Bercy est plein à craquer, en ce mercredi soir, pour le meeting de François Bayrou. Dix-huit mille partisans, à ce qu’il paraît. La vue d’un homme grand au crâne chauve parmi les invités d’honneur soulève des interrogations dans la tribune de presse. « Mais c’est qui ? » « On dirait Djamel Bouras. » Oui, la personne pressée par les caméras de télévision est bien l’ancien champion olympique de judo. Je quitte alors les bancs de la presse et rejoins, pour un court moment, le carré VIP. Je m’approche du judoka et lui pose la question: « Pourquoi François Bayrou et pas Nicolas Sarkozy ou Ségolène Royal ? » « Parce que François Bayrou a une vraie humanité et qu’il est le seul candidat qui puisse rassembler tous les Français de toutes origines. Sinon, ça va péter », répond-il. Pour Bouras, « Ségolène Royal est une erreur qu’ont effectuée les militants socialistes en la désignant ». Quant au candidat de l’UMP, « c’est un dictateur », tranche-t-il. 

Le soutien de l’ex-médaillé d’or d’Atlanta au candidat centriste est une aubaine pour ce dernier. Avec, déjà, Azouz Begag dans sa manche, le voilà désormais bien équipé pour aller à la rencontre du vote des quartiers populaires. Bouras et Begag sont tous deux des enfants de la banlieue lyonnaise. Le ralliement du judoka à François Bayrou s’est fait cette semaine. Il a rencontré le candidat centriste une première fois il y a quelques jours, puis une seconde fois, hier, avant le meeting de Bercy. Auparavant, Royal et Sarkozy, dit-il, avaient tenté de l’alpaguer. En vain. C’est le député-maire de Drancy, l’UDF Jean-Christophe Lagarde, qui, « avec un ami commun » à lui et à Djamel Bouras, a permis l’entrée du champion dans l’écurie Bayrou.

Antoine Menusier

Antoine Menusier

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021