Le mercredi 31 mai, jour des enfants, Mme Ségolène Royal a inauguré à Bondy une maison de l’enfance et de la famille.

Vers 18h, la Place Nicole Neuburger, assaillit pour l’occasion par les journalistes et les photographes, attendait avec impatience son arrivée. C’est en compagnie de Gilbert Roger, maire de la ville, qu’elle a fait son entrée. Les journalistes présents les ont de suite accaparés et ont ainsi retardé sa visite de la structure et sa rencontre avec l’équipe.

Leur accordant une interview informelle, elle leur a ensuite demandé, fermement vu l’agitation, d’attendre la conférence de presse publique prévue plus tard à l’Hôtel de Ville.

Sa venue était : «personnelle et amicale», pour une cause à laquelle elle est particulièrement attachée puisqu’elle a été pendant son mandat de Ministre de la Famille l’initiatrice de ce type de structure. Le fonctionnement de la maison de la parentalité inaugurée est simple, il consiste à apporter un soutien aux familles, d’origines étrangères principalement, qui ne maîtrisent pas la langue, et à tous ceux, qui plus généralement,  rencontrent des difficultés lors de démarches administratives, rendez-vous scolaires etc. Elles proposent un suivi et un accompagnement moral et physique.

Composée de dix femmes, toutes d’origines étrangères, l’équipe souhaite apporter une aide et une écoute au niveau local. Elles parlent chacune une langue différente.

Travaillant en partenariat avec l’éducation nationale et d’autres administrations (CAF…) ou associations, ces femmes ont réussi à instaurer un dialogue et une proximité afin d’éviter à certains de se retrouver en marge ou en rupture.

Ségolène Royal qui souhaite « le retour à un ordre durable, à un climat d’apaisement et de sécurité » a salué le travail de terrain effectué.

Pour elle, ce type d’initiative tend à réduire le fossé qui ne cesse de se creuser entre la population et la police ou  autres représentants de l’Etat.

Il faut apporter de nouvelles solutions afin de remédier aux carences éducatives ; un gros travail en partenariat avec les familles, l’école et des intervenants extérieurs doit être mis en place, il faut réintroduire de la discipline, de la fermeté et que chacun assume son rôle et ses responsabilités.

Elle cible particulièrement le collège, qui pour elle, est une période charnière.

« Sans polémique, ni faux semblant, (…) », elle reproche l’échec de la politique sécuritaire de l’actuel gouvernement.

Lors de la rencontre publique qui a suivi à la mairie de Bondy, la population bondynoise s’est déplacée en masse afin de l’écouter. Il faut dire que Bondy est historiquement  une importante section PS.

Elisabeth Guigou lui a clairement apporté son soutien en déclarant à la tribune : «C’est candidate la plus populaire et c’est une chance pour nous».

BondyBlog

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021