Jeannette Bougrab a le regard noir d’une actrice italienne des années 50, avec, dans les yeux, quelque chose de vulnérable. A l’UMP, son parti, ils n’aiment pas trop ça, la femme fragile. Ils préfèrent la femme générale, la tenue pantalon au tailleur mauve. C’est dans cette couleur glamour que la candidate du parti de droite a visité les 35 bureaux de vote de la 18ème circonscription de Paris, où elle se présentait. Un rituel qui tient autant de l’affichage le jour du vote que du respect envers les électeurs. Professeur de droit à la Sorbonne, chargée de cours à Sciences Po, Jeannette Bougrab n’a que 33 ans. « De droite en économie, plutôt de gauche sur les questions de société », ainsi qu’elle se décrit elle-même, la jeune candidate espère obtenir dans sa circonscription, le 17 juin, au second tour des législatives, un meilleur résultat que celui qu’y a enregistré Nicolas Sarkozy le 6 mai, à la présidentielle, contre Ségolène Royal. « La candidate socialiste a réalisé ici plus de 60% des voix », rappelle Jeannette Bougrab.

 

Face à elle, le député sortant PS, Christophe Caresche, qui partait favori dans la bataille et qui, dépouillement des urnes accompli, sera sans doute premier, devant son adversaire de l’UMP, promesse d’un âpre duel dans une semaine. Si Jeannette Bougrab déclare vouloir faire mieux que Nicolas Sarkozy dans la 18ème circonscription parisienne, c’est peut-être pour lui montrer, un, qu’elle n’est pas faible, deux, qu’il a eu tort de ne pas la nommer au gouvernement. De toute façon, Jeannette Bougrab est juppéiste. C’est Alain Juppé, l’actuel numéro deux de l’exécutif, prédécesseur de Caresche au poste de député de la 18ème, qui lui a demandé d’adhérer à l’UMP, après sa nomination au Haut Conseil à l’intégration, en 2002. C’est en partie grâce à lui si elle est candidate dans ce lieu populaire de la capitale, qui réunit de grandes adresses de Paname: Montmartre, la Goutte d’Or, Barbès, Château-Rouge. Un bassin de 55 000 électeurs, dont beaucoup sont issus de l’immigration.

 

« J’admets parfaitement être issue de l’immigration, mais je n’aime pas qu’on me définisse comme une candidate de la diversité. Je crois que nous, enfants d’immigrés, aspirons surtout au droit à l’indifférence ». Son père était harki. « Mais, assure-t-elle, personne, durant ma campagne, sur les marchés, ne m’a fait de remarques désobligeantes à ce propos. Au contraire, les Maghrébins me félicitent pour mon parcours professionnel, qu’ils associent à une réussite ». Pas trop de commentaires racistes non plus. « Une dame à qui je disais être née à Châteauroux m’a répondu que cela ne suffisait pas pour être française ». Vingt heures approchent. La permanence électorale de Jeannette Bougrab, 59 rue du Mont-Cenis, se remplit de militants UMP et de partisans sans étiquette de la candidate. Ce que Pascale, venue en famille avec ses enfants, apprécie « surtout, chez Jeannette, c’est son parcours, et le fait qu’elle veuille continuer à travailler à l’université si elle est élue ». Les résultats de cette circonscription ne seront connus que tard dans la nuit. Le suppléant de Jeannette Bougrab, Claude Devers, une figure de la vie associative locale, aujourd’hui à la retraite, n’a aucun souci sur l’issue du premier tour: « A dimanche prochain ! », clame-t-il.

 

Antoine Menusier

Jeannette Bougrab (UMP) recueille 29,6 %, Christophe Caresche (PS) 37,7 %.

Antoine Menusier

Articles liés

  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022
  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022