Depuis 2000, les Beauvillésois ont vu partir petit à petit leurs professionnels de santé. Vingt-trois, dont quinze médecins, ont fermé boutique ou s’en sont allés. Pour se faire une idée, 50% des médecins encore en fonction à Villiers-le-Bel (95) ont plus de 55 ans. Autrement dit, le corps médical vieillit et les habitants s’inquiètent pour l’avenir. Cette inquiétude est palpable à l’échelle nationale.

En 2006, l’annoncé d’un projet leur a rendu un peu le sourire, soit la construction d’une « maison de santé pluridisciplinaire ». Dix-sept professionnels de santé libéraux s’y regrouperaient pour pouvoir offrir un lieu de soins complets pour les citoyens de cette ville de 26 000 habitants. « Depuis environ dix ans, on voit nos médecins tourner les talons. Du coup, pour trouver un médecin qui puisse consulter à domicile ou à qui on peut rendre visite dans l’heure, c’est un parcours du combattant », me raconte une femme d’une cinquantaine d’années.

« Certains, poursuit-elle, disent n’avoir pas de problème à se faire soigner très vite par un médecin présent dans la ville, mais ces personnes-là entretiennent une relation amicale avec leur docteur. Mais nous, les autres, on peut crever. L’autre fois, j’ai demandé à mon médecin traitant à être prise d’urgence, mais il a refusé sous prétexte que son planning était complet. Je me suis donc tapé les urgences, mais vous savez comment c’est, hein. On en a pour des heures d’attente. J’ai finalement été prise et j’ai appris qu’il s’agissait d’une gastrite avancée, qui se serait transformée en ulcère quelques jours plus tard… Je n’ai pas cherché à consulter aux premières douleurs, je me suis dit que j’allais me soigner moi-même, sachant que pour avoir un rendez-vous, c’est mission impossible, mais j’aurai dû. »

Lundi dernier a été posée « la première pierre » de la future maison de santé pluridisciplinaire. L’honneur en est revenu à Fadela Amara, secrétaire d’Etat chargée de la politique de la ville (photo, avec le maire PS, Didier Vaillant). En fait de première pierre, il s’agit de la réhabilitation des anciens locaux de la Caisse primaire d’assurance maladie. La première pierre figure la future rampe d’accès pour handicapés. Ah ! Les grands mots…

Selon un conseiller municipal, tout roule à Villiers : « Vous savez, ici, il y a les mêmes problèmes que partout dans le monde. Et au maximum, on attend une semaine pour avoir un rendez-vous chez le médecin. Pour les généralistes, cela peut aller jusqu’à trois semaines mais ça reste raisonnable par rapport à certains coins d’Ile-de-France ! – Dans ce cas, rétorqué-je, pourquoi faire de cette soi-disant première pierre l’événement 2010 à Villiers-le-Bel si les habitants ont accès sans problème à leur médecin ? – Oh vous savez, répond l’élu, on fait ça pour marquer le fait que ces locaux sont réhabilités et non pas laissés à l’abandon. Et puis, avec cette maison de santé, les habitants de la commune auront un lieu où se retrouver, où avoir des spécialistes, des psychologues, des nutritionnistes… Autrement dit, tout sera dans un seul et même endroit. »

Une trentenaire montre moins d’enthousiasme : « Les gens de la mairie veulent comme toujours faire croire que tout est beau ici… Mais ce projet a été demandé depuis belle lurette ! On souffre tous du manque de médecins, ici. Quand tu vas chez le kiné, il y a dix personnes qui poireautent dans la salle. Pas évident quand il des bébés qui doivent être massés. »

Mon interlocutrice est quand même heureuse de l’ouverture prochaine de cette établissement de soins : « J’ai pu lire dans la brochure du projet qu’il y aurait 17 professionnels, à savoir 5 généralistes, 5 infirmières, 3 kinés, 2 chirurgiens dentistes et des spécialistes, pédicure, podologue, psychologue, nutritionniste, et j’en passe. C’est prévu pour le 15 mai. C’est bientôt mine de rien. Je pense sincèrement que ça va faire du bien à la ville. On en parle tous entre nous et je peux vous dire qu’on l’attend, cette maison de la santé ! »

Inès El Laboudy

Inès El laboudy

Articles liés

  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022
  • Le plus jeune député de France refuse de serrer la main au RN : qui est Louis Boyard ?

    Il a refusé de serrer la main à un député RN à l'assemblée nationale, il est le plus jeune député métropolitain de l'histoire de la Ve République française, il défend la jeunesse et les combats écologiques... Qui est Louis Boyard, député NUPES de la troisième circonscription du Val-de-Marne ? En s’imposant au second tour des élections législatives face à Laurent Saint-Martin, député sortant LREM, le jeune homme de 21 ans a créé la surprise. Portrait.

    Par Ayoub Simour
    Le 30/06/2022