A peine arrivé au centre social, Nordine  Benguerroud répond au téléphone. C’est la préfecture qui l’appelle pour qu’il lui communique les noms des habitants du quartier qui participeront à la rencontre organisée avec Fadela Amara. Avec Mohamed Dahmani, animateur comme lui à La Rouguière, il prépare soigneusement la venue de la secrétaire d’Etat à la politique de la ville. Tous deux connaissent parfaitement ces quartiers dans lesquels ils travaillent depuis près de 20 ans et où ils ont vu défiler plusieurs ministres de la ville. Pour eux, le principal problème des jeunes à Marseille, c’est l’emploi. Dans certains endroits, leur taux de chômage atteint 45 %. « Et encore, beaucoup de sans emploi ne sont même pas inscrits à l’ANPE. »

En effet, parmi les trois jeunes d’à peine 20 ans présents dans le centre social de La Rouguière qui prendront la parole aujourd’hui devant Fadela Amara, aucun ne travaille et pourtant, aucun n’est inscrit comme demandeur d’emploi. Ils étaient encore lycéens en juin dernier et ont espéré jusqu’au dernier moment continuer leurs études mais sans succès. Samir, l’un d’eux, qui a obtenu un bac ES, comptait entamer un BTS professions immobilières en alternance mais faute d’entreprise d’accueil, il a dû renoncer.

Nordine et Mohamed ont crée l’association CLEF (Collectif liberté, égalité, fraternité) pour leur venir en aide. Pour eux, il y a sur Marseille un véritable problème de discrimination, encore plus fort qu’à Paris. « L’emploi, c’est le nerf de la guerre, quand un jeune a deux ou trois sous dans la poche et qu’il est fatigué par une journée de travail, il a autre chose à faire qu’à traîner dehors. » A leur avis, la politique de la ville n’est pas efficace et les millions qui ont été injectés pour aider les quartiers se sont perdus dans les rouages administratifs. Ils veulent sortir de la logique clientéliste qui plus qu’ailleurs à Marseille, mine le milieu associatif. Ils entendent également lutter contre l’« éthnicisation des tâches » qui, selon eux, cantonnent les habitants des quartiers à l’animation, le sport ou la sécurité.

Autour de la table, on discute tranquillement. Morceaux choisis :

20minutes.bondyblog.fr/files//R09_0004_2.mp3

Mohamed Hamidi

Mohamed Hamidi

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués.

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022