MUNICIPALES 2014. La victoire de l’UMP Georges Mothron (50,3%) sur le socialiste Philippe Doucet (49,7%), maire sortant, était assez attendue à Argenteuil. Un basculement avec 187 voix d’écarts seulement.

En ce dimanche soir le cœur d’Argenteuil balance entre le maire actuel, le socialiste Philippe Doucet et l’ex-maire UMP George Mothron. La fois dernière, quelques centaines de voix seulement les avaient départagés. Alors, en centre-ville, si certains profitent tranquillement en terrasse des premiers jours du printemps, d’autres, passent et repassent, discutent, entrent et ressortent d’un des bureaux de vote situés en centre-ville. 20 heures viennent tout juste de sonner et le suspense est déjà à son comble.

A la mairie, le lieu se remplit peu à peu, un petit groupe de parents discutent… et attendent avec impatience l’annonce de la défaite du maire socialiste. Ils ont voté UMP et ne s’en cachent pas, parce que, disent-ils, ils en ont marre de la « corruption, du clientélisme ». Ils ont voté pour voir leur situation changer aussi « ça fait 13 ans que je vis dans un F2 avec cinq enfants, Doucet, il n’a rien fait à part attribuer des logements à ceux qu’ils connaissaient. Et le maire c’est même pas lui, c’est son entourage, les gens autour de lui font ce qu’ils veulent. » Mais ils reconnaissent aussi que le contexte national a eu un impact sur leur vote, « on a voté Hollande et il a rien fait pour les gens de banlieue alors pourquoi voter encore socialiste ? »

Justement, à côté d’eux, des jeunes sont là, présents en nombre, chacun demandant à l’autre « et, t’as bien voté toi ? » J’engage le dialogue avec certains, et ils m’arrêtent rapidement, « on parle pas nous, on est sous le sabre de Philippe [Doucet] ». L’heure est à la rigolade, partisans de Mothron comme ceux de Doucet qui souhaitent voir ce dernier poursuivre son action, certains ont même « la boule au ventre ». Ils craignent ce qu’il adviendrait pour la communauté musulmane d’Argenteuil si jamais Mothron passait, car il a pu, par le passé, faire des campagnes très à droite.

Au milieu de tout ça, de la foule, un ancien SDF est aussi présent, il est venu jeter un coup d’œil même s’il n’a pas voté, « j’ai pas de carte d’identité » pour voir gagner Doucet, « c’est lui qui m’a donné un toit, à manger, de quoi me laver. Je veux pas de Mothron qui balançait du Malodore sur les SDF. Mais moi je parle avec mon cœur »
Et pourtant, le suspense fut intense, une poignée de voix entre les deux candidats, et une entrée tonitruante des militants UMP soutenant George Mothron criant « on a gagné » le poing levé vers le ciel, met fin au suspense. Des femmes s’embrassent, l’une me dit « j’espère que je l’aurais mon logement maintenant que Mothron est passé ».

Dans le fond de la salle, le groupe de jeunes est toujours là, « je suis dégoûté » dit l’un d’eux « mais bon chacun son tour, en 2008, c’était nous qui étions contents ». Ils scandent « Doucet » une dernière fois avant de s’en aller pour certains.

Encore une fois, les Argenteuillais ont choisi l’alternance mais cette fois, le cœur a basculé à droite, la Argenteuil est bleue UMP.

Latifa Oulkhouir

Articles liés

  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022
  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022