J’ai 14 ans, et lorsqu’au collège, en histoire, on étudie la deuxième guerre mondiale, les élèves ont toujours un grand père qui a combattu contre les Allemands à cette époque. Mais lorsqu’on s’appelle Amina, on se dit que cela ne nous concerne pas. En feuilletant des documents anciens conservés par ma mère et en regardant mon grand-père de 94 ans, je découvre donc que lui aussi a combattu contre les Allemands pendant cette guerre. Mon grand-père est né en 1915, en 1936 alors qu’il n’avait que 21 ans, il s’exile à Tunis pour trouver un emploi afin  de nourrir parents et frères restés à El Oued (désert Algérien).

En 1939, il fut enrôlé par l’armée française qui l’habille en militaire, et lui donne comme nom de famille SNP, Sans Nom Patronymique, seul le prénom est conservé. Il devient SNP Naji. Dans quel but les Français ont utilisé cette expression, mes recherches de ce côté n’ont pas encore commencé. Pour sa date de naissance, il est noté dans ses papiers « Présumé Né ».

Il batailla dans les tranchées du côté de l’Alsace-Lorraine, quand il fut emprisonné par les Allemands et conduit en Allemagne jusqu’à la libération de la France en 1945. Pendant sa période de détention, il a connu un autre prisonnier qu’il lui a dessiné sur l’avant bras un souvenir (vous y verrez ce que vos yeux voudront bien voir). 

En 1945, il fut libéré et envoyé à Tunis avec une pension de quelques francs par semestre, et voilà c’est tout. Ni poste de travail, ni reconnaissance, ni médaille, ni nom de famille. Seul, il est retourné à El Oued pour chercher sa copie intégrale d’acte de naissance  afin de retrouver son identité, il redevient Salimi Naji.  Et de retour à Tunis, il a épousé ma grand-mère qui lui a donné beaucoup d’enfants, dont le plus beau est mon père.

Amina Salimi (Lyon BondyBlog).

 

 

Amina Salimi

Articles liés

  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022
  • Législatives vues des quartiers : l’union et maintenant quoi ?

    Alors que La France Insoumise mène les négociations pour finir l'union de la gauche avec le Parti Socialiste, après les communistes et les écologistes, dans les quartiers le sentiment paraît mitigé. Entre la possibilité de voir la gauche s'imposer aux législatives et la mise à prix des circonscriptions populaires, au grand dam de certains élus de terrain. Décryptage.

    Par Jalalle Essalhi
    Le 05/05/2022
  • Dans le XIXème, on a voté Macron à « contre-cœur »

    Fief Mélenchoniste au premier tour, le XIXème arrondissement a finalement voté à 85,85 % pour Emmanuel Macron au second tour. C’est d’ailleurs à Paris, que le Président réélu réalise ses meilleurs scores. Kamélia Ouaissa est allé à la rencontre des électeurs, souvent coincés entre devoir et amertume. Reportage.

    Par Kamelia Ouaissa
    Le 26/04/2022