Jean-Marie fait partie de ces acteurs de la ville de Dreux qui ont traversés trois décennies de vie politique et sociale locale. « A la fin des années soixante dix, on fabriquait des émissions dans une cave, avec la police qui faisait le tour du quartier à la recherche des bidouilleurs ».

Comme tous les habitants de la ville, il vit avec cette étiquette qui colle à la peau des drouais : Dreux, la ville du front national. Lors des élections municipales, en 1983, Jean Hieaux, tête de liste RPR provoque un tsunami politique en faisant alliance avec le CDS et le FN. Dreux venait de diffuser une odeur nauséabonde dans le débat politique français : « Cette liste promettait aux habitants de mettre les arabes et les noirs dehors ! les gens y croyaient vraiment, ils ont vite compris que c’était un leurre ». 

Depuis vingt ans, la ville trimballe cette affaire, impossible de mettre sous silence cette alliance. « Après la mort de Jean-Pierre Stribois, maire-adjoint de la ville, sa femme a repris le flambeau. Marie-France Stirbois était jeune, jolie et savait parler aux gens… ». Impossible pour la ville de sortir de l’étau frontiste, d’autant plus qu’au niveau national, le mouvement était lancé toutes voiles dehors. 

« L’image de la ville est ternie, caricaturée. Il faudra beaucoup de temps pour réhabiliter cette image ». Gérard Hamel, député maire actuel, a mis sur sa liste plusieurs acteurs issus de la diversité. La ville accueille aujourd’hui le forum associatif dans le cadre du plan espoir banlieue. « Il y a une évolution, les nouvelles générations sont sans doute moins dans la revendication que dans la recherche de solutions pragmatiques ». Dreux panse ses plaies, mais le chemin sera long.

Nordine Nabili

Nordine Nabili

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021