Je ne suis pas Emile Zola, et le Bondy Blog n’est pas l’Aurore, mais j’Accuse. En tant que citoyenne française d’abord, qui ne se reconnaît plus dans ce pays qui fut un jour modèle d’exemplarité en matière de droits de l’homme. En tant que jeune aussi, qui doit écoper des erreurs de ses aînés, subir les complexes de ses aïeuls, et assumer un héritage de bévues.

Je suis fatiguée, épuisée, blasée de vivre dans un pays où l’on cautionne de manière aussi décomplexée des propos de caniveau. Ou un ministre, dont le salaire provient du travail de tous les Français et non-Français. Sans distinction de race ou de religion. De toutes les personnes qui à la sueur de leur front cotisent, construisent et bâtissent un pays qui ne veut pas d’eux. Qui les ponctionne sans problème et  les rejettes sans pudeur.  Un pays qui use, qui abuse, qui abrase. Un pays qui détruit de l’intérieur son propre peuple, sans en mesurer réellement les conséquences. J’Accuse parce que je ne comprends pas l’intérêt de vivre dans un pays où tout le monde se déteste les uns les autres. Où les gens ont de l’aversion pour eux-mêmes au point de se supprimer la vie.

J’Accuse, un ministre qui veut volontairement occulter les apports de toutes les civilisations. Qui oublie que si aujourd’hui il peut compter le nombre d’euros de sa pension de retraite, c’est parce que la civilisation arabe lui a transmis un bien précieux : les chiffres. Il nie volontairement, ou par manque de culture les apports considérables de la civilisation arabo-musulmane. En matière de médecine, de physique, d’astronomie, de chimie, d’architecture, d’agriculture, de mathématiques…

Je suis fatiguée de devoir justifier l’histoire alors qu’il suffit juste de l’assumer. On ne la change pas, on ne la nie pas. C’est la France des lumières qui me l’a appris. Mais depuis quelques temps, les lumières semblent éteintes. Et l’horizon s’assombrit.

En se positionnant comme civilisation supérieure, ce gouvernement joue aux éboueurs de l’histoire. Ils oublient que l’évolution n’appartient à personne si ce n’est à l’Homme. Elle n’est pas l’apanage d’une civilisation. Elle est universelle. L’émulation, l’échange, le partage, c’est ce qui fait l’homme et son évolution.

Et ça, la jeunesse l’a bien compris. Alors oui, il y a un choc. Mais pas un choc des cultures ou des civilisations, un choc des générations. Où la jeunesse peut communiquer en instantané avec n’importe quelle partie de la planète. Et où la vieillesse, aigrie, ne maîtrise pas l’évolution de la vie. La vitesse avec laquelle elle passe. Et la facilité avec laquelle les héritiers la maîtrise. Alors, quand on ne maîtrise pas le futur, on remue le passé. La vitesse fait paniquer, fait regarder dans le rétro et freiner brusquement…

Alors j’Accuse, en tant que citoyenne française d’abord, en tant que jeune ensuite, j’Accuse un gouvernement de trahir sa devise. De cracher sur ses citoyens, sur son peuple, sur sa nation, sur la liberté, sur l’égalité et sur la fraternité.

Widad Ketfi

Articles liés

  • Burkini, la saison de trop d’une série bien française

    Alors que le conseil municipal de la ville de Grenoble a autorisé en début de semaine les femmes qui portent le voile à nager avec un maillot couvrant, la classe politique s'est déchirée devant la décision. Aux avant-postes, l'État et le Ministère de l'Intérieur qui compte une nouvelle fois empêcher les femmes musulmanes d'accéder à un service public. Nouvelle saison, d'une série tristement française. Édito.

    Par Félix Mubenga
    Le 20/05/2022
  • En Seine-Saint-Denis, la NUPES « vise le strike »

    Le 17 mai, les 12 candidat·e·s de Seine-Saint-Denis de la NUPES ont déposé collectivement leurs candidatures à la préfecture de Bobigny. L'occasion d'affirmer la détermination de la gauche unie de gagner dans toutes les circonscriptions du 93. Mais l'élan Mélenchon retrouve-t-il sa légitimité sur le terrain ? Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 19/05/2022
  • À Aubervilliers, la NUPES se rassemble « pour l’histoire »

    La NUPES - Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale - s'est lancée officiellement à Aubervilliers. Après des jours de négociations médiatisées, les partis de gauche se sont réunis samedi 7 mai en Seine-Saint-Denis pour lancer officiellement la campagne des législatives avec lesquelles ils et elles espèrent transformer l'essai de Mélenchon à la présidentielle. Reportage.

    Par Hadrien Akanati-Urbanet
    Le 08/05/2022