-- Cliquez pour voir l'image en entier

Cette journée a produit son lot d’insatisfaits, mais seulement le matin. Car après 4 heures de débats, discours et grattage de menton, le repas a refait naître l’espoir dans le ventre des banlieues. Les estimations vont bon train, chacun y va avec son chiffre. Foie gras, saumon, liqueurs d’aquitaine et autres délices sortis des cuisines de Vatel ont forcément un prix. L’Etat rince, c’est aussi ça l’espoir immédiat et la soif de changement.

Au moment du café, le vice président des centres sociaux du 92 et le délégué fédéral, Philippe et Mohand, appartenant au collectif « Associations en danger », souhaitent tirer la sonnette d’alarme sur le destin des centres sociaux. Seule ombre noire au tableau de cette journée qui était pourtant bien agencée, comme une nature morte qui se veut dynamique.

Pourquoi parler d’associations en danger ?

Mohand : Dans les Hauts de Seine, comme ailleurs de nombreuses associations sont menacées. Depuis les nouvelles orientations politiques de la ville votées en 2007 par le gouvernement, beaucoup d’associations comme les centres sociaux vont perdre beaucoup de financement. Dans le 92, les trois quarts de ces centres sociaux où l’on dispensait des cours de langues aux étrangers par exemple perdront 25% de leurs subventions, au total se sont 200.000 en moins sur le département, alors que ces centres sont reconnus d’utilité publique. Ce sont 1000 personnes qui ne pourront plus bénéficier de ces cours.

Qu’attendre du Plan Espoir Banlieue et pourquoi être venu aujourd’hui ?

Philippe : Une journée comme aujourd’hui j’en attends pas grand-chose, mais cela alimente la connaissance du territoire. Mais cela montre que rein ne pourra être fait sans la consultation des habitants et des populations concernées. Ces associations forment le tissu, Fadela Amara dit vouloir les conserver nous attendrons. Mais une chose mérite d’être soulignée, le travail des bénévoles qui fonctionne tant bien que mal, mais si le travail de ces bénévoles est menacé ils arrêteront rapidement.

Mohand : On ne veut pas de preuves d’amour mais des actes. Elle nous fait croire qu’elle croît en Hortefeux et que la politique a besoin de ces associations. Le problème vient de nouvelle politique d’intégration qui considère qu’au bout de cinq années les cours d’alphabétisation et de langues ne sont plus nécessaires, c’est lourdement se tromper.

Adrien Chauvin

 

 

 

Adrien Chauvin

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022