Pascal Beaudet (PC), ancien maire d’Aubervilliers de 2003 à 2008, se présentait contre le maire sortant Jacques Salvator (PS). Le duel était serré, 0,8% les séparaient au premier tour. Le PC vient de reprendre la mairie à 44% contre 38%.

« Tu sais pour qui voter, hein ? » L’injonction se fait gentiment insistante, en face de ce bureau de vote albertivillarien. De la journée s’est dégagée à Aubervilliers une véritable tension, à l’image du climat entourant ce deuxième tour.

Dans la ville, on ne parle plus seulement de Pascal Beaudet (PCF) et de Jacques Salvator (PS). Le vocabulaire est subtil, presque codé. Le rouge, le rose. L’actuel, l’ancien. On croise, ici et là, des élus, actuels, passés. Futurs ? Ils l’espèrent, ne pensent qu’à ça. « Le pouvoir, l’argent, les postes : c’est le jour où on remet en jeu tout ça », confirme l’un des anxieux.

Au bureau de vote de Robespierre, des représentants de chacun des camps. Ils demandent le silence, s’énervent contre « ceux qui racolent devant le bureau de vote », refusent que cet homme accompagne son jeune fils, néo-électeur, dans l’isoloir.

Il est 21 heures quand les premiers résultats tombent. Chaque bureau de vote compte ses 100 premiers scrutins et les communique à la mairie. À l’Hôtel de ville, la stupéfaction. « Beaudet est en tête de 10 points », nous souffle un cadre bien informé.

L’heure semble donc à l’alternance à Aubervilliers. La liste communiste semble avoir bénéficié d’une dynamique anti-Salvator dans la ville. La mobilisation d’un certain nombre d’abstentionnstes semble avoir profité à une opposition, de même que le report des voix de la liste citoyenne 100% Aubervilliers.

Devant la mairie, quelques centaines de citoyens sont venus se masser pour apprendre les résultats, tâter l’ambiance. Les élus socialistes font les cent pas, rentrent et sortent de l’Hôtel de Ville, regardent, l’air tendu, à la fenêtre. Il est 22 heures et le bruit se diffuse dans la foule. Après huit ans d’intermède socialiste, Aubervilliers semble être redevenu un bastion communiste.

Ilyes Ramdani

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022