Le rush médiatique  de la campagne présidentielle a commencé. Du moins c’est l’impression que donnait la troupe de journalistes agglutinée dans le hall du groupe scolaire Olympe de Gouges à Bondy. Au programme de la matinée, une conversation entre les membres de Stagiaire Impossible (un comité de jeunes professeurs) et François Hollande. L’ambiance est décontractée, les blagues fusent entre caméramans, preneurs de sons et rédacteurs. Cependant, lorsque le candidat arrive enfin et se dirige vers la salle où l’attendent les stagiaires, c’est le début de l’émeute. Ceux qui conversaient allègrement ensemble une seconde auparavant, se marchent déjà sur les pieds pour avoir le premier plan.

Pendant une heure et demi, le candidat écoute les témoignages des étudiants stagiaires. Ces derniers sont  vraisemblablement à bout de nerfs. Leurs expériences semblent toutes plus aberrantes les unes que les autres. Comme ce professeur de mathématiques d’un lycée de Seine-Saint-Denis : « Lors de ma première année en tant que stagiaire, j’avais 4 classes réparties sur 4 niveaux, 5ème 4ème, Seconde et Première. Je me suis parfois retrouvé face à des élèves plus âgés que moi. ».

Cette autre stagiaire s’est vue confiée une classe ULIS (Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire) au sein de laquelle elle a dû faire face à des élèves handicapés, sans pour autant avoir bénéficié d’une formation spécifique.

Le candidat Hollande a laissé s’exprimer sans intervenir les jeunes stagiaires. Par la suite, il a d’abord tenu à remercier les participants pour le métier qu’ils avaient choisi, les félicitant de « servir la République par l’éducation ». Il a rappelé qu’il avait fait de la jeunesse l’objectif principal de sa campagne et que pour lui il était « inconcevable » de supprimer les formations destinées à former les professeurs de demain. S’engageant solennellement à rétablir la formation initiale mais aussi à faciliter l’accès à la formation continue, il a répété sa volonté de créer 12 000 postes par an dans l’Education nationale. Répondant à une question d’un professeur en Seine-Saint-Denis, il a estimé impératif de rétablir un équilibre entre stagiaires et professeurs aguerris dans les établissements les plus difficiles.

Vers 13h30, M. Hollande a remercié ses interlocuteurs et s’est dirigé vers la sortie pour un point presse. Après une rencontre de près de deux heures sur l’éducation, les questions fusèrent sur d’autres sujets  : « M. Hollande, une réaction sur la condamnation de M. Chirac ? » « Elle doit passer pour que ne s’installe pas un sentiment d’impunité», répond-t-il, tout en ayant « une pensée pour l’homme Jacques Chirac ». Normal, ce dernier avait dit qu’il voterait pour lui.

Rémi Hattinguais

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021