Jamel Debbouze fait partie des artistes qui se sont rendus à Clichy-sous-Bois, à l’appel d’ACLEFEU (Association Collectif Liberté Egalité Fraternité Ensemble Unis). Le but de cette action? Inciter les jeunes des banlieues à s’intéresser à la politique et à aller voter.

« Seulement un jeune sur dix est inscrit sur les listes, c’est terrible », raconte-t-il dans une interview pour le Bondy Blog. Jamel Debbouze aussi a été un jeune des quartiers, et lui aussi, à l’époque, n’allait pas voter : « Je ne savais pas ce que cela pouvait changer. Maintenant, j’ai compris qu’on pouvait faire et défaire les gens ». Pouvoir du citoyen fort utile quand on a, comme lui « jamais été satisfait par un gouvernement. Je n’ai jamais connu cette satisfaction. Mais l’issue passe par la politique. ».

Voir l’intégralité de l’interview en vidéo.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xmt39f_jamel-et-l-engagement-politique_news[/dailymotion]

Idir Hocini

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021