Le Front national, il a plus de sous. Deux-tiers de ses candidats aux dernières législatives n’ont pas dépassé la barre salvatrice des 5% de voix, celle qui donne droit à un remboursement intégral des frais de campagne. « Nous avons dépensé 20 000 euros par candidat, notre parti en a présenté 300 qui ont récolté moins de 5% des voix », affirme Martial Bild, président de la fédération de Paris. Les contre-performances du FN aux législatives ont largement contribué aux 8 à 9 millions de passif que traîne le parti.

Pour remettre à flot ses finances, le Front national quitte « le paquebot », son siège à Saint-Cloud, mis en vente après bien des hésitations. « C’est une page de l’histoire de la ville qui se tourne », confie Guillaume, buraliste officiant à deux pas du siège. Même si pour lui le parti ne représente pas forcément « l’avenir du pays », il a tout de même un petit regret : « Ce n’est franchement pas une mauvaise clientèle. » Les mitoyens du « paquebot » sont presque tous unanimes : le FN est un bon voisin.

Un ouvrier africain qui travaille en face du siège les trouve « très amicaux » : « J’ai parlé plusieurs fois avec Marine Le Pen, elle se gare juste devant, c’est très courtois, même avec nos différences d’opinion. » Autre son de cloche de la part d’une Clodoaldienne, bataillant avec un sandwich thon-mayonnaise gare de Saint-Cloud: « Je ne pense pas que ca sera une véritable perte. Ce n’est pas qu’ils me gênaient, mais ils portent une symbolique à laquelle je n’adhère pas du tout. »

Malgré ses dettes et son exil forcé, le FN n’est pas à proprement parler en phase « Joe le Clodo ». La vente du paquebot rapporterait selon les estimations autour de 13 millions d’euros. Reste la question du nouveau siège. Martial Bild le verrait bien sur les terres de sa fédération : « Tant à faire, j’aimerais que le nouveau siège soit sur Paris intra-muros, même si je suis conscient du prix des loyers. » Il se dit néanmoins ouvert à d’autres propositions : « Dans le 93 ? Pourquoi pas. La Seine-Saint-Denis ce n’est pas seulement une succession de cités ghettoïsées. »

Idir Hocini

Idir Hocini

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021