Demain dimanche et une semaine plus tard auront lieu les élections cantonales. Ce scrutin permet d’élire les conseillers généraux. Les domaines de compétences du conseil général sont l’action sociale, les collèges,  les routes départementales, la protection de l’enfance, mais aussi le logement, la santé, le sport, l’environnement ou encore les personnes âgées. Des sujets qui semblent importants dans la vie quotidienne. Et pourtant ces élections provoquent le désintérêt. En 2004, le taux d’abstention avoisinait les 36%.

Cette année pourrait battre tous les records. Mais de leurs cotés,  les candidats sont au rendez-vous. Cette semaine, dans ma boîte aux lettres j’ai reçu pas moins de dix enveloppes kraft pour le simple canton d’Argenteuil-nord (95) qui comprend les quartiers du Val-Nord et des Côteaux. Le canton Argenteuil-Ouest présente quant à lui  huit candidats. Dans la ville, les élections cantonales sont sous le signe de la diversité, du jamais vu dans cette commune de plus de 100 000 habitants. Dans le canton nord, 70% de la population est d’origine étrangère.

Pour le candidat UMP, Georges Mothron, la présence dans les listes de cette diversité n’ a aucun aspect stratégique, elle est juste le reflet d’une société qu’il faut représenter au niveau local. Il a choisi Naima Raïb, 38 ans,  pour le suppléer. Et si pour Claude Guéant « …les Français ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux… », Georges Mothron affirme que les habitants des quartiers d’Argenteuil, dénoncent eux-mêmes une trop forte concentration de personnes issues de l’immigration.  Pour Hamou Aguini, candidat sans étiquette, les propos du ministre sont scandaleux. Il met en avant « une maladresse contrôlée » visant à draguer l’électorat du Front national. Si selon lui 2005 était l’année de l’insécurité, 2012 sera celle de la laïcité et de l’islam en France. De son coté,  Pierre Le Gall, candidat du Parti radical de gauche, dénonce une volonté et une politique du laisser-faire dans les quartiers populaires. Plus qu’une homogénéité culturelle, les habitants subissent selon lui un communautarisme social. A l’instar d’Aicha Rajah, sa suppléante, qui déplore que dans la classe de son fils il n’y ait que trois français dit « de souche ».

Alors que les images de Marine Le Pen tendant une carte du Front national d’honneur destinée à Claude Guéant passent en boucle, le véritable inconnu de cette campagne à Argenteuil reste Jean-Michel Richez. Ce candidat FN n’a ni blog, ni site ou autre, contrairement au reste des candidats d’Argenteuil-nord. Et sur les affiches du Front, une seule personne est mise en valeur, Marine Le Pen.

Anouar Boukra

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués.

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022