De la place de Fontenoy, dans le 7ème arrondissement, on aperçoit très bien l’Ecole militaire. D’une architecture racée, quelque peu guindée, l’édifice est parfaitement inséré dans ce quartier cossu de la capitale. La Tour Eiffel qui se profile dans le panorama renforce le pédigrée de cette jolie petite portion de Paris. 

Qu’on tourne le dos à cette carte postale, et c’est un bâtiment d’une grande laideur qui surgit, comme sorti d’un plan quinquennal du Soviet suprême. Telle apparaît la façade du secrétariat d’Etat à la politique de la ville, d’où est censée sortir la solution aux problèmes de cette matrice urbaine tellement appréciée par les caméras de Droit de savoir : la banlieue.

Aux Twingos et 206 estampillées 93 ou 94 – rares dans le quartier mais toutes garées devant le « ministère » de Fadela Amara -, on devine qu’une once de banlieue est présente dans la stalinienne bâtisse. Le va-et-vient du personnel peut également être un indice, pour peu qu’on ose faire le lien entre Noirs et Arabes, et résidents de la périphérie. Interrogés sur le plan banlieue, dont les mesures seront annoncées le 22 janvier à Vaux-en-Velin, ils ont tous quelque chose d’urgent à faire qui les empêche de répondre. Heureusement, le durcissement de la loi Evin et les bataillons de fumeurs qu’elle entraîne à l’extérieur du bâtiment, permettent aux petits casse-bonbons de mon acabit d’insister un peu. En gros, personne n’est habilité à parler du plan, c’est top secret, et puis : « Ici ce n’est pas la poste ! On est dans un ministère, faut être habilité pour poser des questions », m’annonce un employé.

Expliquant que c’est plus en tant que citoyen que journaliste que je viens glaner des réponses, ce jeune homme me répond comme si j’étais du caca, quelque chose que je traduirais par : « Ça ne marche pas comme ca! » Je comprends, ce monsieur travaille au ministère, il a un statut et un protocole que je dois respecter pour pouvoir échanger deux, trois mots avec lui. Néanmoins, je tente : « Pourtant Fadela Amara, ça rime avec sympa, ça nous intéresse, nous, en banlieue, ce que vous faites. » Cette phrase semble adoucir mon interlocuteur, mais un de ses collègues nous rejoint, concluant la conversation en ces termes : « En passant par le canal officiel, nous parler c’est possible », ponctués par plusieurs « chut !!! » vindicatifs à l’attention du premier monsieur.

Je ne demandais certainement pas un scoop, juste une petite indication sur la façon et le genre de personnes qui ont élaboré le plan, ou quelques mots sur le parcours d’un de ces gentlemans du ministère. La peur de gaffer, sans doute, les aura fait se taire.

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022