Bruno Laforestrie, fondateur de la radio génération 88.2, lance aujourd’hui « l’appel du 21 avril », pour un pacte générationnel et pour la désignation d’un candidat unique représentant touts les partis de gauche, dès le premier tour des élections présidentielles de 2012. Parmi les signataires, des lycéens, des étudiants, des responsables du Mouvement des jeunes socialistes et des personnalités tels Patrick Lozès Président du CRAN (Conseil représentatif des associations noires de France) ou le rappeur La Fouine.

Pourquoi le 21 avril ? En 2002, à cette date, pour la deuxième fois dans l’histoire de la cinquième république, la gauche n’est pas représentée au second tour d’une élection présidentielle. L’une des raisons avancées pour expliquer « cette débâcle » est la dispersion des voix parmi les sept candidats de gauche présents au premier tour. Lionel Jospin, Premier ministre sortant, finit donc troisième homme de cette élection, laissant sa place, avec grand fracas, au FN de Jean-Marie Le Pen, en final face à Jacques Chirac. Pour Bruno Laforestrie, ce pacte, et la référence au 21 avril, visent donc, entre autres, à combattre « la lepénisation des idées politiques. Nous refusons, les manœuvres politiciennes consistant à élever les Français les un contre les autres. »

L’initiateur de cet appel  affirme que « la génération qui a aujourd’hui entre  20 et 40 ans a vécu le 21 avril 2002 comme un coup de foudre ». A ce jour, tous les sondages voient la gauche au second tour ou gagnante des élections de 2012. Pour le fondateur de Génération 88.2 : « Ce n’est pas une raison pour ne pas se poser les bonnes questions. Notre appel est le fruit d’un travail de plusieurs mois, c’est avant tout  un appel à un pacte intergénérationnel. Seulement une de nos propositions appelle à une candidature unique à gauche. »

Les autres  propositions visent à mettre en place ce fameux pacte générationnel. Parmi elles, le collectif souhaite réglementer la fiscalité sur les successions ou mettre en place un bouclier entrepreneurial, pour faciliter au moins de 45 ans l’accès aux postes de dirigeants. Un point essentiel pour  Bruno Laforestrie car « qui prendra la place des baby-boomers à la tête des entreprises ? ».

Si la notion de relève des générations est au centre de l’appel du 21 avril, c’est la proposition d’organiser des primaires en vue d’introniser un candidat unique à gauche qui fait le plus réagir. Eva Joly, candidate aux primaires écologistes, a jugé aujourd’hui que la proposition « était une erreur » car « cela appauvrirait notre débat démocratique ».

Le lancement de ce pacte générationnel aura lieu ce soir à la Bellevilloise, dans le 20e arrondissement de Paris, à partir de 19 heures. Nicolas Hulot, candidat à la présidentielle, y est attendu.

Idir Hocini

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021