Lila est élève dans mon lycée, en classe de première, en section Littéraire. Elle est assez discrète et timide. Cette blonde -enfin elle préfère qu’on dise châtain clair- est experte en commentaires composés, dissertations, et autres analyses de textes. Aussi, elle maîtrise l’anglais comme si elle avait vécu toute sa vie dans un pays anglo-saxon. Elle parle peut-être mieux mandarin qu’elle ne manie les chiffres : il lui fallait bien un point faible… Elle vient d’avoir 18 ans. Elle a redoublé une classe.

Elle peut donc profiter de tous les avantages que présente la majorité : la carte bleue a enfin sa place entre la carte vitale et la Navigo dans son portefeuille. Même si son compte en banque appuie de toutes ses forces sur le frein à main, les sites de ventes privées sur le net n’ont plus de secret pour elle. Et puis,  18 ans, c’est aussi l’âge légal pour conduire, travailler dans une entreprise ou aller en boîte de nuit.

Mais cette année il y a une nouveauté qui la concerne particulièrement : le vote. En avril prochain, elle insèrera pour la première fois un bulletin dans l’urne pour une élection à portée nationale. Il y a encore un an de ça, lorsqu’on parlait à Lila de politique, c’est à peine si elle ne se bouchait pas les oreilles. Aujourd’hui, mademoiselle est intéressée, sûrement parce qu’elle est directement concernée. Elle admet tout de même : « La gauche, la droite : c’est encore confus pour moi parce que c’est complexe et j’ai remarqué que c’est un monde d’hypocrites. Les politiques sont pires que les people. Chacun parle sur l’autre, mais diplomatiquement, donc ça passe… » A croire que le jugement qui taxe les politiciens de « tous pourris » est un passage obligé pour tout novice de la politique.

Elle ne sait pas encore pour qui elle va voter mais elle se renseigne de plus en plus avec Internet et la télévision. Pour beaucoup, à cet âge là, le choix du candidat se fait selon les convictions des parents. Lila est fille unique. Aucun frangin ou frangine pour l’influencer dans sa décision donc. Quant à ses parents, qui ont la nationalité française, ils ne sont pas vraiment intéressés par la politique, d’après elle. En 2007, seule sa mère a voté à la maison.

Maintenant qu’elle commence à acquérir des notions, elle pourrait tenter de parler de politique à ses parents, Mais elle s’y refuse : « Si pendant 40 ans ils ne s’y sont pas intéressés c’est pas moi qui vais changer les choses ! J’essaie avec ma mère. Mais mon père, c’est perdu d’avance. C’est dommage parce que c’est grâce au vote qu’on revendique ses idées. Mais que veux-tu ? C’est comme ça…»

Sans l’héritage d’une tradition politique familiale, Lila fera donc son choix toute seule. Comme une grande. Une manière de se forger une culture politique. Même sommaire. Ce qui a le mérite de lui donner de l’assurance, plus de confiance en elle : « je suis assez grande pour me faire mes propres idées, mes propres choix. C’est moi qui vais mettre le petit papier dans l’urne, pas ma mère ».

En attendant le premier tour de la présidentielle, Lila continue de se faire une petite culture politique. Histoire de ne pas arriver « la tête vide » le jour J et de ne pas se demander qui sont les candidats qui se cachent derrière les patronymes, et qui lui disent vaguement quelque chose…

Sarah Ichou

Articles liés

  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022
  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022