Le mercredi 31 mai, jour des enfants, Mme Ségolène Royal a inauguré à Bondy une maison de l’enfance et de la famille.

Vers 18h, la Place Nicole Neuburger, assaillit pour l’occasion par les journalistes et les photographes, attendait avec impatience son arrivée. C’est en compagnie de Gilbert Roger, maire de la ville, qu’elle a fait son entrée. Les journalistes présents les ont de suite accaparés et ont ainsi retardé sa visite de la structure et sa rencontre avec l’équipe.

Leur accordant une interview informelle, elle leur a ensuite demandé, fermement vu l’agitation, d’attendre la conférence de presse publique prévue plus tard à l’Hôtel de Ville.

Sa venue était : «personnelle et amicale», pour une cause à laquelle elle est particulièrement attachée puisqu’elle a été pendant son mandat de Ministre de la Famille l’initiatrice de ce type de structure. Le fonctionnement de la maison de la parentalité inaugurée est simple, il consiste à apporter un soutien aux familles, d’origines étrangères principalement, qui ne maîtrisent pas la langue, et à tous ceux, qui plus généralement,  rencontrent des difficultés lors de démarches administratives, rendez-vous scolaires etc. Elles proposent un suivi et un accompagnement moral et physique.

Composée de dix femmes, toutes d’origines étrangères, l’équipe souhaite apporter une aide et une écoute au niveau local. Elles parlent chacune une langue différente.

Travaillant en partenariat avec l’éducation nationale et d’autres administrations (CAF…) ou associations, ces femmes ont réussi à instaurer un dialogue et une proximité afin d’éviter à certains de se retrouver en marge ou en rupture.

Ségolène Royal qui souhaite « le retour à un ordre durable, à un climat d’apaisement et de sécurité » a salué le travail de terrain effectué.

Pour elle, ce type d’initiative tend à réduire le fossé qui ne cesse de se creuser entre la population et la police ou  autres représentants de l’Etat.

Il faut apporter de nouvelles solutions afin de remédier aux carences éducatives ; un gros travail en partenariat avec les familles, l’école et des intervenants extérieurs doit être mis en place, il faut réintroduire de la discipline, de la fermeté et que chacun assume son rôle et ses responsabilités.

Elle cible particulièrement le collège, qui pour elle, est une période charnière.

« Sans polémique, ni faux semblant, (…) », elle reproche l’échec de la politique sécuritaire de l’actuel gouvernement.

Lors de la rencontre publique qui a suivi à la mairie de Bondy, la population bondynoise s’est déplacée en masse afin de l’écouter. Il faut dire que Bondy est historiquement  une importante section PS.

Elisabeth Guigou lui a clairement apporté son soutien en déclarant à la tribune : «C’est candidate la plus populaire et c’est une chance pour nous».

BondyBlog

Articles liés

  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022
  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022