Si le salon annuel de l’Agriculture est l’occasion pour les producteurs en tout genre de montrer leurs produits s’est aussi un bon moment pour les politiques de se montrer. Même si l’ombre de Jacques Chirac plane dans les allées du salon, les candidates à la mairie de Paris s’essayent à l’exercice de la poignée de main et du tâtonnement de culardes.  

Grands sourires au salon de l’agriculture pour Anne Hidalgo. Un éleveur de blondes d’Aquitaine sautille sur place. Il veut absolument serrer la main de la candidate à la mairie de Paris. Difficile pour lui de l’atteindre à cause de la ceinture de journalistes qui l’encadre. Après avoir été introduit par la sécurité, l’éleveur atteint enfin la maire adjointe. « Je lui ai demandé de transmettre nos doléances au ministre de l’agriculture, raconte-t-il fièrement. Pour qu’il fasse en sorte que les éleveurs se portent mieux, qu’il reconnaisse que nous faisons des produits de qualité. Je lui ai aussi demandé, rajoute-t-il, que la PAC aide plus les éleveurs français. »

A moins d’un mois du premier tour des municipales, les sondages placent Anne Hidalgo grande favorite à la mairie de Paris, pourtant il n’est pas question de crier victoire. Toujours à la conquête de légitimité pour succéder à Bertrand Delanoë dont elle est la première adjointe depuis 2001, elle poursuit les visites de proximité. Suivie par une foule de journalistes, la candidate à la mairie de Paris s’en donne à cœur joie : stand des vaches, des porcs, des produits d’Ile de France puis des Antilles, Anne Hidalgo serre des mains à n’en plus finir.

Les visiteurs qui voient essentiellement les perches des journalistes et n’aperçoivent qu’une chevelure brune, s’interrogent sur la personnalité qui produit tant de dérangement. Nombreux sont ceux qui ne connaissent pas Anne Hidalgo mais à leur décharge beaucoup ne sont pas Parisiens. Alors qu’elle est encore au milieu des stands de bovins, trois bouchers Stéphanois rigolent de bon cœur : « Ca nous fait rire en effet. Ils n’y connaissent rien, ils viennent juste serrer des mains chacun leur tour, critiquent-ils. C’est du folklore. »

« On a tous un petit côté agricole »

Alors que la candidate à la mairie de Paris commence à s’éloigner pour rejoindre le stand des cochons, une autre nuée de journalistes se rapproche. C’est Jean-François Copé qui fait lui aussi son petit tour. Aucun signe entre les deux, la visite se poursuit. La candidate à la mairie qui ne perd pas de vue son électorat fait un long détour par les stands des produits d’Ile de France.

« Ouhouhou », lance un groupe de producteurs moqueurs en la saluant de la main. Loin d’être déstabilisée, la candidate s’approche d’eux, les salue cordialement et poursuit sa visite vers le coin antillais où elle rencontre un franc succès. Les exposants lui offrent de nombreux bouquets de fleurs et corbeilles de produits locaux. Babette de Rozières la cuisinière vedette de France 5 s’invite à ses côtés dans la visite. Bras dessus, bras dessous, elle guide Anne Hidalgo qu’elle semble beaucoup apprécier, à travers les stands de fleurs, de rhums et d’épices. On ne sait plus qui fait campagne : « Elle a un vrai programme, explique Babette de Rozières aux caméras. Je parle avec mon cœur, elle a tout mon soutien. »

Alors que la candidate socialiste a choisi le bain de foule et de caméras, Nathalie Kosciusko-Morizet a préféré la discrétion. Venue dimanche sans faire de publicité, elle s’est présentée au stand de France 3. Pour elle, il n’est pas juste question de se montrer aux Parisiens mais bien de promouvoir l’agriculture parce que « de toute façon, en France, on a tous un petit côté agricole », explique-t-elle.

NKM, la candidate de l’UMP souffre des nombreuses divisions au sein de la droite et d’une image trop éloignée des Parisiens. Elle s’est illustrée par une communication plus que maladroite. Après avoir détaché ses cheveux pour tenter de lutter contre l’image trop guindée de son chignon, elle célèbre les « moments de grâce » que l’on peut vivre dans le métro, puis VSD publie une photo où elle semble poser en fumant avec des SDF. Sans parler de son affiche de campagne dans laquelle le M de son nom apparaît en forme de coeur. Les derniers sondages la place derrière Anne Hidalgo avec 36,5% des intentions de vote.

Le défilé des personnalités politiques n’a sans doute pas fini d’importuner les visiteurs du Salon de l’Agriculture. En pleines vacances scolaires, le salon fait le plein de promeneurs qui semblent bien loin des considérations politiques.

Charlotte Cosset

Articles liés

  • Frédérique Matonti : « La pensée réactionnaire est le produit d’une panique morale »

    A l’occasion de la sortie de son livre «comment sommes-nous devenus réacs?», la politiste Frédérique Matonti revient sur la progression de l’idéologie réactionnaire, de sa naissance dans les années 1980, à son triomphe actuel sur les chaînes d’information en continu. Entretien.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 16/11/2021
  • Quand Laïreche raconte Ruffin

    Ces derniers temps, Rachid Laïreche nous offrait un peu moins de ces fameuses "info Rachid" sur Twitter, des petits indiscrets sur le monde politique qui montrent comment le journaliste de Libération raconte la gauche actuelle comme personne. On a compris ce qui se tramait quand on a appris la sortie de "La revanche des bouseux" (les Arènes), un portrait du député François Ruffin.

    Par Latifa Oulkhouir
    Le 29/10/2021
  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021