En ce 11 novembre, jour commémorant l’Armistice, le Bondy Blog a quatre ans. Au début de l’aventure, en 2005, l’atmosphère n’avait pas vraiment une gueule d’armistice, mais plutôt une gueule cassée. Pas beau, les émeutes ? Non, pas beau. Mais moins beau encore ce qui les avait provoquées : des décennies de non-dits, des « peuples » vivant séparés les uns des autres.

En quatre ans, avec ses blogueurs qui en sont l’ossature et la raison d’être, le Bondy Blog s’est efforcé de mettre tout à plat, dans une pluralité de points de vue et de sensibilités politiques : religions, sexualité, travail (et son pendant le chômage), immigration, scolarité et bien d’autres thèmes. Nous avons fait en sorte de tout discuter et de discuter de tout. Un jour certains nous trouvaient islamistes, d’autres, le lendemain, nous taxaient d’islamophobes. C’est cette libre approche des choses, avec ce qu’il faut de rigueur et d’esprit de responsabilité, qui fait l’originalité et la ligne éditoriale du Bondy Blog.

Celle-ci n’a pas varié depuis « l’époque des Suisses » et du magazine « L’Hebdo », à qui l’on doit la création de ce média – permettez qu’on se la pète un peu. Sauf que les journalistes qui venaient de Lausanne voyaient la banlieue française en observateurs. Ils ont rassemblé leurs écrits dans un livre paru en avril 2006, « Bondy Blog : des journalistes suisses s’installent dans le 9-3 » (Seuil), toujours en vente.

Aujourd’hui, la plupart des rédacteurs du Bondy Blog sont à la fois acteurs et observateurs de ce qu’ils vivent. Et c’est tout le défi, l’intérêt et le plaisir que de rapporter une réalité, parfois drôle, parfois tragique, quelquefois tragique et drôle, en ayant le souci d’une certaine distance vis-à-vis des faits.

Dans un an, ça en fera 5 au compteur. D’ores et déjà nous nous portons candidats à un prochain quinquennat. Pour l’heure, nous nous souhaitons, nous vous souhaitons, à vous tous, amis lecteurs et féroces commentateurs, un joyeux anniversaire. Celui de nos quatre ans.

La rédaction

Antoine Menusier

Articles liés

  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021
  • Dégoutée, la jeunesse communiste lâche-t-elle Fabien Roussel ?

    Une partie des jeunes militant·e·s du PCF, des JC (Jeunes Communistes) et de l’UEC (Union des Etudiant·e·s Communistes) se sentent trahi·e·s par les dernières sorties médiatiques du candidat du parti Fabien Roussel. Des ruptures déjà ancrées sur des enjeux de société semblent aussi se consolider, dans un choc de génération. Témoignages.

    Par Anissa Rami
    Le 15/09/2021