En revanche, la droite de Jean-Michel Genestier et celle du maire sortant, Eric Raoult, mènent un combat manichéen entre la « bonne » et la « mauvaise » droite. Près de nous, une dame, un poil embourgeoisée, nous scrute avec un sourire si persistant, que nous nous demandons, mon camarade et moi, si son vin blanc ne lui est pas monté à la tête. C’est l’occasion de commencer notre enquête. « Bonjour, madame, avez-vous voté ? » La question est justifiée, car comme toute la France, le Raincy est victime d’un taux d’abstention important de 41,66%. Pour quel candidat, si ce n’est pas indiscret ? Elle me regarde avec des yeux de hiboux et me répond :« Ah si c’est indiscret ! ». Elle n’a pas tort. Nous continuons la conversation et lui demandons pourquoi choisir telle droite plutôt qu’une autre.

Cette dame bien informée, nous répond qu’au Raincy, qui est le « 16ème arrondissement de Seine-Saint-Denis », comme elle aime l’appeler, ce n’est pas un vote politique qui se joue aujourd’hui mais un vote des personnalités. En effet le maire sortant, Eric Raoult, est un sacré personnage. Elle nous raconte qu’il est connu de ses habitants pour « sortir dans la rue et insulter les passants », qu’il gère mal le budget de la ville, qu’il tient des propos « limite » notamment au sujet des Roms, et qu’en plus il n’est pas souvent présent à la mairie. Non loin de nous un homme aux cheveux long confirme : « Raoult, c’est comme Sarkozy mais en local ».

Nous nous dirigeons vers la mairie. Sur la route nous apercevons devant un passage piéton, une dame bien apprêtée qui attend de pouvoir traverser. Au Raincy, les feux rouges sont longs. Nous tentons notre chance. « Bonjour madame, vous êtes du Raincy ? Avez-vous voté ? » Souriante la dame nous répond que non. Nous lui demandons pourquoi : « Aucune liste ne m’intéresse. Il faut dire qu’avec 3 listes de droites et une liste de gauche, le choix manque. » Nous lui demandons ce qu’elle pense des candidats. Un seul mot de sa part : « lamentable ». Le feu passe au vert. Nous laissons filer la dame, sinon c’est parti pour quinze minutes d’attente supplémentaire.

Raoult face à son ancien premier adjoint 

Plus loin se trouve le local de campagne de M. Raoult. Il est vide et noir. Quelques mètres à peine plus loin c’est le siège de M. Genestier. Pour le coup, il y a de la lumière et du monde qui attend devant. Quelques minutes plus tard, M. Genestier en personne passe des coups de fils. Nous attendons la fin de son appel pour recueillir ses impressions, quelques heures avant les résultats. Il se dit optimiste et explique que si les votes suivent leur logique, il sera élu. Mais qu’avec un taux d’abstention aussi fort, une surprise est probable. Nous lui demandons les différences entre lui et son adversaire politique. Il  nous répond qu’il ne se revendique d’aucun parti mais qu’il a passé 10 ans à l’UDF! Il nous explique avoir travaillé pour Eric Raoult pendant 31 ans. Puis, sur le ton de l’aveu qu’il était même son premier adjoint. Très vite, il nous dit ne pas être en accord avec ses idées. Son rôle n’est pas de faire la révolution ou de « régler tous les problèmes » comme le prétendrait l’UMP. Il veut faire évoluer la ville du Raincy.

A peine 100 mètres plus loin nous arrivons face à la mairie. Il y règne une ambiance très bleue. La foule a les yeux rivé sur ses smartphone. Tout est brouillon devant la mairie, on a du mal à comprendre ce qui se passe. Soudainement nous entendons des exclamations. Il s’agit des premiers résultat des villes qui ont été regagnées par la droite. Pour l’instant on annonce un gagnant pour le Raincy, mais tout les bulletins n’ont pas été comptabilisés. La tension est à son comble.

Une dame regarde attentivement les résultats du Raincy. Elle parle de « règlement de compte entre droite ». D’autres personnes aux alentours ajoutent que cette démutiplication des droites « nuit au débat politique ».

A l’approche du score final les habitants s’agglutinent pour entrevoir les résultats qui sont donné après un compte a rebours. Le suspense tombé, la salle crie unanimement un grand  « hourra! » pour Genestier, le grand gagnant de cette élection qui devance le maire sortant sèchement sanctionné par plus de 18 points d’écart.

Au soir de cette élection, le Raincy reste plus que jamais ancré à droite avec un parti socialiste qui perd plus de 10 point par rapport à 2008 !

 

Giuseppe Avines et Myriam Necib

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021