Demain dimanche et une semaine plus tard auront lieu les élections cantonales. Ce scrutin permet d’élire les conseillers généraux. Les domaines de compétences du conseil général sont l’action sociale, les collèges,  les routes départementales, la protection de l’enfance, mais aussi le logement, la santé, le sport, l’environnement ou encore les personnes âgées. Des sujets qui semblent importants dans la vie quotidienne. Et pourtant ces élections provoquent le désintérêt. En 2004, le taux d’abstention avoisinait les 36%.

Cette année pourrait battre tous les records. Mais de leurs cotés,  les candidats sont au rendez-vous. Cette semaine, dans ma boîte aux lettres j’ai reçu pas moins de dix enveloppes kraft pour le simple canton d’Argenteuil-nord (95) qui comprend les quartiers du Val-Nord et des Côteaux. Le canton Argenteuil-Ouest présente quant à lui  huit candidats. Dans la ville, les élections cantonales sont sous le signe de la diversité, du jamais vu dans cette commune de plus de 100 000 habitants. Dans le canton nord, 70% de la population est d’origine étrangère.

Pour le candidat UMP, Georges Mothron, la présence dans les listes de cette diversité n’ a aucun aspect stratégique, elle est juste le reflet d’une société qu’il faut représenter au niveau local. Il a choisi Naima Raïb, 38 ans,  pour le suppléer. Et si pour Claude Guéant « …les Français ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux… », Georges Mothron affirme que les habitants des quartiers d’Argenteuil, dénoncent eux-mêmes une trop forte concentration de personnes issues de l’immigration.  Pour Hamou Aguini, candidat sans étiquette, les propos du ministre sont scandaleux. Il met en avant « une maladresse contrôlée » visant à draguer l’électorat du Front national. Si selon lui 2005 était l’année de l’insécurité, 2012 sera celle de la laïcité et de l’islam en France. De son coté,  Pierre Le Gall, candidat du Parti radical de gauche, dénonce une volonté et une politique du laisser-faire dans les quartiers populaires. Plus qu’une homogénéité culturelle, les habitants subissent selon lui un communautarisme social. A l’instar d’Aicha Rajah, sa suppléante, qui déplore que dans la classe de son fils il n’y ait que trois français dit « de souche ».

Alors que les images de Marine Le Pen tendant une carte du Front national d’honneur destinée à Claude Guéant passent en boucle, le véritable inconnu de cette campagne à Argenteuil reste Jean-Michel Richez. Ce candidat FN n’a ni blog, ni site ou autre, contrairement au reste des candidats d’Argenteuil-nord. Et sur les affiches du Front, une seule personne est mise en valeur, Marine Le Pen.

Anouar Boukra

Articles liés

  • Frédérique Matonti : « La pensée réactionnaire est le produit d’une panique morale »

    A l’occasion de la sortie de son livre «comment sommes-nous devenus réacs?», la politiste Frédérique Matonti revient sur la progression de l’idéologie réactionnaire, de sa naissance dans les années 1980, à son triomphe actuel sur les chaînes d’information en continu. Entretien.

    Par Yunnes Abzouz
    Le 16/11/2021
  • Quand Laïreche raconte Ruffin

    Ces derniers temps, Rachid Laïreche nous offrait un peu moins de ces fameuses "info Rachid" sur Twitter, des petits indiscrets sur le monde politique qui montrent comment le journaliste de Libération raconte la gauche actuelle comme personne. On a compris ce qui se tramait quand on a appris la sortie de "La revanche des bouseux" (les Arènes), un portrait du député François Ruffin.

    Par Latifa Oulkhouir
    Le 29/10/2021
  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021