La porte du métro s’ouvre. Ils sont quelques-uns à en sortir. Ils portent, pour la plupart, des sacs-à-dos. Ils ont le crâne dégarni par la calvitie guerrière. Ils prennent la première sortie. Ils veillent à leurs arrières, regardent à gauche, à droite. Méfiants. Prennent l’escalier principal. A l’extérieur, les ornements dorés de l’Opéra Garnier crament sous le soleil matinal. Sur les marches de l’académie de musique, un groupe de militants chantent à tue-tête. Loin de la poésie des chants lyriques, ils s’obstinent à hurler quelques slogans. « Le travail, aux Français » côtoie le titre phare de la matinée : « Marine, présidente ! »

Ce n’est ni à une pièce comique à laquelle nous vous convions, ni à un opéra onirique. Ce dimanche, c’est une pièce dramatique, « le traditionnel défilé du 1er Mai du Front national en l’honneur de Jeanne d’Arc », qui se joue sous nos yeux. « Ça fait 25 ans, que je viens ici, lance, en fouillant dans sa mémoire, une dame octogénaire. » Vingt-cinq ans qu’elle se lève, chaque 1er Mai, qu’elle s’apprête, qu’elle badigeonne ses lèvres de son rouge, assez maladroitement. « Jean Marie est un bel homme, costaud, qui a toujours été honnête », dit-elle. Les drapeaux français ne s’essoufflent pas. Ils battent la cadence à la manière d’un orchestre commandé par un virtuose.

Il porte une casquette « France », ne dira pas son prénom. Il est imberbe. « J’ai 13 ans. » Il fait valser un drapeau français. Il répète ce que son père et sa mère se sont ingéniés à lui expliquer, tant d’années. Il lâche timidement : « Y’a trop de délinquance. » Il réfléchit avant de parler, bafouille : « Moi, j’aimerais manger du porc, mais y’a quasiment que du halal dans mon école. » Il récite comme un acteur déclame le texte tragique d’un auteur. Il est l’acteur, ses parents semblent être les auteurs. Plus loin, deux gamines préviennent d’office : « C’est nos parents qui nous ont appris. » Elles ont 13 et 17 ans, elles ont des boucles blondes que les danseuses étoiles nouent en chignon.

L’opéra entame un nouvel air. « Première, deuxième, troisième générations, nous sommes tous des enfants de Le Pen », crient « le peuple ». Un ballon « Marine 2012 » s’envole pour ne former qu’une tache bleu marine dans un océan bleu ciel. « C’est un parti de jeunes », soutient un homme aux yeux bleus foncés. Un bleu à l’âme, gorge serrée, une âgée sanglote : « Mon fils n’a pas d’emploi. » Voilà donc le « peuple » que Marine Le Pen s’en va défendre jusqu’à l’année prochaine et l’élection suprême.

« Moi, je voterai pour elle, comme je le fais depuis quatre ans », promet, déterminé, un jeune aux cheveux ébouriffés. Une grand-mère ajoute : « Moi, j’ai voté FN depuis que ça existe. Avant, je votais à droite. Pour l’année prochaine, je sais pas comment ça se passera. Seul le Dieu-Saint le sait. » Le « Dieu Saint », le même qui peut nous protéger d’une vague marine comme cette vague humaine qui déferle, ce dimanche matin, dans les rues de Paris. « La préfecture ne nous donne que des petites rues. Pendant que les immigrés clandestins ont les plus grandes places pour défiler », s’indigne, venue seule au défilé, une autre grand-mère.

Le ballet est lancé dans la capitale. La police interne du parti lutte pour protéger Marine et son paternel, Jean-Marie, toujours sur ses deux pattes, toujours souriant et toujours malentendant, dit-on. On ne cite plus le patronyme qu’ils partagent, tellement on nous le ressasse chaque jour. « Maintenant, notre parti a sa place dans les médias. Il était temps », entend-on fièrement. Il est temps que le parti qui « aime les étrangers tant qu’ils s’intègrent » ouvre ses ailes à la façon d’un aigle des bois. Grandiose. Il est temps de saisir la place royale que l’électorat semble prêt à leur offrir.

Le Boléro de Ravel accompagne le dernier acte. Jeanne d’Arc, tout d’or vêtue, est empêtrée dans une forêt de drapeaux français. Un homme nous lance à la cantonade qu’on est « du côté des égorgeurs du FLN ». Les langues se délient. « C’est pas qu’il y a trop de Noirs en équipe de France, mais… » Il est temps de fuir cette sinistre pièce. Il est temps de sortir de ce triste décor bleu-blanc-rouge. Jusqu’à maintenant, on espère que cette pièce n’est en fait qu’un sale cauchemar…

Mehdi Meklat et Badroudine Said Abdallah

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021