Fin octobre dernier, le maire de Paris présentait son plan antipollution. L’une des mesures phares : l’interdiction à la circulation, à partir de septembre 2014, pour les voitures de plus de 17 ans, les camions de plus de 18 ans et les motos de plus de 10 ans.

Si les différents clubs rencontrés semblaient faire front derrière la Fédération Française des Voitures d’ Époque, encore faudrait-il se mettre d’accord sur les chiffres, Alors que Philippe, membre du Shelby club de France, annonçait qu’une voiture ancienne roule 500 km par an, Maxime Lepissier, président du Young Old Timer Club et administrateur FFVE (Fédération Française des Véhicules d’Époque) tablait sur 200 km.

Paul est membre d’un club Porsche et roule tous les jours au volant d’une 356, Pour lui, les  véhicules anciens ne sont pas un souci : « Il faudrait plutôt s’attaquer au vrai problème et interdire les diesels dans Paris à cause de la pollution car ça tue les gens, Mais le gouvernement n’a pas le courage de faire ça car c’est lui qui l’a inventé. S’il n’y avait pas eu une fiscalité avantageant le diesel à l’époque, il n’y aurait aujourd’hui que les taxis, les tracteurs ou les camions qui l’utiliseraient avec des moteurs spécifiques. »

Laurent Michel ne doit pas connaître monsieur Geneste. Ce dernier possède deux voitures et une moto, toutes achetées neuves. À une exception près, il en a toujours assuré lui-même l’entretien sauf quand il n’avait pas les moyens de le faire. Ses véhicules sont les suivants : une Renault Super 5 pour un usage quotidien, une Renault 9 pour les vacances et une Honda CB 125 pour les balades à Paris. Autant dire qu’avec la perspective de voir ses véhicules interdits de circulation dans la capitale, « je pourrai uniquement venir à Paris à pieds, Ce sera fini, C’est Delanoë qui a supprimé les voies sur berge. Manuel Valls a reconnu que c’était une idée nulle qui emmerdait tout le monde. Ça créé des bouchons et c’est là que les véhicules polluent le plus. C’est à l’arrêt qu’un moteur diesel pollue et qu’il s’encrasse. Les voies de bus sont beaucoup trop larges, elles empêchent les voitures de passer même quand il n’y a pas de bus. Ça créé des bouchons pas possibles, Et qui dit bouchon dit pollution. »

Pour lui, cette mesure va avoir pour conséquence de favoriser les riches, « pour les gens comme moi qui n’ont que de vieilles voitures et n’ont pas les moyens, c’est fini. Ils prendront les transports en commun. » Que penser d’une éventuelle aide financière pour ceux qui se débarrasseraient de leurs anciens véhicules ? « Il n’y a plus d’argent, les caisses sont vides et on nous dit « Bah tiens, on vous donne de l’argent pour acheter une nouvelle voiture. » Je ne vois pas l’intérêt. En plus de ça on nous fait passer le contrôle technique qui inclut le contrôle de pollution. Mes contrôles techniques ne donnent aucun défaut. Ils sont nickels mais je n’aurai plus le droit de rouler à Paris, Il faut m’expliquer. Delanoë ne doit pas rouler en voiture, il ne doit pas savoir ce que c’est. Si on voulait être équitable, il aurait fallu faire comme à Londres : payer pour rouler, Ça n’aurait plus été une question de voiture. »

Olufemi Ajayi

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021