Bercy est plein à craquer, en ce mercredi soir, pour le meeting de François Bayrou. Dix-huit mille partisans, à ce qu’il paraît. La vue d’un homme grand au crâne chauve parmi les invités d’honneur soulève des interrogations dans la tribune de presse. « Mais c’est qui ? » « On dirait Djamel Bouras. » Oui, la personne pressée par les caméras de télévision est bien l’ancien champion olympique de judo. Je quitte alors les bancs de la presse et rejoins, pour un court moment, le carré VIP. Je m’approche du judoka et lui pose la question: « Pourquoi François Bayrou et pas Nicolas Sarkozy ou Ségolène Royal ? » « Parce que François Bayrou a une vraie humanité et qu’il est le seul candidat qui puisse rassembler tous les Français de toutes origines. Sinon, ça va péter », répond-il. Pour Bouras, « Ségolène Royal est une erreur qu’ont effectuée les militants socialistes en la désignant ». Quant au candidat de l’UMP, « c’est un dictateur », tranche-t-il. 

Le soutien de l’ex-médaillé d’or d’Atlanta au candidat centriste est une aubaine pour ce dernier. Avec, déjà, Azouz Begag dans sa manche, le voilà désormais bien équipé pour aller à la rencontre du vote des quartiers populaires. Bouras et Begag sont tous deux des enfants de la banlieue lyonnaise. Le ralliement du judoka à François Bayrou s’est fait cette semaine. Il a rencontré le candidat centriste une première fois il y a quelques jours, puis une seconde fois, hier, avant le meeting de Bercy. Auparavant, Royal et Sarkozy, dit-il, avaient tenté de l’alpaguer. En vain. C’est le député-maire de Drancy, l’UDF Jean-Christophe Lagarde, qui, « avec un ami commun » à lui et à Djamel Bouras, a permis l’entrée du champion dans l’écurie Bayrou.

Antoine Menusier

Antoine Menusier

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021