C’est une petite armée. Ils empoignent leurs drapeaux et enfilent leurs tee-shirts. Ils sont prêts à combattre pour « leurs idées, leurs valeurs, leur pays ». C’est une petite armée de « jeunes populaires » qui érige comme héros Nicolas Sarkozy, Nadine Morano et Jean-François Copé.

Pendant que la plénière d’ouverture s’élance au Palais des congrès de Marseille, pendant que le Campus s’inaugure tranquillement, on remarque leurs tee-shirts : « Le 93 dit Sarkozy, si…si ! ». Ils sont de Seine-Saint-Denis, sont arrivés ce matin, « par TGV, pour participer à l’université d’été. »

On s’approche, l’un prévient discrètement son camarade : « C’est de gauche, le Bondy Blog ». Tout compte fait, on les retrouve à l’extérieur, dans un coin d’ombre. « On est 35 de l’UMP Seine-Saint-Denis à avoir fait le déplacement ». Marlène, d’origine ivoirienne, habite Bobigny : « J’ai débarqué dans une cité où y’avait beaucoup de défaitisme, d’assistanat et de laisser-aller. »

Marlène milite pour le bleu UMP « depuis 4 ans . C’est un parti qui veut responsabiliser les gens. Alors que la gauche les assiste. Moi-même on m’a parfois demandé pourquoi je travaillais alors que j’étais seule avec un enfant » ajoute-t-elle. Et Marlène de défendre la politique de la ville de Sarkozy : « On oublie de dire que 80% de la rénovation des cités est fait par l’État. »

Plus loin, ils se ressemblent à peine, mais quand même. « On est des jumeaux ». Ils débarquent de Sevran. « Quand on va sur le terrain, dans les cités, on nous accueille pas, on nous ignore. Les zonards ne comprennent pas ce que c’est qu’un premier ministre ou la politique » lance le premier. Et le second de s’élancer, torse bombé : « Pour la Seine-Saint-Denis, Sarkozy a fait le Grand Paris. » Quand on les emmène sur le terrain sécuritaire, thème électoral phare de Sarkozy en 2007, ils collent à deux voix. « J’en ai marre qu’on donne une image à la « Bande de Gaza » à la Seine-Saint-Denis. »

Un autre militant, « jeune de la diversité », comme il se présente, prend l’air sous les arbres. « Ça fait deux ans que je suis à l’UMP et c’est vrai que c’est exceptionnel d’être de droite dans le 93 » avoue-t-il. En effet, l’UMP ne rafle pas la mise dans ce département aux allures rouges et roses.
« Ça nous empêche pas d’aller sur le terrain, de discuter, parce qu’on a les mêmes préoccupations » reprend Marlène.

Avant de se volatiliser durant le débat sur « les valeurs » et de claquer la bise à Nadine Morano qui nous promet son meilleur déhanché ce soir, un militant de Noisy-le-Sec nous confie son amour pour Jean-François Copé. « Rendez-vous en 2017 » prévient-il. On en tremble déjà.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah. (Marseille)

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021