Municipales 2014. L’ancien édile qui avait ravi la ville acquise au PCF en 2001, entend bien rétablir sa légitimité face au maire actuel et candidat PS, Phillipe Doucet. Rencontre.

Ce qui attire l’attention en arrivant à la permanence de George Mothron, candidat UMP à la mairie d’Argenteuil, c’est son affiche dégradée. Le visage du candidat auquel on a ajouté une coupe et une moustache hitlériennes. « Cela doit être rénové aujourd’hui, j’ai déposé une plainte contre X mais il n’y a pas encore eu de suites ». George Mothron, descendant d’une famille de vignerons argenteuillais dont les grands-parents sont communistes et pourtant celui qui a mis fin à 67 ans de communisme en devenant maire de la ville en 2001. En 2008, il se fait battre par le socialiste Philippe Doucet d’une courte majorité.

Résultat : avec ces deux mandats qui se sont succédé, certains Argenteuillais ne savent pas trop ce qu’ils doivent à George Mothron et ce qu’ils doivent à Philippe Doucet. « Aujourd’hui, c’est Doucet qui coupe les rubans mais c’est bien qu’il y ait une continuité. Reste que le plus gros changement, c’est moi qui l’ai conclu avec l’agence nationale de renouvellement urbain en 2005. On a fait un projet urbain de grande envergure incluant le val d’argent nord et sud avec une prolongation sur l’est d’Argenteuil. Ce qui est dommage c’est qu’il ait commencé par tout vouloir remettre en cause, ce qui a provoqué un retard de 18 mois dans les travaux au Val d’argent nord. Alors c’est vrai que les gens ne savent plus, mais je vais leur répéter fortement ».

« Il fallait casser ce que Mothron et son équipe avaient fait »

George Mothron dénonce donc la mauvaise gestion de la ville, raison principale pour laquelle il se présente de nouveau à ces élections  lui qui est déjà conseiller général. « Je me présente à nouveau car je souhaite un développement économique et urbain mieux géré. Ainsi, nous avions mis au point un projet de ZAC (Zone d’aménagement concerté) sur le sud ouest d’Argenteuil que mon successeur a laissé tomber à son arrivée. Pourtant à quelques semaines des élections, il vient s’y intéresser de nouveau en y faisant venir le ministre de la Ville. En fait, au début, il fallait casser ce que Mothron et son équipe avaient fait ».

Mais ce qui est au centre du programme de George Mothron et qui avait déjà irrigué son action lors de son précédent mandat municipal c’est la « mixité sociale par le haut ». Et cela passe par la rénovation urbaine, que ces détracteurs lui reprochent comme un moyen de mettre les classes populaires dehors. Si le candidat ne nie pas qu’une rénovation puisse faire augmenter les prix, il soulève que « la proportion de logements sociaux en centre ville d’Argenteuil est de 55%, et lorsque j’ai lancé des rénovations en tant que maire, j’étais tenu contractuellement à ce que ce taux reste inchangé. Je souhaite juste des logements d’accession à la propriété afin qu’il y ait de la mixité au niveau de l’habitat dans le centre-ville qui représente l’image de la ville et qui irrigue les autres quartiers. Alors certains pourront dire que je fais du nettoyage social de manière politicarde mais la volonté n’était pas de baisser le nombre de logements sociaux ».

« La solution c’est la rénovation urbaine »

C’est ainsi que le candidat Mothron souhaite redynamiser les commerces de proximité, « les logements sociaux ont été construits il y a 55 ou 40 ans mais ça a dérivé dans le temps et ça s’est paupérisé. Se paupérisant, les commerces n’ont pas faits les mêmes affaires alors ils sont partis. C’est aussi ce qui s’est passé sur la dalle. La solution c’est la rénovation urbaine, ça amène un pouvoir d’achat qui peut permettre de développer un commerce diversifié ».

Ainsi, George Mothron défend toujours les mêmes idées pour Argenteuil lors de cette campagne qui ne ressemble pourtant à aucune autre. En effet, « elle est la campagne la plus difficile car la plus affreuse au niveau contact. Il y a un clivage, avant on se battait sur des idées mais on se respectait. Doucet est arrivé, je ne sais pas si c’est un problème de génération mais il n’y a plus de respect. Moi, George Mothron, né ici, qui a des amis dans toutes les communautés, je suis le premier maire à avoir signé le permis de construire de la première mosquée et ils sont en train de faire passer des Sms comme quoi j’allais détruire les deux mosquées. De taper sur les hommes comme ça, ce n’est pas possible ».

Mais il y a bien une chose que George Mothron regrette de son précédent mandat, c’est la venue de Nicolas Sarkozy, « je le regretterai toujours » estime-t-il, « la plus grosse engueulade que j’ai eu avec un ministre c’est avec le ministre de l’Intérieur en 2005, c’était une connerie mais bon le mal était fait ». Personnalité argenteuillaise incontournable, la campagne s’avère pourtant difficile pour George Mothron en face d’un Philippe Doucet fort de son mandat de député et membre de la majorité parlementaire et qui dispose surtout encore de la confiance des argenteuillais.

Latifa Oulkhouir

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021