Le peuple de gauche est prêt, paré à toute éventualité. Ce lundi , ils ont ressorti parapluies et anoraks griffés CGT. En ce mois de mai aux allures d’automne déprimant, ils ont bravé la pluie pour venir écouter souffler le vent du Sud. Alexis Tsipras, leader de la coalition de gauche radicale grecque Syriza, est venu discuter avec ses alter-ego français Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent du Front de Gauche.

Fort des 17,8% de voix obtenues aux dernières élections par son parti, ce jeune urbaniste de 38 ans a entamé une tournée européenne pour trouver une alternative à la cure d’austérité que subit le peuple grec. Son objectif est clair : « Nous voulons forcer les dirigeants européens à regarder la réalité en face, car la crise grecque concerne tout le monde. Nous voulons faire prendre conscience qu’on ne peut conduire aucun peuple en Europe à un suicide volontaire. » Pour lui, la Grèce n’est pas confrontée à « un simple programme d’austérité », mais à « une expérimentation de solutions néolibérales de choc, qui a conduit mon pays à une crise humanitaire sans précédent ». Et si « l’expérimentation continue, elle sera exportée dans les autres pays européens ».

L’enjeu pour les dirigeants du Front de Gauche français est de transposer ce succès électoral grec au niveau européen et d’abord français. Jean-Luc Mélenchon souligne la dynamique initiée par son propre score à la présidentielle et par la victoire de Siriza en Grèce. Pour lui, « la chaîne de la résignation est en train de se rompre en Europe ». Le co-président du Parti de gauche affiche la banane des grands jours aux côtés du leader grec : « en le regardant, nous nous regardons nous-mêmes ». Et même « si nous ne sommes pas identiques, estime-t-il, nous sommes comparables, notre ambition est commune ».

Ce fut aussi l’occasion pour le député européen de souligner la politique d’« ostracisation » du Parti Socialiste (PS). « Ce n’est pas convenable. Il vient ici chercher une écoute et la solidarité de la gauche, la camaraderie, l’internationalisme, devraient au minimum se mettre en branle, lâche-t-il. Mais il n’est même pas reçu à Solférino. Le fait qu’il n’y ait pas de curiosité à son égard montre combien le PS est le parti de l’alliance avec le PASOK, le parti du mémorandum (politiques d’austérités proposées par le FMI et l’UE, ndlr) !»

Dans la foule le message est passé. Les militants sont heureux de rencontrer cette homme qui représente la prolongation de leur lutte à l’internationale : « il est un peu à l’avant-garde de notre combat. Ce qu’ils font au peuple Grec, c’est ce qu’ils rêvent de faire à l’ensemble des travailleurs » estime ce jeune dont la pancarte indique :« FMI, Cercle de l’Industrie, PS, MEDEF, même combat, honte au PS ».

Rémi Hattinguais

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021