[#LÉGISLATIVES2017] J-16 Le Bondy Blog ouvre ses colonnes à Fouad Ben Ahmed, militant associatif et socialiste à Bobigny. Il appelle la gauche à se rassembler pour éviter une réélection de la droite dans la 5ème circonscription de Seine-Saint-Denis où les candidatures de gauche se sont multipliées. Tribune. 

S’il a prétendu dépasser les clivages politiques tout au long de la campagne, le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, a aujourd’hui fait un choix très net : celui de gouverner le pays à droite. Par la nomination d’Edouard Philippe au poste de Premier ministre, de Bruno Le Maire, à celui de ministre de l’Économie et de Gérald Darmanin, ancien porte-parole de Nicolas Sarkozy au budget, le doute n’est plus permis. Qui peut s’en étonner ? Un candidat qui prévoyait la suppression de 120 000 fonctionnaires, la hausse de la CSG, la déconstruction de notre code du travail devait se révéler un président de droite, bien à droite. La politique libérale qu’il s’apprête à conduire est celle que la France mène depuis 30 ans et qui n’a rien résolu à la crise que nous connaissons. L’élection présidentielle était l’occasion de tourner le dos aux vieilles recettes libérales et de tendre résolument vers une politique sociale, écologique, européenne ambitieuse et progressiste. Ce rendez-vous, la gauche l’a manqué. Elle ne peut en aucune manière manquer celui des législatives. Les Français doivent pouvoir compter sur une gauche capable de s’opposer au libéralisme d’Emmanuel Macron et de montrer, surtout, qu’une autre voie est possible.

Ici, sur notre territoire, dans cette circonscription Drancy – Bobigny – Le Bourget, la gauche est forte. A l’élection présidentielle, François Fillon n’y a recueilli que 11,15 % des voix et Marine Le Pen réalise un score de 6 points inférieur à la moyenne nationale. Pourtant, Jean-Christophe Lagarde s’apprête à briguer son quatrième mandat. S’il est élu une fois encore, il devra quitter son poste de maire de Drancy en raison de l’interdiction de cumuler les deux mandats. Voilà qu’il a publiquement annoncé vouloir confier les clés de la ville …  à son épouse, adjointe ! A l’heure où le nouveau président en appelle au renouvellement de la classe politique et à sa moralisation, voilà le genre d’homme avec lequel il s’apprête à gouverner la France : un ancien soutien de François Fillon, cumulard, aux pratiques claniques.

Mais cette posture critique est vaine et irresponsable si nous ne sommes pas capables de proposer à nos concitoyens une alternative réelle et crédible. Si la droite s’apprête une fois encore à remporter cette élection législative dans un territoire ancré à gauche, ce n’est pas à son mérite ou à ses idées qu’elle le doit. Elle le doit à notre incapacité à nous rassembler. Le sectarisme, dont nous sommes collectivement responsables, est le pire ennemi de la gauche.

J’en appelle à notre raison et à nos convictions.Nous devons surmonter nos querelles, nos divisions et nos ambitions personnelles.

Je le dis très simplement : les femmes et hommes de gauche qui s’apprêtent à voter dans quelques semaines n’ont que faire de trois candidats de gauche, sans parler des candidatures indépendantes, dont ils perçoivent à peine les différences de fond. La seule chose qu’ils nous demandent, c’est la victoire de nos idées. La victoire de la gauche, car ils savent, et nous le savons aussi, que la gauche seule est capable de répondre au besoin d’égalité, de justice sociale, à l’aspiration élémentaire à une vie meilleure.

J’appelle donc les responsables socialistes, communistes, radicaux, écolos, insoumis à se mettre autour d’une même table. C’est le moment. Nous méritons mieux que des calculs électoraux fignolés par des professionnels de la politique ; mieux que d’être gérés par un petit clan piloté par un couple. Ensemble nous pouvons changer les choses. Ne commettons pas l’erreur de nous replier sur nous-mêmes. Soyons à la hauteur de l’enjeu.

A travers cette lettre ouverte, j’en appelle donc à un front uni de la gauche dans notre circonscription afin de remporter cette élection.

Fouad BEN AHMED, militant associatif, secrétaire de section du PS à Bobigny

Voici les candidats pour la 5ème circonscription de Seine-Saint-Denis :

Ugo PORTIER (France insoumise)

Valérie MERY (Parti socialiste)

Fatimata SY (Europe Ecologie Les Verts)

Abdel SADI (Parti communiste)

Jean-Michel ANTONIN (NP)

Rodolphe FEGER (Lutte Ouvrière)

Jean-François PERIER (Front national)

Malika MAALEM-CHIBANE (La République en Marche)

Jean-Christophe LAGARDE (UDI-LR, sortant)

Habib BABINDAMANA (Mouvement progressiste indépendant)

Denis LAZAROWICZ (Debout La France)

Morad KEMECHE (Union Populaire Républicaine)

Frédéric PERROD (Parti Pirates)

Hanane ZAHOUANI (Français et Musulmans)

Mouhammad EL JABBARI (577 pour la France)

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021