Le ministre délégué à la Ville, François Lamy, présentait jeudi dernier une série de mesures à la suite du rapport qui lui a été remis sur la participation des habitants des quartiers populaires en juillet dernier par Mohamed Mechmache et Marie Hélène Bacqué. Zoom.

Le principe de la participation des habitants, importé des Etats-Unis où il est mieux connu sous le nom d’empowerment, consiste à renforcer la cohésion sociale dans les quartiers en donnant du pouvoir à leurs habitants, en leur permettant de se structurer. Souvent décrié comme faisant le jeu des communautarismes, il a cependant été choisi par le ministre qui compte ainsi recréer du lien social et tenir à distance abstentionnisme et extrémismes.  En réintégrant les habitants à la République, le pari est de leur donner les moyens de décider du devenir de ces quartiers.

Cela passera tout d’abord par la mise en place d’une participation citoyenne en amont aux décisions publiques. En clair, il n’y aura plus de concertation organisée à propos de plans réalisés par des fonctionnaires imperméables aux attentes de la société civile.
Ainsi l’article 1 de la loi érige en principe la « dynamique participative » alors que l’article 5 prévoit clairement la participation d’habitants et de représentants d’associations à l’élaboration de contrats de ville. Ces derniers sont les textes qui encadrent et définissent tout projet ayant trait à l’habitat, l’environnement, l’éducation, les transports, la sécurité, la culture, les équipements sportifs ou les services sociaux.

La participation se fera au sein de conseils de citoyens, véritable innovation du texte. Ils seront dotés d’un budget dédié, de dispositifs de formation afin de permettre à tous, employés, boulangers ou maçons de comprendre les enjeux techniques des dossiers.

Ils seront associés en amont à l’élaboration des projets de rénovation urbaine, au sein d’un nouveau programme rebaptisé Programme National de Renouvellement Urbain. De Rénovation à renouvellement, le ministre cherche à répondre à une demande des habitants et des associations de replacer le social et non uniquement le bâti  au cœur de la politique urbaine.

le développement de la participation passera notamment par un meilleur dialogue entre les parents et l’éducation nationale, un projet en cours d’élaboration.  Une autre mesure devrait faire plaisir aux centaines d’éducateurs, qui souvent, sont les premiers acteurs de la cohésion sociale de nos quartiers. Le ministre compte généraliser la formation au « community organizing », un autre concept de l’empowerment, cherchant à faire émerger des points de repères, véritables citoyens mobilisés.

Rémi Hattinguais

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022