Devant la mairie du 1er arrondissement de Paris, les voitures ne trouvent plus de place pour se garer, c’est un cortège sans fin. Je m’approche du gardien et je lui demande la raison de ce bouchon. Il y a un mariage ? Une personnalité est sur place ? En effet, nous nous trouvons à côté de l’église Saint-Germain l’Auxerrois, où le joueur de basket français Tony Parker a célébré son mariage avec l’actrice américaine Eva Longoria, Gabrielle Solis dans la série « Desperate Housewives ».

La réponse du gardien me laisse sans voix : « Ici, tout simplement, les gens viennent voter en voiture. » Je ne m’attendais pas à ça ! Je n’obtiendrai rien de plus. Le gardien vient de prendre son tour de l’après-midi. Mais il m’invite avec courtoisie à aller parler avec le staff qui s’occupe du scrutin municipal.

Le bureau de vote de la mairie se situe dans une petite cour. L’ambiance est chaleureuse, les préposés, trois jeunes femmes, sont en train de siroter un café. Je me présente à eux et leur demande s’il y a eu beaucoup de votants ce matin ? « Nous n’avons pas chômé, là, nous avons un petit break avec l’heure du repas », répond l’une d’elles, en souriant. « D’ailleurs je peux vous communiquer les chiffres, il est 13h48 et nous sommes déjà à 34,79% de vote. »

Et par rapport à la semaine dernière ? Elle me sort un gros dossier : « Eh bien, à 11 heures la semaine dernière, nous étions à 14,71%, et aujourd’hui même heure, 19,12%. » Je m’apprête à partir quand l’une des trois jeunes femmes me dit : « Ici, c’est bien, mais ce n’est pas le cas du bureau de vote de la rue de l’Arbre Sec, derrière, ils ont presque personne ! »

Dans la rue en question, un jeune homme avec lunettes marche près du bureau de vote. Je lui demande s’il est allé voter ? « Non, ça ne sert strictement à rien. Je ne me sens pas concerné. » Son âge ? : « J’ai 20ans. »

Dans le 1er arrondissement, c’est le sort de la candidate socialiste Seybah Dagoma, opposée à l’UMP Jean-François Legaret, qui se joue. Si c’est comme le climat de ce dimanche – un coup soleil il fait chaud, un coup pluie il fait froid –, c’est très incertain…

Nicolas Fassouli

Nicolas Fassouli

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022