Je ne suis pas Emile Zola, et le Bondy Blog n’est pas l’Aurore, mais j’Accuse. En tant que citoyenne française d’abord, qui ne se reconnaît plus dans ce pays qui fut un jour modèle d’exemplarité en matière de droits de l’homme. En tant que jeune aussi, qui doit écoper des erreurs de ses aînés, subir les complexes de ses aïeuls, et assumer un héritage de bévues.

Je suis fatiguée, épuisée, blasée de vivre dans un pays où l’on cautionne de manière aussi décomplexée des propos de caniveau. Ou un ministre, dont le salaire provient du travail de tous les Français et non-Français. Sans distinction de race ou de religion. De toutes les personnes qui à la sueur de leur front cotisent, construisent et bâtissent un pays qui ne veut pas d’eux. Qui les ponctionne sans problème et  les rejettes sans pudeur.  Un pays qui use, qui abuse, qui abrase. Un pays qui détruit de l’intérieur son propre peuple, sans en mesurer réellement les conséquences. J’Accuse parce que je ne comprends pas l’intérêt de vivre dans un pays où tout le monde se déteste les uns les autres. Où les gens ont de l’aversion pour eux-mêmes au point de se supprimer la vie.

J’Accuse, un ministre qui veut volontairement occulter les apports de toutes les civilisations. Qui oublie que si aujourd’hui il peut compter le nombre d’euros de sa pension de retraite, c’est parce que la civilisation arabe lui a transmis un bien précieux : les chiffres. Il nie volontairement, ou par manque de culture les apports considérables de la civilisation arabo-musulmane. En matière de médecine, de physique, d’astronomie, de chimie, d’architecture, d’agriculture, de mathématiques…

Je suis fatiguée de devoir justifier l’histoire alors qu’il suffit juste de l’assumer. On ne la change pas, on ne la nie pas. C’est la France des lumières qui me l’a appris. Mais depuis quelques temps, les lumières semblent éteintes. Et l’horizon s’assombrit.

En se positionnant comme civilisation supérieure, ce gouvernement joue aux éboueurs de l’histoire. Ils oublient que l’évolution n’appartient à personne si ce n’est à l’Homme. Elle n’est pas l’apanage d’une civilisation. Elle est universelle. L’émulation, l’échange, le partage, c’est ce qui fait l’homme et son évolution.

Et ça, la jeunesse l’a bien compris. Alors oui, il y a un choc. Mais pas un choc des cultures ou des civilisations, un choc des générations. Où la jeunesse peut communiquer en instantané avec n’importe quelle partie de la planète. Et où la vieillesse, aigrie, ne maîtrise pas l’évolution de la vie. La vitesse avec laquelle elle passe. Et la facilité avec laquelle les héritiers la maîtrise. Alors, quand on ne maîtrise pas le futur, on remue le passé. La vitesse fait paniquer, fait regarder dans le rétro et freiner brusquement…

Alors j’Accuse, en tant que citoyenne française d’abord, en tant que jeune ensuite, j’Accuse un gouvernement de trahir sa devise. De cracher sur ses citoyens, sur son peuple, sur sa nation, sur la liberté, sur l’égalité et sur la fraternité.

Widad Ketfi

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021