Principale inquiétude des militants de toutes tendances: « que les nombreux Neuilléens tout juste rentrés de vacances ne prennent pas la peine de voter ». Les pronostics vont bien entendu bon train parmi les chalands. Et si les sondages donnent Jean Christophe Fromantin largement vainqueur au premier tour (60% selon le dernier sondage JDD),  la perspective d’un deuxième tour est celle qui l’emporte dans l’opinion Neuilléenne : « Arnaud Teullé a le soutien de la mère du président de la république et du voisin de Levallois (le maire Patrick Balkany),  ça pourrait sauver la baraque », confie un jeune qui soutient le dissident. Tous les espoirs seraient donc permis selon les Teulléens, si le favori Fromantin récolte moins de la majorité absolue et si son principal opposant récolte un score honorable.

A l’école Charcota, où Jean Sarkosy a voté ce matin, il n’y a pas foule en ce milieu d’après midi.  On refuse poliment de dire pour qui on a voté, mais on reste assez bavard sur les événements qui ont émaillés la campagne ces derniers mois : « C’est fou, ce qui nous est arrivé confie une vieille dame,  Neuilly est si calme d’habitude… et là on a été au centre du monde. Enfin, après les élections, on va pouvoir retrouver la paix ». Un élégant gentleman glisse un commentaire : « Je sors de la messe, je suis venu directement voter. Ca renforce le côté village, après je vais aller me poser dans un café et on a va discuter jusqu’à l’annonce des résultats ».

Devant le bureau de vote, une dame en invective une autre à cause de son manteau de vison : « je milite pour la SPA, c’est plus fort que moi. Moi je soutiens l’opposition, la gauche et les verts, parce que cette ville a besoin de changement, et je ne suis pas sûre que Jean Christophe Fromantin, qui doit sa notoriété à cette thématique soit un homme de changement ».

« Trop jeune, trop Sarkozy, mais je ne me fais pas d’illusions, avec le sigle UMP sur ses affiches c’est Jean Sarkosy qui sera élu », commente un électeur. Jean Sarkozy s’est lancé dans la course aux cantonales, juste après l’éviction de David Martinon. Abandonnant l’idée de constituer sa propre liste avec Arnaud Teullé, il obtint l’adoubement UMP pour le conseil général. Depuis le candidat garde une prudente neutralité.

Si certains ont pressenti ce matin un Jean Sarkozy « en stress », face son principal opposant du Modem, Alexandre Harmand, l’affaire serait entendue pour la majorité des votants. Les Fromantinistes, pour revenir aux municipales, s’appuient eux sur les sondages, le chemin parcouru et le soutient de l’UMP pour considérer l’affaire comme entendue.  A peine certains militants avouent la possibilité d’un second tour : « ce qui ne changerait rien, une négociation ou une fusion de liste avec Arnaud Teullé étant à exclure  ». 

Idir Hocini

 

Idir Hocini

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021