Au fil du blog, nous vous avons parlé plusieurs fois du maire de Bondy. Les rapports avec Gilbert Roger ont été cordiaux jusqu’ici, même s’il n’a pas apprécié que nous donnions aussi la parole à certains de ses (plutôt rares) détracteurs.

Le maire, qui tient son propre blog, a laissé transparaître son irritation dans un « post » teinté d’un zeste d’anti-helvétisme… avant de le retirer. Pour éviter une polémique qu’il juge inutile, si j’ai bien compris. Et puis Gilbert Roger suit l’expérience du Bondy Blog avec intérêt, depuis le début:  » la fraîcheur d’un regard étranger, différent de l’image caricaturale des banlieues donnée par beaucoup de médias français, l’idée d’aller un peu plus loin et de ne pas traiter le malaise révélé par les émeutes exclusivement sous l’angle du fait divers… je trouve ça très positif. »

Je voulais lui expliquer de vive voix notre démarche et la suite que nous comptons donner à l’expérience du Bondy Blog. Il me reçoit dans son bureau, une pièce de 80 à 100m2. Derrière sa table de travail, la sculpture d’un très gros poisson et, en face, un poste de télévision non moins monumental. La directrice du pôle communication de la Mairie Cécile Mexandeau participe à la rencontre.

En quelques phrases, je lui résume notre idée: assurer la pérennité du blog grâce à la formation d’une petite équipe de jeunes de Bondy, traiter à travers l’actualité d’une ville particulière, la sienne, le thématique plus large des banlieues, qui aura, pour la première fois, une importance centrale dans la campagne présidentielle de 2007.

 » Bonne chance… ». Le maire est sceptique et sa grosse moustache ne parvient pas à cacher une moue dubitative. Je dois détailler l’opération Bondy Blog Academy- la formation à Lausanne, l’encadrement, ici, à Bondy, la probable collaboration avec des médias nationaux… Il comprend vite que nous n’avons pas fait les choses de la main gauche.

Gilbert Roger connaît bien sa ville. Il y est né en 1953, dans une famille modeste. Instituteur, maître-nageur et sauveteur de formation, il est maire depuis 1995 et compte bien se représenter en 2008. A moins qu’il soit élu président du Conseil général (il en est déjà le vice-président) –  » il y a des gens qui disent que je serais bon dans cette fonction. »

Cette ville, il l’a vu bouger, au fil des années, se métamorphoser. Dans son urbanisme, dans la composition de sa population, dans les relations entre les communautés…

Le facteur religieux?  » Pendant longtemps, il n’a eu aucune espèce d’importance à Bondy… »

Et maintenant?  » Je rencontre des concitoyens qui ne veulent pas serrer la main de leur maire parce qu’il est impur…Surtout les convertis. » Les salafistes sont présents à Bondy, affirme-t-il, ils exacerbent les tensions. Voilà qui mériterait une enquête approfondie.

A quand remonte le changement?  » Je ne pourrais pas le dire. Ca part de loin. »

Un signe:  » Autrefois, on voyait beaucoup plus de filles musulmanes faire du sport… »

Un autre signe:  » C’est fou le nombre de jeunes hommes qui retournent chercher une femme au bled, parce qu’elles sont moins bien formées et donc moins susceptibles de s’émanciper… »

Une information, surprenante à mes yeux: « Nous avons pourtant à Bondy beaucoup de familles musulmanes qui mettent leurs enfants à l’école privée catholique parce qu’elles pensent que la qualité de l’enseignement y est meilleure que dans le public. »

Sa priorité, comme maire:  » La cohésion sociale. Il ne faut pas tomber dans les communautarismes… » Elle passe par des solutions pratiques aux questions essentielles..  » Peu après mon arrivée à la mairie, j’ai ouvert un carré musulman dans l’un des deux cimetières. Il faut que tous les habitants de Bondy aient la possibilité d’enterrer leurs morts en France. » Les tensions qui ne cessent de monter: » J’entends de plus en plus de natifs, plutôt de gauche, passablement énervés par l’intolérance du monde musulman. Et j’ai bien peur que ce ras-le-bol se marque dans les prochains votes. L’affaire des caricatures de Mahomet ne va pas arranger les choses. »

Pour Gilbert Roger, les émeutes peuvent reprendre n’importe quand.  » Aucun signe tangible n’a été donné, aucun signal fort pour montrer aux banlieues qu’elles sont aimées de la République. » Beaucoup de maires, toutes couleurs politiques confondues, pensent comme lui.

Nous parlons depuis bientôt deux heures, et Gilbert Roger doit se rendre à un meeting du PS… Comme vous l’avez peut-être lu plus haut, il résumera notre rencontre le soir même dans un « post » fleuri, dans lequel il saluera aussi la création de la Bondy Blog Academy. Comme me le faisait remarquer avec malice notre rédacteur Serge Michel dans un bref message:  » le maire a bloggé plus vite que toi ».

Par Alain Jeannet

Alain Jeannet

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021