« Pas question que les socialistes reprennent une ville acquise aux communistes depuis 1925 ! » Ce cri du cœur, c’est celui d’Alain, militant communiste depuis les années quarante. Ce Vitriot pur jus digère mal le refus du Parti socialiste de constituer une liste commune avec le PC. Tracts à la main sur le marché qui jouxte l’église, il donne au scrutin une importance nationale. « Par rapport à la politique de Sarkozy, il faut réunir les forces de gauche », finit-il par lâcher.

L’union, les partisans du maire adjoint Jean-Marc Bourjac, tête de liste PS, ne peuvent plus la concevoir malgré la cogestion de la municipalité assumée depuis 2001. « Vitry est devenue la ville la plus paupérisée du Val-de-Marne. Le mal-vivre se banalise. Nous voulons casser ce cycle vicieux », résume Marc Cabanes, secrétaire de section PS. « Il y a une vraie dynamique pour les socialistes, l’électorat demande un autre choix. Il l’a exprimé dans les cahiers du changement que nous avons recueillis », ajoute Guy Labertit, candidat PS aux cantonales comme aux municipales.

Pourtant, samedi matin, la foule dense présente sur le marché semble beaucoup plus préoccupée par son pouvoir d’achat que par les élections. La faute aux soldes ? « Ici tout se jouera dans les derniers jours », assure nullement inquiet le socialiste Guy Labertit. Pourtant, au niveau national, les résultats de cette ville de 82 100 âmes seront examinés à la loupe par les responsables du PS. Vitry-sur-Seine est l’une des sept villes de plus de 30 000 habitants pouvant passer du rouge au rose.

Bruno Leroux, chargé des élections rue de Solférino, a misé sur une victoire, espérant profiter de l’effet « boule de neige » des législatives et de la présidentielle. Le PS devançait localement le PC. Les communistes jouent gros. Une défaite sans précédent depuis quarante-deux ans à Vitry leur porterait un coup sérieux. Politiquement et financièrement.

D’autres partis entendent bien profiter de cette scission à gauche. Pour la Ligue communiste révolutionnaire et sa tête de liste, Bernard Galin, « la zone franche, la police municipale, la place forte faite aux promoteurs immobiliers » sont des problèmes criants. « Nous voulons mettre fin à la faiblesse du système démocratique de ce conseil municipal », prévient ce professeur de mathématiques.

Côté UMP, un candidat issu de la diversité est présenté comme le coup de poker de la droite. Son nom : Six-Emmanuel Njoh. Ce juriste d’origine camerounaise n’était pas présent samedi sur le marché mais sur le site internet de la fédération UMP du 94, un de ses propos n’est pas passé inaperçu: « républicain jusqu’à la moelle épinière et seul délégué noir d’une circonscription UMP de métropole ». Son parcours sera-t-il suffisant pour séduire les irréductibles du communisme ?

Kelly Pujar (Extramuros)

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021