C’était une annonce qu’Emmanuel Macron avait fait à Tourcoing, dans le Nord, le 14 novembre 2017 lors de son déplacement sur le thème de la politique de la ville, mais qui a pris du temps à se concrétiser. Selon nos informations, une première réunion de travail, suivie d’un déjeuner, doivent se tenir ce mardi 13 mars à 11h à l’Élysée autour d’Anne de Bayser, la secrétaire générale adjointe de l’Elysée pour la mise en place du Conseil présidentiel des villes, initialement attendu pour février. L’entité s’inscrit dans la « mobilisation nationale pour la ville et les quartiers » appelée de ses voeux par Emmanuel Macron à Tourcoing.

Selon le cabinet du Président, cette entité est censée « créer et rassembler des personnes issues des quartiers populaires, de tout âge, de tout profil et animées par un engagement et reconnues pour leur expertise. Elles seront chargées de nourrir la réflexion du président de la République sur la politique de la ville« . Pas de politiques ni d’élus, promet-on à l’Élysée qui assure que le premier Conseil, dont la tenue avait été annoncée pour février, aura lieu « dans le courant du mois de mars ». Le Conseil présidentiel doit se réunir tous les trois mois pour suivre l’état d’avancement des dossiers.

Saïd Hammouche, Majid El Jarroudi, Laëtitia Nonone, Anne Charpy, Yassine Bellatar membres du Conseil

Ils sont déjà quelques acteurs et actrices de terrain des quartiers à avoir été sollicités par l’Élysée pour rejoindre le futur Conseil présidentiel des villes. Parmi eux, Saïd Hammouche, président et fondateur du cabinet de recrutement Mozaïk RH ; Mohamed Mechmache, fondateur de la coordination « Pas sans nous » et co-auteur d’un rapport pour une réforme radicale de la politique de la ville ; Laëtitia Nonone, présidente de l’association « Zonzon93 » et membre de « Pas sans nous » ; Anne Charpy, fondatrice des « Voisins Malins« , Majid El Jarroudi, fondateur de l’Adive, l’Agence pour la diversité entrepreneuriale, qui a mené la campagne d’Emmanuel Macron ou encore l’humoriste Yassine Bellatar qui se dit « proche d’Emmanuel Macron« .

Anne Charpy espère « faire remonter les pépites des quartiers« . « Avec Voisins Malins, nous faisons du porte-à-porte. On en voit du monde, les petites associations qui tiennent les bibliothèques, le médecin qui connaît tous les habitants… J’espère qu’on pourra mettre un peu ces gens dans la lumière et s’appuyer aussi sur ces ressources qui ont l’impression de ne pas être écoutées ».  

La question des moyens du Conseil présidentiel des villes va être importante

Laëtitia Nonone a elle aussi été sollicitée pour rejoindre le Conseil présidentiel ses villes et participera à la réunion préparatoire de ce mardi. « Mon défi sera de passer du constat aux actes concrets en faveur des habitants : qui ne tente rien n’a rien ! Je suis habitante de la Seine-Saint-Denis, mes actions associatives m’ont permis de me déplacer à Marseille comme à Mulhouse, à Mayotte… La politique de la ville concerne tout le territoire français : les problématiques des départements d’Outre-mer me touchent et me révoltent autant que celles des habitants de la Seine-Saint-Denis« , disait-elle le 8 mars lors d’un entretien au Bondy Blog.

Mohamed Mechmache dit, lui, rester « prudent« . « La question des moyens du Conseil présidentiel des villes va être importante. Aurons-nous les moyens pour agir ? On veut que ce Conseil serve à quelque chose et il faudra qu’on sache clairement quelle sera notre marge de manoeuvre. Ce qui m’intéresse c’est le fond, pas la vitrine », alerte le membre fondateur d’ACLEFEU à Clichy-Sous-Bois à la suite des révoltes de 2005 et actuel conseiller régional EELV d’Île-de-France. La réunion du 13 mars donnera le ton. Si quelque chose ne me plaît pas, je le dirais« .

Nassira EL MOADDEM

Articles liés

  • « On assiste à une offensive généralisée contre tout ce qui déplait au gouvernement »

    Le Conseil d'État a validé, le 4 janvier dernier, l'application de trois décrets qui élargissent les fiches de renseignement. Trois fichiers : le Pasp (prévention des atteintes à la sécurité publique) de la police nationale; le Gipasp (gestion de l'information et prévention des atteintes à la sécurité publique) pour la gendarmerie et l'EASP (enquêtes administratives liées à la sécurité publique) pourront contenir des informations liées aux opinions politiques, la religion, et la santé. Une escalade dans la surveillance étatique qu'analyse l'historienne et politologue Vanessa Codaccioni. Entretien.

    Par Anissa Rami
    Le 08/01/2021
  • Marwan Mohammed : « C’est une chasse débridée et violente qui s’est ouverte »

    #BestofBB Avec le sociologue du CNRS Marwan Mohammed, le Bondy Blog revient sur l’emballement médiatique et politique après l’assassinat de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie et d’éducation morale et civique, le 16 octobre à Conflans Sainte Honorine, visé par un attentat meurtrier pour avoir enseigné la liberté d’expression en montrant dans son cours les caricatures reprises par Charlie Hebdo. Entretien. 

    Par Nawfel Achache
    Le 29/12/2020
  • 20 ans de loi SRU : l’échec de la mixité sociale

    Sabrer ou ne pas sabrer le Champomy ? La question se pose au lendemain du vingtième anniversaire de la loi SRU (solidarité et rénovation urbaine) qui impose 20 % de logements sociaux aux communes de plus de 3500 habitants (1500 en Ile-de-France). D’un côté, on ne peut que saluer l’existence et la survie de cette loi, de l’autre on ne peut ignorer sa fragilité, ses limites et ses résultats d’autant plus visibles en période de crise sociale et sanitaire. Analyse.

    Par Héléna Berkaoui
    Le 15/12/2020