Rachid Chatri précise que ni lui, ni l’association qu’il préside à Bobigny, « La Balle au Centre », n’ont un problème avec la gauche, « seulement avec Milouda Latrèche et Abdel Sadi », respectivement candidats du PS et du Front de gauche dans la circonscription de Bobigny-Drancy-Le Bourget : « Leur élection serait un danger pour la démocratie puisqu’ils refusent le débat avec les citoyens. Nous prenons donc position contre eux, chose que nous n’avions jamais faite auparavant. »

Vendredi 1er juin devait avoir lieu « un speed-dating citoyen » sur la ville de Bobigny, organisé par « La Balle au Centre ». Une rencontre entre candidats et citoyens de la circonscription, à laquelle Milouda Latrèche et Abdel Sadi ont refusé de participer. Et qui sera finalement annulée.

« On aurait pu faire sans eux, mais la Mairie [de Bobigny Ndlr] a rechigné à nous prêter une salle et refusé que l’on organise le speed-dating en plein air pour des raisons, recevables mais discutables, de sécurité » explique Rachid Chatri, qui rappelle qu’en 2007, Abdel Sadi, adjoint au Maire de Bobigny, avait déjà décliné l’invitation : « Il disait qu’il ne voulait pas participer en présence du candidat de droite. Un faux prétexte. Comment ferait-il à l’Assemblée Nationale ? ».

Pour Rachid Chatri, les desseins de son association dérangent et se heurtent aux intérêts de la majorité municipale : « Nous ouvrons les yeux aux citoyens sur la politique, en leur donnant des clés pour appréhender et comprendre les débats avec le plus de justesse possible. Par définition, la démocratie, c’est la pluralité, ce que certains élus de la ville et candidats à la circonscription ne semblent pas comprendre. »

Benjamin Dumas, responsable du parti communiste à Bobigny, insiste sur « le manque de neutralité » de l’initiative, et plus largement, de l’association : « L’issue du débat est connue.  Leurs membres accuseront la Mairie de leur mettre des bâtons dans les roues, ce qui est faux.  Ils soutiennent Mr Jean-Christophe Lagarde [candidat du Nouveau Centre Ndlr], donc à partir de là tout est dit. Ils font leur politique dans leur coin, nous faisons la même chose dans le nôtre. »

Abdel Sadi lui emboîte le pas et qualifie les propos de « La Balle au Centre » à son égard de « plaisanterie » : « Je débats tous les jours avec les citoyens. Je suis là, pour eux, du lundi ou dimanche avec la simplicité et la disponibilité qui est la mienne. Néanmoins, le débat organisé par cette association n’est pas neutre. Je refuse d’y participer et c’est mon droit, je n’y vois rien de choquant.»

Lui préfère citer ses bons scores réalisés dans la ville de Bobigny à chaque fois qu’il briguait un mandat, qui témoignent de sa proximité avec les Balbyniens : « Pas mal des membres de « La Balle au Centre » n’habitent plus Bobigny et certaines problématiques locales leur échappent certainement. Les habitants ne sont d’ailleurs pas dupes du positionnement politique de cette association.»

Une guéguerre, à laquelle Rachid Chatri s’est habitué : « Avant, quand un élu refusait de venir à nos rendez-vous, on ne communiquait pas. Là, nous l’avons fait et ça les gêne vis-à-vis des électeurs ». Calmement, il évoque son soutien à François Hollande au printemps dernier, pour faire barrage à Nicolas Sarkozy : « En l’espace de quelques semaines, je serais devenu un homme de droite. Des gens de gauche participent à nos speed-dating, des élus de gauche nous aident pour les organiser. […] Pour qu’une association trouve grâce aux yeux de la Mairie, il faut qu’elle roule pour eux, tout simplement. »

Il plaisante en reprenant un vieux slogan de l’UMP : « La France, tu l’aimes ou tu la quittes, Bobigny, tu aimes la Mairie ou elle te quitte ».  Assure qu’aucun membre de l’association ne fait partie de l’équipe de campagne de Jean-Christophe Lagarde comme le Parti Communiste local le sous-entend : « L’un des membres fondateurs de « La Balle au Centre » l’a rejointe en 2008 mais a aussitôt quitté l’association. »

Il assume le fait de ne plus habiter à Bobigny : « Nous sommes tous les jours à Bobigny pour agir. Nous sommes bénévoles, nous n’avons aucun compte en banque, ce qui, soit-dit en passant, est la preuve de notre indépendance. Mais nous avons des aléas familiaux, professionnels, qui font que nous devons parfois déménager. Mais combien d’élus habitent la ville ? Combien d’élus mettent leurs enfants dans des écoles à Bobigny ? Les vraies questions sont là.»

Treize candidats sont en lice dans la circonscription. « La Balle au Centre » appelle « simplement » à voter contre les socialistes et le Front de Gauche. « Ce n’est pas parce que nous invitons Mr Lagarde à des débats et qu’il accepte d’y venir que nous le soutenons.  Les citoyens doivent faire avec tous les points de vue pour mieux comprendre et s’investir dans la vie citoyenne. »

Ramsès Kéfi

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021