Emploi des jeunes

Pour le mouvement des jeunes UMP, il faut aller plus loin dans l’apprentissage et l’alternance. Une des idées : la mise en place d’un système bonus malus poussant les entreprises à embaucher des apprentis et surtout à les recruter à la fin du contrat. Benjamin Lancar, enthousiaste sur l’apprentissage, affirme qu’aujourd’hui, à la sortie de leur formation, « le taux de recrutement des apprentis est de 80%« .

En réalité, les statistiques sont moins optimistes. Les derniers chiffres publiés par le ministère de l’Éducation nationale en octobre 2010 montrent que les apprentis n’échappent pas à la crise. Ainsi, 67,3 % des apprentis ayant achevé leurs études occupent un emploi contre 75,8 % un an auparavant. Dans une enquête parue en juin, ce taux descend à 55% chez les PME et les TPE. On est donc bien loin des 80% annoncés par le président des Jeunes Pop.

Education

« Avec un budget en hausse de 2% et un taux d’encadrement d’un professeur pour 12 élèves, le bilan éducatif du quinquennat est loin d’être négatif », assure Benjamin Lancar. Il appelle à « une plus grande autonomie, notamment pédagogique, des établissements du primaire et du secondaire », une solution selon lui pour lutter contre l’échec scolaire et éviter que 40% des élèves quittent l’école primaire sans savoir ni lire ni écrire. « Avec de tels résultats, une entreprise aurait mis la clé sous la porte depuis longtemps », avance-t-il pour comparaison.

Certes, tous les rapports officiels évoquent cette situation, mais ce ne sont pas 40% d’élèves analphabètes qui quittent le CM2, mais tout autant d’élèves qui ont des difficultés plus ou moins grandes, selon les cas dans la maîtrise de la lecture et de l’écriture. Concernant le budget éducation, il a effectivement augmenté entre 2010 et 2011, mais de 1,6% et non de 2%. Quant au taux d’encadrement des élèves français, il est le plus faible d’Europe, selon une note du Conseil d’analyses stratégiques (rattaché au Premier ministre) publiée en février. Ainsi, la France ne dispose que de 6 enseignants pour 100 élèves/étudiants, dernière du classement européen. Un taux qui descend à 5 enseignants pour 100 élèves dans le primaire dû en grande partie aux suppressions de postes, selon le CAS.

Immigration

Benjamin Lancar n’a pas hésité à critiquer la circulaire Guéant qui limite les possibilités pour les jeunes diplômés étrangers d’exercer leur premier emploi en France. Selon lui, ce texte « n’a pas été la chose la plus intelligente. On a envoyé un signal négatif alors que toute la politique du gouvernement est d’attirer les meilleurs. J’ai des amis qui sont concernés et on a demandé des explications. » Selon lui, sur les 400 dossiers à examiner, 200 ont déjà été résolus. C’est effectivement ce qu’a annoncé Laurent Wauquiez, ministre de l’Enseignement supérieur, mercredi.

« Pas favorable au droit de vote des étrangers », le président des jeunes Pop souhaite qu’il soit « plus facile de devenir français lorsqu’on a passé X années sur le territoire, que l’on maîtrise la langue française et respecte les valeurs de la République. » Interpellé sur les propos tenus par Brice Hortefeux en 2009, à l’encontre d’Amine Benalia-Brouch, un jeune militant UMP, Benjamin Lancar déclare : « On a tous été très clairs pour dire que ces propos n’ont pas leur place à l’UMP », précisant au passage que l’ex-ministre a été relaxé en appel. « Et en cas de dérapages d’un responsable UMP, appellerait-il à des exclusions ? » interroge un participant. « Oui clairement », rétorque Benjamin Lancar.

Majorité pénale

Le mouvement propose de faire passer la majorité pénale à 16 ans.  « Les jeunes délinquants appellent Jean-Pierre Rosenczweig, président du tribunal pour enfants de Bobigny, Papy Noël. Les policiers arrêtent les jeunes qui sont remis en liberté peu de temps après. C’est catastrophique pour la capacité des policiers à intervenir », explique Benjamin Lancar. Même chose pour la majorité citoyenne. Une mesure qui permet selon lui de résoudre la question de l’abstention. « Si on ne donne pas la parole aux jeunes, on provoque des mesures qui amplifient le choc des générations », explique-t-il. L’idée a provoqué quelques remous dans la salle. Le responsable en est conscient : « Les jeunes Pop ne sont pas majoritairement favorables pour le vote à 16 ans », reconnaît-il.

Mariage homosexuel

Non, la direction de l’UMP n’a pas censuré Benjamin Lancar concernant l’appel à inscrire le droit du mariage homosexuel dans le projet de l’UMP pour 2012. « Je n’ai pas signé cette tribune même si je suis favorable à ce droit. Le timing ne me convenait pas et le texte dit refuser l’adoption pour les couples homosexuels, alors que moi je l’accepte», répond l’intéressé.

Quant au scrutin de 2012, Benjamin Lancar se veut très clair. « Pas d’alliance possible avec le FN. » En cas de second tour François Hollande/Marine Le Pen, il dit n’avoir « aucun état d’âme à voter pour le candidat socialiste. » Une position personnelle qui a fait grincer des dents certains jeunes militants UMP présents dans la salle.

Nassira El Moaddem

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021