Municipales obligent, les rédacteurs en chef du Bondy Blog ont demandé aux blogueurs de commencer sérieusement à s’intéresser à la vie politique de Bondy, chose qui me serait certainement passée au-dessus de la tête si je ne faisais pas partie de l’équipe. Du coup, en conférence de rédaction, les rôles sont distribués : « Qui s’occupe du PS ? De l’UMP ? Du FN ? »

Une feuille tourne alors de main en main annonçant une réunion de « Bondy autrement », liste dite de gauche citoyenne, alternative et participative. Un concurrent direct à l’indétrônable PS bondynois. Après une très longue hésitation, j’accepte de faire le sujet, pas à contrecœur, mais presque. Ce genre de réunion tous partis confondus, cela me semble, en général, comment dire… lourd !

Sur le tract, le programme de la réunion contient trois grandes problématiques : comment répondre aux besoins des demandeurs de logement ? Comment enfin aménager la ville avec ses habitants ? Quelle place pour la voiture et comment favoriser des circulations douces d’utilisation des transports en commun ?

Lorsque j’arrive au lieu du rendez-vous, la réunion a déjà commencé. Je viens de louper la première problématique, celle je trouvais la plus intéressante. De ce qui ressort des deux autres, la quinzaine de personnes présente évoque surtout des cas concrets des difficultés que rencontrent les Bondynois.

Le prix de l’eau, les travaux interminables et pas toujours cohérents, les problèmes de parking, les squats dans les halls, le bus communal, les aménagements pour handicapés, les pistes cyclables qui empiètent sur les piétons à la place des voitures : tout y passe. Mais ne pas s’y tromper ! Les dysfonctionnements constatés ont l’avantage pour « Bondy autrement » de remettre en cause à chaque fois la municipalité actuelle.

Justement, en discutant avec la tête de liste de « Bondy autrement » Vincent Duguet, par ailleurs adjoint au maire, je lui demande ce qui les différencie de la liste sortante ? Pour lui, sa liste propose une vraie démocratie participative. Le projet ANRU (rénovation urbaine), par exemple, serait une aberration : même s’il y a eu des réunions de quartiers, le projet s’est fait sans les habitants. Ainsi donc, en se présentant sur une autre liste, Vincent Duguet essaie-t-il de faire changer les choses, ce qu’il ne n’a pas pu « de l’intérieur » auparavant.

Un peu plus loin, je reconnais un jeune qui se trouvait dans mon collège. Ça m’intrigue. Qu’est-ce qu’il peut bien faire là ? C’est pas pour les jeunes, y a que des vieux ici ! En parlant tout les deux, nous tombons d’accord : les sujets du soir sont loin d’être les plus intéressants. Florian m’explique que son implication est surtout dirigée vers les jeunes. Il est sur la liste de « Bondy autrement » car il aimerait vraiment que les choses bougent dans sa ville. Il dresse d’ailleurs le constat qu’à Bondy se trouve 200 associations mais que personne ne les connaît. 

D’après Florian, il y aurait également trop de communautarisme et un manque flagrant de brassage. « Il y a tellement de choses à faire, mais les jeunes ne le savent pas. » Développer la communication des associations à Bondy avec des idées simples, comme « une newsletter par exemple ! », serait une des solutions. La priorité absolue de Florian est donc les jeunes, et pour lui il faut s’occuper des « galériens ». Comment ?

Une autre idée toute simple selon lui : Bondy possède un super palais des sport, alors pourquoi ne pas faire un concert tous les mois et former puis employer des jeunes pour qu’ils aient quelque chose à faire qui les intéresse en plus ! « Au lieu de tout ça, on possède une dizaine de policiers municipaux ; si à la place on mettaient des éducateurs, ce serait beaucoup mieux ! »

Chou Sin

 

Chou Sin

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021