Demain dimanche et une semaine plus tard auront lieu les élections cantonales. Ce scrutin permet d’élire les conseillers généraux. Les domaines de compétences du conseil général sont l’action sociale, les collèges,  les routes départementales, la protection de l’enfance, mais aussi le logement, la santé, le sport, l’environnement ou encore les personnes âgées. Des sujets qui semblent importants dans la vie quotidienne. Et pourtant ces élections provoquent le désintérêt. En 2004, le taux d’abstention avoisinait les 36%.

Cette année pourrait battre tous les records. Mais de leurs cotés,  les candidats sont au rendez-vous. Cette semaine, dans ma boîte aux lettres j’ai reçu pas moins de dix enveloppes kraft pour le simple canton d’Argenteuil-nord (95) qui comprend les quartiers du Val-Nord et des Côteaux. Le canton Argenteuil-Ouest présente quant à lui  huit candidats. Dans la ville, les élections cantonales sont sous le signe de la diversité, du jamais vu dans cette commune de plus de 100 000 habitants. Dans le canton nord, 70% de la population est d’origine étrangère.

Pour le candidat UMP, Georges Mothron, la présence dans les listes de cette diversité n’ a aucun aspect stratégique, elle est juste le reflet d’une société qu’il faut représenter au niveau local. Il a choisi Naima Raïb, 38 ans,  pour le suppléer. Et si pour Claude Guéant « …les Français ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux… », Georges Mothron affirme que les habitants des quartiers d’Argenteuil, dénoncent eux-mêmes une trop forte concentration de personnes issues de l’immigration.  Pour Hamou Aguini, candidat sans étiquette, les propos du ministre sont scandaleux. Il met en avant « une maladresse contrôlée » visant à draguer l’électorat du Front national. Si selon lui 2005 était l’année de l’insécurité, 2012 sera celle de la laïcité et de l’islam en France. De son coté,  Pierre Le Gall, candidat du Parti radical de gauche, dénonce une volonté et une politique du laisser-faire dans les quartiers populaires. Plus qu’une homogénéité culturelle, les habitants subissent selon lui un communautarisme social. A l’instar d’Aicha Rajah, sa suppléante, qui déplore que dans la classe de son fils il n’y ait que trois français dit « de souche ».

Alors que les images de Marine Le Pen tendant une carte du Front national d’honneur destinée à Claude Guéant passent en boucle, le véritable inconnu de cette campagne à Argenteuil reste Jean-Michel Richez. Ce candidat FN n’a ni blog, ni site ou autre, contrairement au reste des candidats d’Argenteuil-nord. Et sur les affiches du Front, une seule personne est mise en valeur, Marine Le Pen.

Anouar Boukra

Articles liés

  • Ces citoyens qui misent sur Christiane Taubira pour l’Elysée

    Né sur les réseaux sociaux en juin 2020, le Collectif Taubira pour 2022 prend de l’ampleur. Alors que Christiane Taubira n’est pas officiellement candidate pour la prochaine présidentielle, des comités de soutien fleurissent aux quatre coins de la France. Qui sont-ils ? Quelle est leur stratégie pour emmener l’ex-garde des Sceaux à l’Elysée ? Reportage.

    Par Florian Dacheux
    Le 19/07/2021
  • Départementales : Aly Diouara : « Nos élus ont besoin d’un rappel à l’ordre »

    Le mouvement citoyen Seine-Saint-Denis au coeur a réalisé un score encourageant lors de sa première participation à un premier tour d’élection départementale, le 20 juin 2021. Formé en novembre 2020, il regroupe une cinquantaine de référents répartis dans une quinzaine de villes et désireux de rendre plus accessible la politique aux citoyens. Entretien avec Aly Diouara, candidat et porte-parole du collectif.

    Par Louise Aurat
    Le 25/06/2021
  • À défaut de voter contre, on ne vote plus

    Seul un électeur sur sept s'est rendu aux urnes pour voter lors du premier tour des élections régionales et départementales. Un abstentionnisme annoncé, dont l'augmentation après chaque scrutin local, choque toujours les observateurs et responsables politiques. Des positions souvent inquisitrices, loin de la réalité de l'offre politique face aux besoins qu'imposent l'époque. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 21/06/2021