C’est une petite armée. Ils empoignent leurs drapeaux et enfilent leurs tee-shirts. Ils sont prêts à combattre pour « leurs idées, leurs valeurs, leur pays ». C’est une petite armée de « jeunes populaires » qui érige comme héros Nicolas Sarkozy, Nadine Morano et Jean-François Copé.

Pendant que la plénière d’ouverture s’élance au Palais des congrès de Marseille, pendant que le Campus s’inaugure tranquillement, on remarque leurs tee-shirts : « Le 93 dit Sarkozy, si…si ! ». Ils sont de Seine-Saint-Denis, sont arrivés ce matin, « par TGV, pour participer à l’université d’été. »

On s’approche, l’un prévient discrètement son camarade : « C’est de gauche, le Bondy Blog ». Tout compte fait, on les retrouve à l’extérieur, dans un coin d’ombre. « On est 35 de l’UMP Seine-Saint-Denis à avoir fait le déplacement ». Marlène, d’origine ivoirienne, habite Bobigny : « J’ai débarqué dans une cité où y’avait beaucoup de défaitisme, d’assistanat et de laisser-aller. »

Marlène milite pour le bleu UMP « depuis 4 ans . C’est un parti qui veut responsabiliser les gens. Alors que la gauche les assiste. Moi-même on m’a parfois demandé pourquoi je travaillais alors que j’étais seule avec un enfant » ajoute-t-elle. Et Marlène de défendre la politique de la ville de Sarkozy : « On oublie de dire que 80% de la rénovation des cités est fait par l’État. »

Plus loin, ils se ressemblent à peine, mais quand même. « On est des jumeaux ». Ils débarquent de Sevran. « Quand on va sur le terrain, dans les cités, on nous accueille pas, on nous ignore. Les zonards ne comprennent pas ce que c’est qu’un premier ministre ou la politique » lance le premier. Et le second de s’élancer, torse bombé : « Pour la Seine-Saint-Denis, Sarkozy a fait le Grand Paris. » Quand on les emmène sur le terrain sécuritaire, thème électoral phare de Sarkozy en 2007, ils collent à deux voix. « J’en ai marre qu’on donne une image à la « Bande de Gaza » à la Seine-Saint-Denis. »

Un autre militant, « jeune de la diversité », comme il se présente, prend l’air sous les arbres. « Ça fait deux ans que je suis à l’UMP et c’est vrai que c’est exceptionnel d’être de droite dans le 93 » avoue-t-il. En effet, l’UMP ne rafle pas la mise dans ce département aux allures rouges et roses.
« Ça nous empêche pas d’aller sur le terrain, de discuter, parce qu’on a les mêmes préoccupations » reprend Marlène.

Avant de se volatiliser durant le débat sur « les valeurs » et de claquer la bise à Nadine Morano qui nous promet son meilleur déhanché ce soir, un militant de Noisy-le-Sec nous confie son amour pour Jean-François Copé. « Rendez-vous en 2017 » prévient-il. On en tremble déjà.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah. (Marseille)

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021