J’ai 14 ans, et lorsqu’au collège, en histoire, on étudie la deuxième guerre mondiale, les élèves ont toujours un grand père qui a combattu contre les Allemands à cette époque. Mais lorsqu’on s’appelle Amina, on se dit que cela ne nous concerne pas. En feuilletant des documents anciens conservés par ma mère et en regardant mon grand-père de 94 ans, je découvre donc que lui aussi a combattu contre les Allemands pendant cette guerre. Mon grand-père est né en 1915, en 1936 alors qu’il n’avait que 21 ans, il s’exile à Tunis pour trouver un emploi afin  de nourrir parents et frères restés à El Oued (désert Algérien).

En 1939, il fut enrôlé par l’armée française qui l’habille en militaire, et lui donne comme nom de famille SNP, Sans Nom Patronymique, seul le prénom est conservé. Il devient SNP Naji. Dans quel but les Français ont utilisé cette expression, mes recherches de ce côté n’ont pas encore commencé. Pour sa date de naissance, il est noté dans ses papiers « Présumé Né ».

Il batailla dans les tranchées du côté de l’Alsace-Lorraine, quand il fut emprisonné par les Allemands et conduit en Allemagne jusqu’à la libération de la France en 1945. Pendant sa période de détention, il a connu un autre prisonnier qu’il lui a dessiné sur l’avant bras un souvenir (vous y verrez ce que vos yeux voudront bien voir). 

En 1945, il fut libéré et envoyé à Tunis avec une pension de quelques francs par semestre, et voilà c’est tout. Ni poste de travail, ni reconnaissance, ni médaille, ni nom de famille. Seul, il est retourné à El Oued pour chercher sa copie intégrale d’acte de naissance  afin de retrouver son identité, il redevient Salimi Naji.  Et de retour à Tunis, il a épousé ma grand-mère qui lui a donné beaucoup d’enfants, dont le plus beau est mon père.

Amina Salimi (Lyon BondyBlog).

 

 

Amina Salimi

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022