« Martine, Christiane, Anne, nous ne sommes pas prêts d’oublier cette image ! » C’est ainsi que Jean-Marc Germain, député socialiste des Hauts-de-Seine, conclut le « carrefour des gauches et de l’écologie », le rendez-vous du camp « rose, rouge, vert », à Bondy (Seine-Saint-Denis), ce samedi.

Une « image », l’image d’une gauche unie bien que plurielle, l’opération com’ aura au moins servi à ça. Aubrystes, frondeurs du PS, écologistes, et même communistes par la voix du porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles, tous ont répondu présent à l’appel de la maire de Lille. L’affiche est belle. Les « guest-stars » comme la maire de Paris, Anne Hidalgo, mais surtout l’ancienne Garde des Sceaux, Christiane Taubira, très applaudie par les quelque 300 personnes présentes lors de son intervention dans l’après-midi, représentent encore un petit espoir pour ceux qui à gauche, ne veulent ni de François Hollande, ni de Manuel Valls pour 2017.

Sans rassemblement, on va à la catastrophe

Le symbole est fort à cinq mois de la présidentielle et à huit semaines de la primaire du PS. Mais tout ça pour quoi faire ? « Notre responsabilité est grande. Il ne faut pas attendre juin 2017 pour nous retrouver à nouveau ! » justifie Martine Aubry. La droite est aux portes du pouvoir. La maire de Lille ne manque pas d’attaquer de front François Fillon, favori de la primaire de la droite, le qualifiant d’« homme profondément archaïque et réactionnaire », « resté dans les années 60 », appelant les Français à « ouvrir les yeux » face au risque « d’une droite d’extrêmes et d’une extrême droite. »

« Sans rassemblement de la gauche, on va à la catastrophe, prévient-elle. Personne ne peut penser qu’on laisse passer une élection (…) C’est maintenant qu’il faut se battre pour essayer de gagner ». Gagner sans l’actuel Premier ministre, ni Emmanuel Macron, deux figures contre qui la socialiste enchaîne les coups, et en épargnant dans le même temps François Hollande. Plus tôt dans la journée, Claude Bartolone s’était fait remarquer en appelant le président de la République, Manuel Valls et l’ancien ministre de l’Économie à participer à la primaire organisée de gauche.

Forcément, la question du débouché politique de cette journée se pose. Christiane Taubira n’a rien laissé transparaître de ses intentions, alors que dans la salle, certains espèrent qu’elle se lance dans la course à l’Élysée. Quant à Martine Aubry, lorsque les journalistes lui demandent si, de ce rassemblement sortira un candidat, elle répond par une pirouette. « Nous sommes tous des candidats. Nous sommes pour une candidature collective. La candidature que nous déclarons, ici, à Bondy, c’est celle des idées et des valeurs ». Il faudra donc se contenter de cette réponse, pour l’instant.

Leïla KHOUIEL

Articles liés

  • « Les musulmanes sont victimes lorsqu’elles sont silencieuses, soldates de l’islam politique lorsqu’elles parlent »

    Alors que le Sénat examine le projet de loi renforçant les principes républicains (contre le 'séparatisme'), les discussions autour d'amendements portés la droite alimentent la polémique, notamment chez les observateurs internationaux. L'interdiction des femmes qui portent le voile d'accompagner les sorties scolaires cristallise un nouveau virage dans la confusion volontaire entre laïcité et neutralité. Aïcha Bounaga, chercheuse en sciences politique à Sciences Po Bordeaux analyse cette mise au pas violente, notamment pour les musulmanes. Entretien.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 09/04/2021
  • C’est une bonne situation, ça, énarque ?

    Ce jeudi 8 avril, le président de la République devrait annoncer la suppression de l'ENA (École Nationale d'Administration), dans le cadre d'une grande réforme de la haute fonction publique afin d'assurer plus d'inclusivité au sein des sphères décisionnelles encore trop fermées. Pour notre rédactrice Eugénie Costa, cela ne suffira pas à régler le problème bien plus profond de la représentativité et de la diversité des élites. Billet.

    Par Eugénie Costa
    Le 08/04/2021
  • “La lutte contre le séparatisme a pris le dessus sur l’égalité des chances”

    Alors que l'espace médiatique a été occupé ces dernières semaines par la thématique du séparatisme, le gouvernement a aussi annoncé dans le même temps des mesures sociales en faveur des quartiers populaires et de l'égalité des chances. Des mesures passées presque inaperçues, qui cachent mal le tournant vers la droite du gouvernement Macron. Analyse.

    Par Hervé Hinopay
    Le 22/02/2021