Bercy est plein à craquer, en ce mercredi soir, pour le meeting de François Bayrou. Dix-huit mille partisans, à ce qu’il paraît. La vue d’un homme grand au crâne chauve parmi les invités d’honneur soulève des interrogations dans la tribune de presse. « Mais c’est qui ? » « On dirait Djamel Bouras. » Oui, la personne pressée par les caméras de télévision est bien l’ancien champion olympique de judo. Je quitte alors les bancs de la presse et rejoins, pour un court moment, le carré VIP. Je m’approche du judoka et lui pose la question: « Pourquoi François Bayrou et pas Nicolas Sarkozy ou Ségolène Royal ? » « Parce que François Bayrou a une vraie humanité et qu’il est le seul candidat qui puisse rassembler tous les Français de toutes origines. Sinon, ça va péter », répond-il. Pour Bouras, « Ségolène Royal est une erreur qu’ont effectuée les militants socialistes en la désignant ». Quant au candidat de l’UMP, « c’est un dictateur », tranche-t-il. 

Le soutien de l’ex-médaillé d’or d’Atlanta au candidat centriste est une aubaine pour ce dernier. Avec, déjà, Azouz Begag dans sa manche, le voilà désormais bien équipé pour aller à la rencontre du vote des quartiers populaires. Bouras et Begag sont tous deux des enfants de la banlieue lyonnaise. Le ralliement du judoka à François Bayrou s’est fait cette semaine. Il a rencontré le candidat centriste une première fois il y a quelques jours, puis une seconde fois, hier, avant le meeting de Bercy. Auparavant, Royal et Sarkozy, dit-il, avaient tenté de l’alpaguer. En vain. C’est le député-maire de Drancy, l’UDF Jean-Christophe Lagarde, qui, « avec un ami commun » à lui et à Djamel Bouras, a permis l’entrée du champion dans l’écurie Bayrou.

Antoine Menusier

Antoine Menusier

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués.

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022