Garges-lès-Gonesse reste à droite. Le maire sortant Maurice Lefèvre (UMP) conserve son siège de premier magistrat, tout heureux d’avoir pu profiter de la division de ses opposants. Lui-même a fait face à une liste UMP dissidente au premier tour, mais qui s’est désistée au second en sa faveur. La droite était donc unie pour la bataille finale. La gauche, elle, a fait tout faux. Elle s’est présentée divisée au second tour avec une liste socialiste emmené par Hussein Mokhtari (photo) et une liste communiste dirigée par le fougueux Francis Parny. Hier, Mokhtari a réalisé 39%, Parny, 16%. Alors que la victoire était théoriquement à portée de main…

Selon nos informations, il semblerait que Parny (17% au 1er tour) exigeait 17 élus au sein du futur conseil municipal, requête à laquelle Mokhtary (28%) n’a pas voulu donner suite. Le candidat socialiste était tout de même d’accord d’attribuer un certain nombre de sièges aux communistes, mais cela devait correspondre, selon lui, strictement à l’expression du vote des citoyens de la commune.

Devant ce refus, le candidat communiste a décidé de ne pas se désister, appliquant ainsi la politique de la terre brulée. En se présentant, il a fait réélire le maire UMP sortant. Les socialistes ont péché par excès de confiance, persuadés qu’ils étaient que les sympathisants communistes voteraient utiles au deuxième tour.

Le constat est terrible pour la gauche en général et pour les communistes en particulier. La droite est reconduite malgré une donne politique défavorable, et les partisans du « marteau et de l’enclume » n’auront que trois sièges dans le futur conseil municipal, alors qu’ils en réclamaient 17 aux socialistes.

La rue Solferino et la place du Colonel Fabien peuvent bien se targuer de faire l’union de la gauche en France et en Navarre, les barons locaux n’en font qu’à leur guise. Ils n’hésitent pas à faire échouer leur propre camp, n’écoutant que leurs aspirations personnelles. Le slogan « l’union fait la force », ils ne connaissent pas.

Ajoutons une pièce au dossier : un tract anonyme intitulé « Ne votez pas pour un Arabe, ne votez pas pour Mokhtari », a été distribué dans toutes les boites aux lettres de Garges-lès-Gonesse ce samedi. Il visait directement le candidat socialiste. Ce dernier à décidé de faire un recours, afin d’invalider l’élection. La politique comme on l’aime : magouilles et règlement de comptes.

Chaker Nouri

Chaker Nouri

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués.

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022