Je ne suis pas Emile Zola, et le Bondy Blog n’est pas l’Aurore, mais j’Accuse. En tant que citoyenne française d’abord, qui ne se reconnaît plus dans ce pays qui fut un jour modèle d’exemplarité en matière de droits de l’homme. En tant que jeune aussi, qui doit écoper des erreurs de ses aînés, subir les complexes de ses aïeuls, et assumer un héritage de bévues.

Je suis fatiguée, épuisée, blasée de vivre dans un pays où l’on cautionne de manière aussi décomplexée des propos de caniveau. Ou un ministre, dont le salaire provient du travail de tous les Français et non-Français. Sans distinction de race ou de religion. De toutes les personnes qui à la sueur de leur front cotisent, construisent et bâtissent un pays qui ne veut pas d’eux. Qui les ponctionne sans problème et  les rejettes sans pudeur.  Un pays qui use, qui abuse, qui abrase. Un pays qui détruit de l’intérieur son propre peuple, sans en mesurer réellement les conséquences. J’Accuse parce que je ne comprends pas l’intérêt de vivre dans un pays où tout le monde se déteste les uns les autres. Où les gens ont de l’aversion pour eux-mêmes au point de se supprimer la vie.

J’Accuse, un ministre qui veut volontairement occulter les apports de toutes les civilisations. Qui oublie que si aujourd’hui il peut compter le nombre d’euros de sa pension de retraite, c’est parce que la civilisation arabe lui a transmis un bien précieux : les chiffres. Il nie volontairement, ou par manque de culture les apports considérables de la civilisation arabo-musulmane. En matière de médecine, de physique, d’astronomie, de chimie, d’architecture, d’agriculture, de mathématiques…

Je suis fatiguée de devoir justifier l’histoire alors qu’il suffit juste de l’assumer. On ne la change pas, on ne la nie pas. C’est la France des lumières qui me l’a appris. Mais depuis quelques temps, les lumières semblent éteintes. Et l’horizon s’assombrit.

En se positionnant comme civilisation supérieure, ce gouvernement joue aux éboueurs de l’histoire. Ils oublient que l’évolution n’appartient à personne si ce n’est à l’Homme. Elle n’est pas l’apanage d’une civilisation. Elle est universelle. L’émulation, l’échange, le partage, c’est ce qui fait l’homme et son évolution.

Et ça, la jeunesse l’a bien compris. Alors oui, il y a un choc. Mais pas un choc des cultures ou des civilisations, un choc des générations. Où la jeunesse peut communiquer en instantané avec n’importe quelle partie de la planète. Et où la vieillesse, aigrie, ne maîtrise pas l’évolution de la vie. La vitesse avec laquelle elle passe. Et la facilité avec laquelle les héritiers la maîtrise. Alors, quand on ne maîtrise pas le futur, on remue le passé. La vitesse fait paniquer, fait regarder dans le rétro et freiner brusquement…

Alors j’Accuse, en tant que citoyenne française d’abord, en tant que jeune ensuite, j’Accuse un gouvernement de trahir sa devise. De cracher sur ses citoyens, sur son peuple, sur sa nation, sur la liberté, sur l’égalité et sur la fraternité.

Widad Ketfi

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021