MUNICIPALES 2014. La victoire de l’UMP Georges Mothron (50,3%) sur le socialiste Philippe Doucet (49,7%), maire sortant, était assez attendue à Argenteuil. Un basculement avec 187 voix d’écarts seulement.

En ce dimanche soir le cœur d’Argenteuil balance entre le maire actuel, le socialiste Philippe Doucet et l’ex-maire UMP George Mothron. La fois dernière, quelques centaines de voix seulement les avaient départagés. Alors, en centre-ville, si certains profitent tranquillement en terrasse des premiers jours du printemps, d’autres, passent et repassent, discutent, entrent et ressortent d’un des bureaux de vote situés en centre-ville. 20 heures viennent tout juste de sonner et le suspense est déjà à son comble.

A la mairie, le lieu se remplit peu à peu, un petit groupe de parents discutent… et attendent avec impatience l’annonce de la défaite du maire socialiste. Ils ont voté UMP et ne s’en cachent pas, parce que, disent-ils, ils en ont marre de la « corruption, du clientélisme ». Ils ont voté pour voir leur situation changer aussi « ça fait 13 ans que je vis dans un F2 avec cinq enfants, Doucet, il n’a rien fait à part attribuer des logements à ceux qu’ils connaissaient. Et le maire c’est même pas lui, c’est son entourage, les gens autour de lui font ce qu’ils veulent. » Mais ils reconnaissent aussi que le contexte national a eu un impact sur leur vote, « on a voté Hollande et il a rien fait pour les gens de banlieue alors pourquoi voter encore socialiste ? »

Justement, à côté d’eux, des jeunes sont là, présents en nombre, chacun demandant à l’autre « et, t’as bien voté toi ? » J’engage le dialogue avec certains, et ils m’arrêtent rapidement, « on parle pas nous, on est sous le sabre de Philippe [Doucet] ». L’heure est à la rigolade, partisans de Mothron comme ceux de Doucet qui souhaitent voir ce dernier poursuivre son action, certains ont même « la boule au ventre ». Ils craignent ce qu’il adviendrait pour la communauté musulmane d’Argenteuil si jamais Mothron passait, car il a pu, par le passé, faire des campagnes très à droite.

Au milieu de tout ça, de la foule, un ancien SDF est aussi présent, il est venu jeter un coup d’œil même s’il n’a pas voté, « j’ai pas de carte d’identité » pour voir gagner Doucet, « c’est lui qui m’a donné un toit, à manger, de quoi me laver. Je veux pas de Mothron qui balançait du Malodore sur les SDF. Mais moi je parle avec mon cœur »
Et pourtant, le suspense fut intense, une poignée de voix entre les deux candidats, et une entrée tonitruante des militants UMP soutenant George Mothron criant « on a gagné » le poing levé vers le ciel, met fin au suspense. Des femmes s’embrassent, l’une me dit « j’espère que je l’aurais mon logement maintenant que Mothron est passé ».

Dans le fond de la salle, le groupe de jeunes est toujours là, « je suis dégoûté » dit l’un d’eux « mais bon chacun son tour, en 2008, c’était nous qui étions contents ». Ils scandent « Doucet » une dernière fois avant de s’en aller pour certains.

Encore une fois, les Argenteuillais ont choisi l’alternance mais cette fois, le cœur a basculé à droite, la Argenteuil est bleue UMP.

Latifa Oulkhouir

Articles liés

  • Frédérique Matonti : « La pensée réactionnaire est le produit d’une panique morale »

    A l’occasion de la sortie de son livre «comment sommes-nous devenus réacs?», la politiste Frédérique Matonti revient sur la progression de l’idéologie réactionnaire, de sa naissance dans les années 1980, à son triomphe actuel sur les chaînes d’information en continu. Entretien.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 16/11/2021
  • Quand Laïreche raconte Ruffin

    Ces derniers temps, Rachid Laïreche nous offrait un peu moins de ces fameuses "info Rachid" sur Twitter, des petits indiscrets sur le monde politique qui montrent comment le journaliste de Libération raconte la gauche actuelle comme personne. On a compris ce qui se tramait quand on a appris la sortie de "La revanche des bouseux" (les Arènes), un portrait du député François Ruffin.

    Par Latifa Oulkhouir
    Le 29/10/2021
  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021