Son club Génération France se veut un groupe de réflexion placé sous le sceau de « l’universalisme républicain ». Seulement voilà, Jean-François Copé, maire de Meaux, député de Seine-et-Marne et président du groupe UMP à l’Assemblé nationale, ne compte pas en rester là. Créé il y a plus de deux ans, Génération France rassemblerait aujourd’hui plus de 3 000 adhérents. Derrière tout cela, un travail de longue haleine. Et surtout, au quotidien, celui qui guette à l’horizon les présidentielles de 2017 n‘hésite pas, entre deux réunions parlementaires, à organiser des débats d’idées sur des questions quotidiennes et d’actualité. Tel ce colloque organisé jeudi 5 février au Palais Bourbon.

Au menu, l’importation du conflit israélo-palestinien en France, avec toutes les tensions communautaires qu’il engendre. Réunis dans la salle Colbert – lieu non anodin puisque c’est dans cette salle que le groupe UMP, présidé par Jean-François Copé, se réunit au moins une fois par semaine – des personnalités comme Michel Serfaty, rabbin de Ris-Orangis, ou Malek Boutih sont venus animer des tables rondes et répondre aux questions du public.

Dans la salle, un couple de retraités, qui a récemment rejoint les rangs de Génération France, visiblement séduits par Copé. Leur enthousiasme sera de courte de courte durée puisque ce dernier s’en va. Une femme demande à son ami : « Mais il est passé où, il reste pas ? » Le maître de cérémonie, cinq minutes pétantes après le début du colloque, s’éclipse. On ne peut pas préparer 2017 et honorer de sa présence jusqu’à son terme une réunion qu’on a soi-même organisée.

Des réunions comme celles-ci, le maire de Meaux en organise au moins une par semaine. Le week-end, c’est à l’entreprise nationale qu’il consacre son temps. En ouvrant des bureaux-relais dans tout le territoire. Car la France, c’est grand. Séduire des électeurs potentiels demande un grand travail en amont. Rien n’est le fruit du hasard : à la sortie de la salle Colbert, des bulletins d’adhésion sont posés en évidence comme si ce fameux 2017 (l’Elysée, donc) n’était plus très loin. Aujourd’hui club de réflexion, Génération France est sans doute voué à devenir un concurrent direct de l’UMP.

Hanane Kaddour

Hanane Kaddour

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021