Un meeting porte de Versailles, devant une salle pleine de jeunes. Jeunes militants UMP.  Ils étaient 10 000 selon le parti de la majorité. 5 000 selon Le Figaro. Nicolas Sarkozy  a tenté de reprendre du terrain à ses adversaires sur le thème de la jeunesse. Selon un sondage IFOP réalisé fin février, Nicolas Sarkozy n’arriverait qu’en troisième position, avec 21 % des intentions de vote, chez les 18-22 ans, devancé par François Hollande (31%) et même Marine Le Pen (23%).

Mais si les jeunes sont censés représenter l’avenir, le discours du président semblait étrangement tourné vers le passé, rendant hommage « aux jeunes Français qui, en juin 1940, se sont retrouvés à Londres car ils ne supportaient pas de voir la France vaincue. » Des références à la Seconde guerre mondiale sans doute destinées à éluder les difficultés actuelles. Pas une fois, le mot chômage ne sera prononcé. Il faut dire que le taux d’emploi des 16-25 ans  est l’un des plus faibles d’Europe. Le taux de chômage des jeunes actifs âgés de moins de 25 ans s’élève en France à plus de 20 %, soit près de 550 000 jeunes demandeurs d’emploi. 75 000 jeunes ne sont titulaires d’aucun diplôme. Plus d’un jeune sur cinq vit en dessous du seuil de pauvreté.

Des chiffres inquiétants passés sous silence par le président sortant qui a préféré fustiger « la politique d’assistanat » de la gauche : « Je veux l’autonomie pour la jeunesse, la responsabilité pour la jeunesse, je dis non à un RMI jeune, non à un RSA jeune ». C’est pourtant lui, qui en  2009, avait tenté de  créer un Revenu de solidarité active destiné aux jeunes de moins 25 ans.

Une contradiction balayée par quelques envolées lyriques. « Je vous en supplie, faites quelque chose de votre vie (…), quelque chose qui vous justifie (…) parce que ce serait trop bête à la fin que tant soient morts et que vous viviez sans rien faire de votre vie », a-t-il lancé pour encourager la jeunesse à se prendre en main.

Nicolas Sarkozy n’avait, en revanche, peu de propositions concrète à formuler. Le président sortant a tout au plus annoncé la création d’une nouvelle banque destinée aux jeunes : « Vous voulez créer, vous voulez vous former, vous voulez entreprendre, nous allons créer une banque de la jeunesse qui se portera caution pour tous ceux qui n’ont pas la chance d’avoir une famille qui peut les aider. »

S’agira-t-il d’une banque publique ou d’une banque privée ?  Le président est resté flou. Peut-être, Nicolas Sarkozy profitera-t-il de notre invitation à Bondy pour préciser sa proposition et faire de nouvelles annonces. A moins qu’il ne préfère définitivement les Jeunes populaires aux jeunes des quartiers populaires…

Alexandre Devecchio

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021