« Je veux faire une politique de la ville sur mesure, une politique qui bouge, un travail de rénovation urbaine et sociale pour changer la donne sociale dans les cités. » Fadela Amara dans le texte, jeudi soir au Florida Palace à Marseille, lors d’un débat d’une heure entre elle et les habitants et associations du secteur du Grand Sud Huveaune. 70 personnes sont venues l’écouter, parmi elles, des élus de tout bord. La secrétaire d’Etat à la politique de la ville a mis en exergue trois grands chantiers : l’éducation et la réussite ; l’accès à l’emploi ; le désenclavement des quartiers.

Questions posées à Fadela Amara : « Est-ce que l’intelligence collective de ces concertations sera reprise au niveau local ? Comment allez-vous répondre aux dysfonctionnements ? » Réponse : « Oui, tout cela sera repris grâce à l’aide de la création de fiches de synthèses, grâce à des réunions locales et sectorielles organisées avec la collaboration du préfet de région, qui rendra tout le travail le 26 novembre prochain. »

La dernière intervention de la soirée, qui semble avoir retenu toute l’attention de la secrétaire d’Etat, a été faite par les jeunes du collectif CLEF (Citoyenneté, liberté, égalité, fraternité), présent dans le quartier de La Rouguière. En effet, Nawel, Samir et Yacine ont tenté d’exposer en deux minutes, les problèmes qu’ils rencontrent dans leur vie professionnelle, les discriminations subies à cause de leur adresse quand ils se rendent un entretien d’embauche, le manque de lien entre les jeunes des quartiers et le monde de l’entreprise.

Cela posé, voici les propositions faites par ces jeunes : « Nous voulons être valorisés, rencontrer des chefs d’entreprise, établir une économie solidaire, être encouragés par le recrutement dans nos cités. Nous sommes motivés et aujourd’hui nous désirons organiser avec votre soutien une grande réunion sur l’emploi en collaboration avec les dirigeants. » Face à ce bel entrain, Fadela Amara a affirmé qu’il fallait « aller au-delà de ce qui se passe dans les discriminations. J’irai vous rencontrer au sein même de l’association CLEF, nous allons discuter ensemble, et travailler pour que les choses changent ».

Fadela Amara, avant de prendre congé de son auditoire, a tenu à dire ceci : «  Sachez que je subis une pression, mais une pression qui est saine, je suis là parmi vous, et je vous écoute, le défi est un défi à relever tous ensemble, il faudra mettre le paquet, trouver des solutions aux problèmes de zonage, et taper très fort. On ne peut pas faire bouger tout ça sans les élus de tout bord. Et on ne peut faire bouger tout ça en un mois non plus, donc certaines choses afin qu’elles réussissent prendront plus de temps. Comptez sur moi, pour que l’on ne vous oublie pas au conseil des ministres. »

La secrétaire d’Etat est alors partie. Elle avait un avion à prendre pour Paris. Elle aurait bien voulu rester un peu plus longtemps pour discuter avec la population, mais elle a promis de revenir début décembre pour aller cette fois-ci dans les quartiers nord et revoir tous ceux qui étaient là ce jeudi soir.

Malika Redjem (BondyMarseille)

Malika Redjem

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021