Le stylo fonctionne. Mamadou dépose sa signature au bas d’un des premiers « contrat d’autonomie ». Sitôt fait, le jeune homme se lève, avec à ses côté Fadela Amara et Laurent Wauquiez, et lance à la cantonade : « Nous, en sortant du Val-Fourré, on va tous réussir ! » Une foi partagée ce jeudi par la petite dizaine de premiers signataires du contrat d’autonomie, proposé par la secrétaire d’Etat à la ville dans le cadre du plan Espoirs banlieue. Un contrat qui vise à intégrer dans le marché du travail 45 000 jeunes de 16 à 25 ans, habitants des « quartiers prioritaires », avec un accompagnement individualisé pendant 6 mois.

Qu’en pensent-ils, les jeunes primo-signataires du contrat d’autonomie ? Rafik, 23 ans, n’a « jamais travaillé » mais souhaite trouver un emploi, grâce au contrat signé, « le plus rapidement possible ». Tellement emballé par la formule, Rafik a même proposé à un de ses potes de « faire la même chose », signer le contrat et tenir l’engagement. « Bah ouais, faut qu’ils se réveillent les jeunes, là », interrompt Fatima, bientôt trentenaire. Quant à Niakaté, 22 ans, qui a fait un « CAP prêt-à-porter », elle est prête à aller « jusqu’au bout, même si c’est un peu chaud ».

Fadela Amara et le secrétaire d’Etat à l’emploi, nouveau binôme du gouvernement dans les quartiers populaires, sont tout sourire. Des CV pleins les mains, Wauquiez prend la parole. « Vous savez, à l’Elysée, il a huit mois, peu de gens y croyaient à ce projet », confie-t-il à l’assemblée. Ah bon ? On pensait que l’équipe gouvernementale était aussi soudée qu’une compagnie de légionnaires… Et Wauquiez d’ajouter à l’endroit des jeunes signataires : « Maintenant, vous devez secouer le système. » On y croit, les gars !

Discret (ce qu’il n’est pas toujours), le maire de Mantes-la-Jolie, Michel Vialley (UMP), veille au grain. L’homme, très souriant lui aussi, est pourtant vivement critiqué par les jeunes présents. Une jeune fille affirme que tout ce bastringue, c’est « une énième tentative de récupération de la population métissée ». « Nous, on cherche un logement depuis pas mal de temps. Mais lui (le maire), il détruit les immeubles et construit des piscines », assure-t-elle. Une autre se demande si elle est « un rat de laboratoire qui doit tester un nouveau contrat ».

Scepticisme nourri par pas mal de désillusions. Alors oui, la photo est belle et colorée, avec Fadela Amara au premier plan. Mais sous ce contrat d’autonomie, on craint le contrat de gogos.

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

mehdi_et_badroudine

Articles liés

  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022
  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022