De la place de Fontenoy, dans le 7ème arrondissement, on aperçoit très bien l’Ecole militaire. D’une architecture racée, quelque peu guindée, l’édifice est parfaitement inséré dans ce quartier cossu de la capitale. La Tour Eiffel qui se profile dans le panorama renforce le pédigrée de cette jolie petite portion de Paris. 

Qu’on tourne le dos à cette carte postale, et c’est un bâtiment d’une grande laideur qui surgit, comme sorti d’un plan quinquennal du Soviet suprême. Telle apparaît la façade du secrétariat d’Etat à la politique de la ville, d’où est censée sortir la solution aux problèmes de cette matrice urbaine tellement appréciée par les caméras de Droit de savoir : la banlieue.

Aux Twingos et 206 estampillées 93 ou 94 – rares dans le quartier mais toutes garées devant le « ministère » de Fadela Amara -, on devine qu’une once de banlieue est présente dans la stalinienne bâtisse. Le va-et-vient du personnel peut également être un indice, pour peu qu’on ose faire le lien entre Noirs et Arabes, et résidents de la périphérie. Interrogés sur le plan banlieue, dont les mesures seront annoncées le 22 janvier à Vaux-en-Velin, ils ont tous quelque chose d’urgent à faire qui les empêche de répondre. Heureusement, le durcissement de la loi Evin et les bataillons de fumeurs qu’elle entraîne à l’extérieur du bâtiment, permettent aux petits casse-bonbons de mon acabit d’insister un peu. En gros, personne n’est habilité à parler du plan, c’est top secret, et puis : « Ici ce n’est pas la poste ! On est dans un ministère, faut être habilité pour poser des questions », m’annonce un employé.

Expliquant que c’est plus en tant que citoyen que journaliste que je viens glaner des réponses, ce jeune homme me répond comme si j’étais du caca, quelque chose que je traduirais par : « Ça ne marche pas comme ca! » Je comprends, ce monsieur travaille au ministère, il a un statut et un protocole que je dois respecter pour pouvoir échanger deux, trois mots avec lui. Néanmoins, je tente : « Pourtant Fadela Amara, ça rime avec sympa, ça nous intéresse, nous, en banlieue, ce que vous faites. » Cette phrase semble adoucir mon interlocuteur, mais un de ses collègues nous rejoint, concluant la conversation en ces termes : « En passant par le canal officiel, nous parler c’est possible », ponctués par plusieurs « chut !!! » vindicatifs à l’attention du premier monsieur.

Je ne demandais certainement pas un scoop, juste une petite indication sur la façon et le genre de personnes qui ont élaboré le plan, ou quelques mots sur le parcours d’un de ces gentlemans du ministère. La peur de gaffer, sans doute, les aura fait se taire.

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021