Devant la mairie du 1er arrondissement de Paris, les voitures ne trouvent plus de place pour se garer, c’est un cortège sans fin. Je m’approche du gardien et je lui demande la raison de ce bouchon. Il y a un mariage ? Une personnalité est sur place ? En effet, nous nous trouvons à côté de l’église Saint-Germain l’Auxerrois, où le joueur de basket français Tony Parker a célébré son mariage avec l’actrice américaine Eva Longoria, Gabrielle Solis dans la série « Desperate Housewives ».

La réponse du gardien me laisse sans voix : « Ici, tout simplement, les gens viennent voter en voiture. » Je ne m’attendais pas à ça ! Je n’obtiendrai rien de plus. Le gardien vient de prendre son tour de l’après-midi. Mais il m’invite avec courtoisie à aller parler avec le staff qui s’occupe du scrutin municipal.

Le bureau de vote de la mairie se situe dans une petite cour. L’ambiance est chaleureuse, les préposés, trois jeunes femmes, sont en train de siroter un café. Je me présente à eux et leur demande s’il y a eu beaucoup de votants ce matin ? « Nous n’avons pas chômé, là, nous avons un petit break avec l’heure du repas », répond l’une d’elles, en souriant. « D’ailleurs je peux vous communiquer les chiffres, il est 13h48 et nous sommes déjà à 34,79% de vote. »

Et par rapport à la semaine dernière ? Elle me sort un gros dossier : « Eh bien, à 11 heures la semaine dernière, nous étions à 14,71%, et aujourd’hui même heure, 19,12%. » Je m’apprête à partir quand l’une des trois jeunes femmes me dit : « Ici, c’est bien, mais ce n’est pas le cas du bureau de vote de la rue de l’Arbre Sec, derrière, ils ont presque personne ! »

Dans la rue en question, un jeune homme avec lunettes marche près du bureau de vote. Je lui demande s’il est allé voter ? « Non, ça ne sert strictement à rien. Je ne me sens pas concerné. » Son âge ? : « J’ai 20ans. »

Dans le 1er arrondissement, c’est le sort de la candidate socialiste Seybah Dagoma, opposée à l’UMP Jean-François Legaret, qui se joue. Si c’est comme le climat de ce dimanche – un coup soleil il fait chaud, un coup pluie il fait froid –, c’est très incertain…

Nicolas Fassouli

Nicolas Fassouli

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021