Ce n’est plus un secret pour personne : les centres sociaux, associations et autres organisations à but non lucratif subissent une crise financière lente, aussi fatale qu’une maladie incurable. Certains prédisent même que d’ici à cinq ans, beaucoup auront mis la clef sous la porte au détriment des personnes qui bénéficient de leur engagement. L’argent, nerf de la guerre et des bonnes œuvres, fait donc défaut. Depuis trois ou quatre ans, les subventions qui servent à rémunérer les salariés baissent inexorablement. Inquiétant, on ne va pas le cacher, pour les employés concernés, mais surtout pour le public auquel l’aide s’adresse.

Victime des coupes budgétaires, le Centre social espace 19 situé, dans le 19e arrondissement de Paris. Cinq locaux rattachés à ce centre sont dispatchés dans le quartier, proches des cités HLM telles que Riquet, Curial, Cambrai, Jaurès et Ourcq. Du lourd !

Ce n’est pas un hasard si ces structures sont proches de ces cités. Ce sont leurs habitants qui, en majorité, qui en majorité en deviennent les adhérents et bénéficient des activités proposées. Lesquelles vont du soutien scolaire aux cours de français pour adultes en passant par les écrivains publics (les personnes qui aident à rédiger un courrier administratif ou privé, les retraités à remplir leurs dossiers de retraite, entre autres prestations). Mais il y a aussi, des cours de gym, de cuisine, de couture ou d’échec… Les ados, eux, disposent d’un centre de loisirs pour s’occuper pendant les vacances scolaires. Les mères de famille se réunissent tous les vendredis pour participer « au groupe de femmes ». Pour certaines, c’est l’occasion de sortir de leur isolement.

Il faut savoir que ces services sont effectués en majorité par des bénévoles, qui sont eux-mêmes encadrés par des salariés. La plupart du temps, la qualité de vie des adhérents dépend de ces centres sociaux. Les tarifs d’adhésion sont très abordables pour les petits budgets, et ceux qui passent la porte trouvent des employés disponibles et à l’écoute. Le Centre social espace19 regroupe des adhérents de tous âges et de toutes origines, ce qui n’a rien de surprenant dans cet arrondissement « monde » qu’est le 19e. La question est de savoir vers qui les personnes aidées se tourneraient si ce genre d’association venait à disparaître.

Attardons-nous aux cas de Salim, 9 ans, qui se rend au soutien scolaire deux fois par semaine, de 16h30 à 19 heures les mardis et vendredis. En général, les enfants comme lui n’ont personne à la maison pour les aider à faire leur devoir. Soit les parents ne parlent pas français, soit ils sont trop prix par leur travail. Ces parents-là tentent de pallier ces situations en confiant leurs enfants à des structures comme Le Centre social espace 19.

Avant de trouver une place dans ce dernier, ce qui fut une rude affaire, tant la demande est forte, Salim était en total échec scolaire. Depuis le redoublement de son CE1, il était persuadé qu’il serait nul à l’école, quoiqu’il arrive. Mais après plusieurs mois de travail avec un bénévole motivé et par sa volonté farouche d’y arriver, Salim, aujourd’hui en CE2, est devenu un des meilleurs élèves de sa classe. Cerise sur le gâteau, son comportement est devenu celui d’un enfant modèle. Il a repris confiance en lui et sa vision des choses en a été changée positivement.

Nadia Méhouri

Une première mobilisation des centres sociaux parisiens aura lieu le samedi 4 avril, de 14 heures à 17 heures.


Soutien scolaire
envoyé par Bondy_Blog

Nadia Méhouri

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021