une véritable tension, à l’image du climat entourant ce deuxième tour.

Dans la ville, on ne parle plus seulement de Pascal Beaudet (PCF) et de Jacques Salvator (PS). Le vocabulaire est subtil, presque codé. Le rouge, le rose. L’actuel, l’ancien. On croise, ici et là, des élus, actuels, passés. Futurs ? Ils l’espèrent, ne pensent qu’à ça. « Le pouvoir, l’argent, les postes : c’est le jour où on remet en jeu tout ça », confirme l’un des anxieux.

Au bureau de vote de Robespierre, des représentants de chacun des camps. Ils demandent le silence, s’énervent contre « ceux qui racolent devant le bureau de vote », refusent que cet homme accompagne son jeune fils, néo-électeur, dans l’isoloir.

Il est 21 heures quand les premiers résultats tombent. Chaque bureau de vote compte ses 100 premiers scrutins et les communique à la mairie. À l’Hôtel de ville, la stupéfaction. « Beaudet est en tête de 10 points », nous souffle un cadre bien informé.

L’heure semble donc à l’alternance à Aubervilliers. La liste communiste semble avoir bénéficié d’une dynamique anti-Salvator dans la ville. La mobilisation d’un certain nombre d’abstentionnstes semble avoir profité à une opposition, de même que le report des voix de la liste citoyenne 100% Aubervilliers.

Devant la mairie, quelques centaines de citoyens sont venus se masser pour apprendre les résultats, tâter l’ambiance. Les élus socialistes font les cent pas, rentrent et sortent de l’Hôtel de Ville, regardent, l’air tendu, à la fenêtre. Il est 22 heures et le bruit se diffuse dans la foule. Après huit ans d’intermède socialiste, Aubervilliers semble être redevenu un bastion communiste.

Ilyes Ramdani

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021