Ils ont fait parfois plus de trois heures de route pour assister aux différentes conférences sur la discrimination et l’emploi par exemple, mais aussi pour écouter les discours de nombreux imams venus du Moyen Orient ou de Londres. Une ambiance bon enfant, il y a des jeunes mais aussi de nombreuses familles. Des activités sont proposées comme la calligraphie ou le dessin, des stands de musique avec des chants religieux, des ventes de vêtements ou d’huile d’olive. Au détour d’un stand, j’aperçois Slimane Azzoug, candidat aux législatives dans la 4ème circonscription des Bouches-du-Rhône, en pleine discussion et très entouré, il est avec deux de ses gardes du corps et de son directeur de campagne.

Je décide de m’approcher et d’écouter ce qu’il était en train de dire. C’est simple, ce candidat se présente sous les couleurs de l’UDF et il a un franc parler, il fait le tour des stands pour se présenter et proposer ses idées, notamment sur l’absence de représentants de la communauté maghrébine sur la scène politique et qu’il fallait « booster » tout ça. Pour lui, il faut être ambitieux, travailler sur l’emploi des jeunes et faire participer toutes les couches de la population à l’évolution de la société et des quartiers défavorisés. Il se définit lui-même comme étant un homme qui a réussi dans la vie, qui défend ses idées. Il informe ses interlocuteurs sur l’auto financement de sa campagne. Karim Zeribi, lui aussi candidat, participe au débat sur l’emploi et les discriminations avec deux autres intervenants. Son intervention a été très applaudie. Cette 5ème rencontre annuelle des musulmans du Sud a aussi vu passer en fin de matinée Sylvie Andrieux, du parti socialiste.

Les politiques ont défilé lors de cette journée, avec pour chacun un message différent, mais ont-ils convaincu les participants ? Je ne sais pas, étant donné le peu de réactivité des gens présents sur place.

Malika Redjem

Malika Redjem

Articles liés

  • « Strike » réussi pour la NUPES en Seine-Saint-Denis, malgré l’abstention

    En Seine-Saint-Denis, c’est un pari gagné pour la NUPES, qui visait sans détours le strike pour ces élections législatives. 12 circonscriptions sur 12 pour l'alliance de la gauche qui regroupe LFI, PS, EELV et PCF, qui détenait déjà sept circonscriptions, sous les couleurs du PCF et LFI. Le mot d’ordre qui semblait utopique pour certains est donc devenu réalité.

    Par Anissa Rami
    Le 20/06/2022
  • Face à la crise du logement, le gouvernement dans le déni

    Le résultat du second tour des législatives provoquera-t-il un remaniement ? En attendant, le ministère du logement est aux abonnés absents, depuis le 20 mai dernier. Une décision qui laisse bon nombre d’acteurs dubitatifs, alors que la crise du logement s’aggrave. Le président de l’association Droit au logement (DAL), Jean-Baptiste Eyraud, pointe, amer, les manquements du gouvernement.

    Par Céline Beaury
    Le 17/06/2022
  • Législatives : sans cohabitation, quels pouvoirs pour la NUPES ?

    Le second tour des législatives s’annonce comme un duel serré entre la NUPES et la Macronie. Même si elle ne parvient pas à obtenir la majorité des sièges, l’alliance des partis de gauche pourrait devenir le premier groupe d’opposition à l’Assemblée. Quelle serait sa marge de manœuvre au sein de l’hémicycle ? Décryptage avec Alexis Fourmont, maître de conférences à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

    Par Ayoub Simour
    Le 17/06/2022