« Martine, Christiane, Anne, nous ne sommes pas prêts d’oublier cette image ! » C’est ainsi que Jean-Marc Germain, député socialiste des Hauts-de-Seine, conclut le « carrefour des gauches et de l’écologie », le rendez-vous du camp « rose, rouge, vert », à Bondy (Seine-Saint-Denis), ce samedi.

Une « image », l’image d’une gauche unie bien que plurielle, l’opération com’ aura au moins servi à ça. Aubrystes, frondeurs du PS, écologistes, et même communistes par la voix du porte-parole du PCF, Olivier Dartigolles, tous ont répondu présent à l’appel de la maire de Lille. L’affiche est belle. Les « guest-stars » comme la maire de Paris, Anne Hidalgo, mais surtout l’ancienne Garde des Sceaux, Christiane Taubira, très applaudie par les quelque 300 personnes présentes lors de son intervention dans l’après-midi, représentent encore un petit espoir pour ceux qui à gauche, ne veulent ni de François Hollande, ni de Manuel Valls pour 2017.

Sans rassemblement, on va à la catastrophe

Le symbole est fort à cinq mois de la présidentielle et à huit semaines de la primaire du PS. Mais tout ça pour quoi faire ? « Notre responsabilité est grande. Il ne faut pas attendre juin 2017 pour nous retrouver à nouveau ! » justifie Martine Aubry. La droite est aux portes du pouvoir. La maire de Lille ne manque pas d’attaquer de front François Fillon, favori de la primaire de la droite, le qualifiant d’« homme profondément archaïque et réactionnaire », « resté dans les années 60 », appelant les Français à « ouvrir les yeux » face au risque « d’une droite d’extrêmes et d’une extrême droite. »

« Sans rassemblement de la gauche, on va à la catastrophe, prévient-elle. Personne ne peut penser qu’on laisse passer une élection (…) C’est maintenant qu’il faut se battre pour essayer de gagner ». Gagner sans l’actuel Premier ministre, ni Emmanuel Macron, deux figures contre qui la socialiste enchaîne les coups, et en épargnant dans le même temps François Hollande. Plus tôt dans la journée, Claude Bartolone s’était fait remarquer en appelant le président de la République, Manuel Valls et l’ancien ministre de l’Économie à participer à la primaire organisée de gauche.

Forcément, la question du débouché politique de cette journée se pose. Christiane Taubira n’a rien laissé transparaître de ses intentions, alors que dans la salle, certains espèrent qu’elle se lance dans la course à l’Élysée. Quant à Martine Aubry, lorsque les journalistes lui demandent si, de ce rassemblement sortira un candidat, elle répond par une pirouette. « Nous sommes tous des candidats. Nous sommes pour une candidature collective. La candidature que nous déclarons, ici, à Bondy, c’est celle des idées et des valeurs ». Il faudra donc se contenter de cette réponse, pour l’instant.

Leïla KHOUIEL

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021