Fin octobre dernier, le maire de Paris présentait son plan antipollution. L’une des mesures phares : l’interdiction à la circulation, à partir de septembre 2014, pour les voitures de plus de 17 ans, les camions de plus de 18 ans et les motos de plus de 10 ans.

Si les différents clubs rencontrés semblaient faire front derrière la Fédération Française des Voitures d’ Époque, encore faudrait-il se mettre d’accord sur les chiffres, Alors que Philippe, membre du Shelby club de France, annonçait qu’une voiture ancienne roule 500 km par an, Maxime Lepissier, président du Young Old Timer Club et administrateur FFVE (Fédération Française des Véhicules d’Époque) tablait sur 200 km.

Paul est membre d’un club Porsche et roule tous les jours au volant d’une 356, Pour lui, les  véhicules anciens ne sont pas un souci : « Il faudrait plutôt s’attaquer au vrai problème et interdire les diesels dans Paris à cause de la pollution car ça tue les gens, Mais le gouvernement n’a pas le courage de faire ça car c’est lui qui l’a inventé. S’il n’y avait pas eu une fiscalité avantageant le diesel à l’époque, il n’y aurait aujourd’hui que les taxis, les tracteurs ou les camions qui l’utiliseraient avec des moteurs spécifiques. »

Laurent Michel ne doit pas connaître monsieur Geneste. Ce dernier possède deux voitures et une moto, toutes achetées neuves. À une exception près, il en a toujours assuré lui-même l’entretien sauf quand il n’avait pas les moyens de le faire. Ses véhicules sont les suivants : une Renault Super 5 pour un usage quotidien, une Renault 9 pour les vacances et une Honda CB 125 pour les balades à Paris. Autant dire qu’avec la perspective de voir ses véhicules interdits de circulation dans la capitale, « je pourrai uniquement venir à Paris à pieds, Ce sera fini, C’est Delanoë qui a supprimé les voies sur berge. Manuel Valls a reconnu que c’était une idée nulle qui emmerdait tout le monde. Ça créé des bouchons et c’est là que les véhicules polluent le plus. C’est à l’arrêt qu’un moteur diesel pollue et qu’il s’encrasse. Les voies de bus sont beaucoup trop larges, elles empêchent les voitures de passer même quand il n’y a pas de bus. Ça créé des bouchons pas possibles, Et qui dit bouchon dit pollution. »

Pour lui, cette mesure va avoir pour conséquence de favoriser les riches, « pour les gens comme moi qui n’ont que de vieilles voitures et n’ont pas les moyens, c’est fini. Ils prendront les transports en commun. » Que penser d’une éventuelle aide financière pour ceux qui se débarrasseraient de leurs anciens véhicules ? « Il n’y a plus d’argent, les caisses sont vides et on nous dit « Bah tiens, on vous donne de l’argent pour acheter une nouvelle voiture. » Je ne vois pas l’intérêt. En plus de ça on nous fait passer le contrôle technique qui inclut le contrôle de pollution. Mes contrôles techniques ne donnent aucun défaut. Ils sont nickels mais je n’aurai plus le droit de rouler à Paris, Il faut m’expliquer. Delanoë ne doit pas rouler en voiture, il ne doit pas savoir ce que c’est. Si on voulait être équitable, il aurait fallu faire comme à Londres : payer pour rouler, Ça n’aurait plus été une question de voiture. »

Olufemi Ajayi

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021