Un maire de Bondy, ça fait quoi pendant les vacances d’été ? Ça galère à Rosny 2 ? Ça pique-nique d’un sandwich thon à la catalane au parc de la Mare à la Veuve ? Ça compte les jours avant la rentrée scolaire ? Bien sûr que non. Après une année harassante au côté de Miss Royal, dont il guida les pas dans le 93, notre grand Maximo a bien droit à de vrais congés: trois semaines en Bretagne dans un petit village, du coté de Quimper, presque un rituel. Mais Gilbert Roger corrige aussitôt certains a priori : les vacances galères à Bondy, il en a eu sa part. « Contrairement à ce que les uns ou les autres peuvent penser, on n’était pas tellement riche à la maison. Les étés à jouer dans la rue, au mieux au centre aéré, ou des fois à ne rien faire du tout, j’ai connu aussi. »

Avec un père dans l’industrie, les mois estivaux du jeune Gilbert dépendaient surtout de Monsieur Août : « C’était la tradition, les usines s’arrêtaient durant ce mois ». Les 30 jours dédiés à Auguste étaient généralement passés en camping à la montagne ou dans le sud de la France en famille. Gilbert Roger a réalisé une partie de l’agôgè bondynoise, ces petits rituels qui forment la jeunesse du cru. Non, il n’est jamais rentré a pied de Paris le long du canal après avoir manqué le dernier train, mais il a fait ce passage obligé à Saint-Benoît-du-Sault, notre colonie de vacances officielle. Il y officiait en tant que maître nageur. « D’ailleurs, j’y passe au moins d’août, pas pour apprendre aux jeunes Bondynois à nager, pour ça, je dois passer ma révision. »

Plage, visite du terroir en famille, loin des grands centres touristiques, telles sont, désormais, les vacances de The Mayor. « Quand je dis où je vais, on me dit souvent : mais t’es fou ! Pourtant, je préfère mon style de vacances aux plages bondées ». Moi, je vais manger du pain à l’huile tout les ans à Tazmalt en Kabylie, parce j’ai de la famille là-bas. Serait-ce parce que notre maire à des liens en Armorique qu’il visite les menhirs ? « Une partie de ma famille est originaire de Bretagne, c’est vrai, mais ce n’est pas pour cela que je m’y rends. Je vais juste faire le touriste. Mon petit-fils nous accompagne, je suis tout jeune grand père. »

Bondy n’étant pas bâti entre deux plaques tectoniques, ni sur le flanc d’un volcan en activité, sa magistrature a rarement nécessité de cellule de crise, avec, pour effet, un rapatriement estival dans la mère patrie (Gilbert Roger touche du bois). Il n’empêche, le maire garde toujours un œil sur sa ville. « A l’époque où l’on ne disposait pas des moyens de communication d’aujourd’hui, je me trimbalais un fax avec d’énormes rouleaux de papier. Maintenant, avec Internet, je passe environ une heure par jour à répondre aux courriers. »

 

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022