« Martine, Christiane, Anne, nous ne sommes pas prêts d’oublier cette image ! » C’est ainsi que Jean-Marc Germain, député socialiste des Hauts-de-Seine, conclut le « carrefour des gauches et de l’écologie », le rendez-vous du camp « rose, rouge, vert », à Bondy (Seine-Saint-Denis), ce samedi.

Une « image », l’image d’une gauche unie bien que plurielle, l’opération com’ aura au moins servi à ça. Aubrystes, frondeurs du PS, écologistes, et même communistes par la voix du porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles, tous ont répondu présent à l’appel de la maire de Lille. L’affiche est belle. Les « guest-stars » comme la maire de Paris, Anne Hidalgo, mais surtout l’ancienne Garde des Sceaux, Christiane Taubira, très applaudie par les quelque 300 personnes présentes lors de son intervention dans l’après-midi, représentent encore un petit espoir pour ceux qui à gauche, ne veulent ni de François Hollande, ni de Manuel Valls pour 2017.

Sans rassemblement, on va à la catastrophe

Le symbole est fort à cinq mois de la présidentielle et à huit semaines de la primaire du PS. Mais tout ça pour quoi faire ? « Notre responsabilité est grande. Il ne faut pas attendre juin 2017 pour nous retrouver à nouveau ! » justifie Martine Aubry. La droite est aux portes du pouvoir. La maire de Lille ne manque pas d’attaquer de front François Fillon, favori de la primaire de la droite, le qualifiant d’« homme profondément archaïque et réactionnaire », « resté dans les années 60 », appelant les Français à « ouvrir les yeux » face au risque « d’une droite d’extrêmes et d’une extrême droite. »

« Sans rassemblement de la gauche, on va à la catastrophe, prévient-elle. Personne ne peut penser qu’on laisse passer une élection (…) C’est maintenant qu’il faut se battre pour essayer de gagner ». Gagner sans l’actuel Premier ministre, ni Emmanuel Macron, deux figures contre qui la socialiste enchaîne les coups, et en épargnant dans le même temps François Hollande. Plus tôt dans la journée, Claude Bartolone s’était fait remarquer en appelant le président de la République, Manuel Valls et l’ancien ministre de l’Économie à participer à la primaire organisée de gauche.

Forcément, la question du débouché politique de cette journée se pose. Christiane Taubira n’a rien laissé transparaître de ses intentions, alors que dans la salle, certains espèrent qu’elle se lance dans la course à l’Élysée. Quant à Martine Aubry, lorsque les journalistes lui demandent si, de ce rassemblement sortira un candidat, elle répond par une pirouette. « Nous sommes tous des candidats. Nous sommes pour une candidature collective. La candidature que nous déclarons, ici, à Bondy, c’est celle des idées et des valeurs ». Il faudra donc se contenter de cette réponse, pour l’instant.

Leïla KHOUIEL

Articles liés

  • Oui aux statistiques ethniques, mais pas n’importe lesquelles

    Suite à la mort de George Floyd et les manifestations qui en ont suivi, la question des statistiques ethniques a refait surface en France. Face aux violences policières, elles pourraient se révéler comme étant un outil essentiel afin de lutter contre le racisme. C'est en tout cas l'avis de Mara, lycéenne et membre de l'équipe du BB. 

    Par Mara Lutonadio
    Le 26/07/2020
  • Seine-Saint-Denis : 55 millions d’euros pour rebondir après la crise

    L’assemblée départementale a voté mercredi matin à l’unanimité un « plan de rebond » destiné à soutenir les habitants et acteurs de de la Seine-Saint-Denis, touchés de plein fouet par l’épidémie de Covid-19. Doté de 55 millions d’euros, il sera activé à travers trois fonds d’aides qui financeront des projets dans les domaines de la solidarité, la culture, le sport ou encore l’économie sociale et solidaire.

    Par Julie Déléant
    Le 09/07/2020
  • Nadia Hai, la Macronie à l’oeuvre

    Nadia Hai est la nouvelle ministre de la Ville. Après le mandat improductif d’un Julien Denormandie pourtant salué pour son sens du dialogue, Emmanuel Macron a choisi le profil de macroniste pur jus de cette ancienne banquière propulsée députée en 2017. Un choix visiblement peu préparé qui a suscité en moins de vingt-quatre heures de l’étonnement, des critiques et une démission.

    Par Ilyes Ramdani
    Le 08/07/2020