Samedi matin à Bondy, en plus du poisson et des caleçons rideaux « tue l’amour » du marché, on pouvait trouver, un peu à l’écart des étals, au bar du Moulin, un petit café Sarko, une manière un peu « tendance » de militer. Des élus UMP micro à la main s’adressent aux badauds qui les entourent, attentifs aux discours de ces tribuns et aux collations qui tournent; boissons des plus délicieuses au regard de certaines mines réjouies. Tout a meilleur goût quand c’est gratuit.

Il n’y a pas foule au bar du moulin, une vingtaine de personnes tout au plus. « Mais les gens viennent et repartent » m’affirme Georgia Vincent, élu UMP de Bondy. Preuve à l’appui, les 78 signatures de soutien au candidat UMP récoltées dans la matinée. Les personnes âgées représentent une grande majorité du contingent réuni au bistrot; exception faite de deux juniors, sympathisants UMP : notre Kamel El Kozy et un dénommé Karim qui a pris sa carte parce que « droit rime avec devoir » dit-il. Il y a également un jeune couple, attablé  devant une pizza rongée, pris au piège par l’événement tellement ils ont l’air d’avoir mal à la tête : « on revient de boite » précise le jeune homme, « on ne savait pas qu’il y avait ce truc, sinon moi Sarkozy je l’aime bien ». Avis que ne partage pas la jeune fille en survie, enlacée dans ses bras.

Eric Raoult, maire du Raincy, conclut ce café Sarko en parlant de sécurité. Pour faire bref, le problème, d’après ce que j’ai choppé au vol des cinq dernières minutes, ce sont les petits de douze ans qui agressent les mémés et qui savent qu’ils ne seront pas punis parce qu’ils ne sont pas responsables devant la loi. En sortant du bar, le député UMP très sollicité, essaye de répondre à toutes les demandes : tel veut lui parler de la dévalorisation des diplômes, tel autre d’un rendez-vous à la mairie du Raincy.

« Très peu de jeunes sont venus ce matin » confie Georgia Vincent avant de donner son analyse du peu d’intérêt de la jeunesse bondynoise pour cette manifestation : « plusieurs réactions peuvent être observées. Certains ont une attitude de rejet, prennent le tract et le jettent un peu brusquement. D’autres affirment vouloir se battre contre lui (ndlr : Sarkozy), se confronter à ses idées. C’est normal, ces jeunes ont plutôt une sensibilité de gauche et habitent dans un département rebelle… »

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021