Son club Génération France se veut un groupe de réflexion placé sous le sceau de « l’universalisme républicain ». Seulement voilà, Jean-François Copé, maire de Meaux, député de Seine-et-Marne et président du groupe UMP à l’Assemblé nationale, ne compte pas en rester là. Créé il y a plus de deux ans, Génération France rassemblerait aujourd’hui plus de 3 000 adhérents. Derrière tout cela, un travail de longue haleine. Et surtout, au quotidien, celui qui guette à l’horizon les présidentielles de 2017 n‘hésite pas, entre deux réunions parlementaires, à organiser des débats d’idées sur des questions quotidiennes et d’actualité. Tel ce colloque organisé jeudi 5 février au Palais Bourbon.

Au menu, l’importation du conflit israélo-palestinien en France, avec toutes les tensions communautaires qu’il engendre. Réunis dans la salle Colbert – lieu non anodin puisque c’est dans cette salle que le groupe UMP, présidé par Jean-François Copé, se réunit au moins une fois par semaine – des personnalités comme Michel Serfaty, rabbin de Ris-Orangis, ou Malek Boutih sont venus animer des tables rondes et répondre aux questions du public.

Dans la salle, un couple de retraités, qui a récemment rejoint les rangs de Génération France, visiblement séduits par Copé. Leur enthousiasme sera de courte de courte durée puisque ce dernier s’en va. Une femme demande à son ami : « Mais il est passé où, il reste pas ? » Le maître de cérémonie, cinq minutes pétantes après le début du colloque, s’éclipse. On ne peut pas préparer 2017 et honorer de sa présence jusqu’à son terme une réunion qu’on a soi-même organisée.

Des réunions comme celles-ci, le maire de Meaux en organise au moins une par semaine. Le week-end, c’est à l’entreprise nationale qu’il consacre son temps. En ouvrant des bureaux-relais dans tout le territoire. Car la France, c’est grand. Séduire des électeurs potentiels demande un grand travail en amont. Rien n’est le fruit du hasard : à la sortie de la salle Colbert, des bulletins d’adhésion sont posés en évidence comme si ce fameux 2017 (l’Elysée, donc) n’était plus très loin. Aujourd’hui club de réflexion, Génération France est sans doute voué à devenir un concurrent direct de l’UMP.

Hanane Kaddour

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués.

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022