Miguel Medina/AFP

Une heure et demie avant le début du meeting, les adhérents s’amassent devant le Palais des Congrès. Les premiers arrivés, des personnes âgées, sont rapidement suivies par de jeunes militants. Parmi eux, Clément, 24 ans, à l’UMP depuis cinq ans. Bien qu’indécis, il est là « pour écouter François Fillon. Il a un gros potentiel. C’est un homme rassembleur qui a de l’expérience et qui, contrairement à Copé, est un homme qui prend le temps de réfléchir ». Une vieille dame s’approche et lance « les journalistes sont des charognards qui cherchent à foutre la merde partout. C’est à cause d’eux que Sarkozy a perdu ! », avant de me traiter de « tapin », chose que je prends à la rigolade. D’autres personnes rejoignant la conversion affirment se méfier des journalistes, « contrôlés par la gauche ».

Dans la foule, Nathalie, adhérente au parti depuis 2007 et membre de la team Fillon, décrit l’ex-Premier ministre comme « un homme d’État rassembleur, qui fait un travail de recherche intellectuel avant de prendre des décisions, apte à mener une opposition face au gouvernement actuel ». Copé est vu comme « un chien de combat, agressif qui est plutôt dans l’attaque frontale » par Adrien, membre de la team également.

Après une demie heure d’attente, les adhérents sont invités à rentrer dans l’enceinte du Palais. Un militant posté là distribue des tee-shirts estampillés « Team Fillon ». « Porte-le », lance-t-il, « avec ça, tu pourras être dans la haie d’honneur qui va accueillir Fillon ». Tandis que les adhérents de tous âge affluent dans la salle, le choc des générations est flagrant. Il y a des jeunes d’une part, qui militent, participent à la mise en place de la logistique du meeting et chauffent la salle, pendant que les personnes un peu plus âgées discutent entre-elles, cherchent une place pour s’assoir, parlent des journalistes.

Une vive altercation entre une vieille dame et un cameraman vient perturber l’ambiance bonne enfant. Le ton monte assez vite. Des mots sont échangés, puis les esprits sont calmés par un membre du parti. À 19 heures, le meeting débute. Valérie Pécresse fait son apparition sous un tonnerre d’applaudissements, elle embrasse les jeunes adhérents et les premiers drapeaux français sont agités pendant que d’autres sont distribués aux militants. La mobilisation des militants qui « sont au nombre de 4 000 ce soir » est saluée au passage. La foule est virevoltante.

Après des interventions, plus ou moins brèves des lieutenants de l’ancien Premier ministre et le chant de La Marseillaise, François Fillon fait son entrée sur scène. La musique zen présente en fond sonore laisse place à une autre, plus entraînante. La foule est en délire et scande « Fillon Président ». Récemment remis d’une intervention suite à un calcul rénal, François Fillon semble en pleine forme. Il prend le temps de saluer les jeunes présents dans la haie d’honneur.

Il prêche sa parole devant une foule déjà conquise qui applaudit à chaque fois qu’il fait une pause dans son discours, tacle avec subtilité son adversaire, ou s’amuse de « l’amateurisme » du Président de la République. Les membres du gouvernement actuel sont hués et François Fillon est vu comme le sauveur de la droite et de la France. Après le discours de l’ex-Premier ministre, l’hymne français clôture le meeting, qui aura duré environ trois heures.

Mohamed K.

Articles liés

  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022
  • « Strike » réussi pour la NUPES en Seine-Saint-Denis, malgré l’abstention

    En Seine-Saint-Denis, c’est un pari gagné pour la NUPES, qui visait sans détours le strike pour ces élections législatives. 12 circonscriptions sur 12 pour l'alliance de la gauche qui regroupe LFI, PS, EELV et PCF, qui détenait déjà sept circonscriptions, sous les couleurs du PCF et LFI. Le mot d’ordre qui semblait utopique pour certains est donc devenu réalité.

    Par Anissa Rami
    Le 20/06/2022
  • Face à la crise du logement, le gouvernement dans le déni

    Le résultat du second tour des législatives provoquera-t-il un remaniement ? En attendant, le ministère du logement est aux abonnés absents, depuis le 20 mai dernier. Une décision qui laisse bon nombre d’acteurs dubitatifs, alors que la crise du logement s’aggrave. Le président de l’association Droit au logement (DAL), Jean-Baptiste Eyraud, pointe, amer, les manquements du gouvernement.

    Par Céline Beaury
    Le 17/06/2022