Le peuple de gauche est prêt, paré à toute éventualité. Ce lundi , ils ont ressorti parapluies et anoraks griffés CGT. En ce mois de mai aux allures d’automne déprimant, ils ont bravé la pluie pour venir écouter souffler le vent du Sud. Alexis Tsipras, leader de la coalition de gauche radicale grecque Syriza, est venu discuter avec ses alter-ego français Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent du Front de Gauche.

Fort des 17,8% de voix obtenues aux dernières élections par son parti, ce jeune urbaniste de 38 ans a entamé une tournée européenne pour trouver une alternative à la cure d’austérité que subit le peuple grec. Son objectif est clair : « Nous voulons forcer les dirigeants européens à regarder la réalité en face, car la crise grecque concerne tout le monde. Nous voulons faire prendre conscience qu’on ne peut conduire aucun peuple en Europe à un suicide volontaire. » Pour lui, la Grèce n’est pas confrontée à « un simple programme d’austérité », mais à « une expérimentation de solutions néolibérales de choc, qui a conduit mon pays à une crise humanitaire sans précédent ». Et si « l’expérimentation continue, elle sera exportée dans les autres pays européens ».

L’enjeu pour les dirigeants du Front de Gauche français est de transposer ce succès électoral grec au niveau européen et d’abord français. Jean-Luc Mélenchon souligne la dynamique initiée par son propre score à la présidentielle et par la victoire de Siriza en Grèce. Pour lui, « la chaîne de la résignation est en train de se rompre en Europe ». Le co-président du Parti de gauche affiche la banane des grands jours aux côtés du leader grec : « en le regardant, nous nous regardons nous-mêmes ». Et même « si nous ne sommes pas identiques, estime-t-il, nous sommes comparables, notre ambition est commune ».

Ce fut aussi l’occasion pour le député européen de souligner la politique d’« ostracisation » du Parti Socialiste (PS). « Ce n’est pas convenable. Il vient ici chercher une écoute et la solidarité de la gauche, la camaraderie, l’internationalisme, devraient au minimum se mettre en branle, lâche-t-il. Mais il n’est même pas reçu à Solférino. Le fait qu’il n’y ait pas de curiosité à son égard montre combien le PS est le parti de l’alliance avec le PASOK, le parti du mémorandum (politiques d’austérités proposées par le FMI et l’UE, ndlr) !»

Dans la foule le message est passé. Les militants sont heureux de rencontrer cette homme qui représente la prolongation de leur lutte à l’internationale : « il est un peu à l’avant-garde de notre combat. Ce qu’ils font au peuple Grec, c’est ce qu’ils rêvent de faire à l’ensemble des travailleurs » estime ce jeune dont la pancarte indique :« FMI, Cercle de l’Industrie, PS, MEDEF, même combat, honte au PS ».

Rémi Hattinguais

Articles liés

  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022
  • « Strike » réussi pour la NUPES en Seine-Saint-Denis, malgré l’abstention

    En Seine-Saint-Denis, c’est un pari gagné pour la NUPES, qui visait sans détours le strike pour ces élections législatives. 12 circonscriptions sur 12 pour l'alliance de la gauche qui regroupe LFI, PS, EELV et PCF, qui détenait déjà sept circonscriptions, sous les couleurs du PCF et LFI. Le mot d’ordre qui semblait utopique pour certains est donc devenu réalité.

    Par Anissa Rami
    Le 20/06/2022
  • Face à la crise du logement, le gouvernement dans le déni

    Le résultat du second tour des législatives provoquera-t-il un remaniement ? En attendant, le ministère du logement est aux abonnés absents, depuis le 20 mai dernier. Une décision qui laisse bon nombre d’acteurs dubitatifs, alors que la crise du logement s’aggrave. Le président de l’association Droit au logement (DAL), Jean-Baptiste Eyraud, pointe, amer, les manquements du gouvernement.

    Par Céline Beaury
    Le 17/06/2022