Dans ce deuxième tour des élections législatives, Georgia Vincent, candidate UMP, croyait renforcer la majorité présidentielle à l’Assemblée nationale en s’octroyant le siège d’Elizabeth Guigou, députée PS sortante de la circonscription de Bondy/Romainville/Noisy-Le-Sec. Sauf que celle-ci, garde son siège avec un large score de 60,25 %. La candidate UMP obtient 39,75%. Elle ne pourra donc pas contribuer à : « décliner le programme du président Nicolas Sarkozy et à relancer la pompe économique ». Ce dimanche, j’ai pu suivre Georgia Vincent dans sa tournée des bureaux de vote : « Je garde toujours la forme et la gaieté même dans les moments difficiles ». Malgré sa lucidité, une certaine inquiétude émane de la candidate UMP et de ses assesseurs. Peu de participation (20 % en moyenne) dans les quartiers de la Sablière et la Mare à la Veuve au sud de la ville, les quartiers Brossolette, Blanqui et Petit Jean au centre, et les cités Nou Caillé et Terre Saint-Blaise à Bondy nord. Même si on constate de nombreux électeurs absents au premier tour.

Entre deux visites, la candidate UMP s’explique sur la « TVA sociale » qui fait tant de polémique. Une réforme annoncée par le gouvernement il y a quelques jours : « cette TVA ne touchera en rien le prix final d’un produit acheté. Si la TVA augmente, les charges sociales des entreprises baisseront. Il s’agit de répartir différemment les charges à l’intérieur des prix ». Un système qui permettrait d’alléger les dettes, les comptes du pays et de financer les retraites du papy boom.

Par ailleurs, Georgia Vincent s’indigne de la presse qui ne lui aurait pas accordé autant de temps d’expression que sa rivale durant la campagne. Dans la loi, il n’y a pas obligation d’égalité de la prise de parole des candidats aux législatives. « Durant toute ma campagne, aucun média ne m’a appelée pour une interview, raconte la candidate. Au contraire. Un jour, je fais appel à une chaîne de télé qui me répond que la star c’est Elisabeth Guigou ! ». Influence ou pas des médias, toujours est-il que les résultats sont sortis des urnes.

Par Nadia Boudaoud

Nadia Boudaoud

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021