MUNICIPALES 2014. La ville avait fait parler d’elle, malgré elle, lors de la visite dans le quartier de la Dalle par un certain Nicolas Sarkozy en 2005. A l’heure des élections municipales, l’UMP, présente sept années durant sur le fauteuil compte bien récupérer la mairie, aujourd’hui aux mains des socialistes.

De Paris, on arrive à Argenteuil par le transilien, départ de la gare Saint-Lazare, direction Mantes-la-Jolie. Un quart d’heure plus tard, le train se fraye un chemin parmi des herbes folles, traverse la Seine et entre en gare d’Argenteuil.

Là, on atterrit directement en centre-ville. Un centre-ville comme beaucoup d’autres. Des boutiques, des commerces de proximité fréquentés par des jeunes et des moins jeunes, de toutes origines.

De la gare, il ne faut pas marcher longtemps pour arriver à l’Hôtel de Ville. Il est entouré d’un parc avec des aires de jeux pour les enfants et même un cinéma. Ce jour là, un couple de personnes âgées prend la pose devant et s’embrassent comme des jeunes mariés juste sous la devise « Liberté, Egalité, Fraternité ».

A l’intérieur, une Lorraine Dietrich datant de 1910 trône et rappelle ce qu’était Argenteuil au début du XXe siècle: la première ville industrielle et ouvrière de ce qui était appelé à l’époque la « Seine et Oise ». De même, une exposition dans le hall raconte Argenteuil en 1943.

Aujourd’hui, Argenteuil est démographiquement la quatrième commune d’Ile-de-France et la première du Val d’Oise. Sa population a explosé dans la première moitié du XXe siècle et de grands ensembles ont été construits entre 1961 et 1976 à l’emplacement de l’actuel quartier du Val d’Argent. Argenteuil se divise ainsi en différents quartiers, celui du Val d’Argent donc, le centre ville, le quartier d’Orgemon Valembert, celui du Val Notre-Dame et le plus récent, celui des Coteaux.
Aujourd’hui, si Argenteuil est forte d’une histoire riche, ce passé semble loin, en effet, selon les derniers chiffres de l’INSEE, la part de l’industrie dans l’économie de la commune ne s’élevait qu’a 5,2% fin 2010. En 2009, le taux de chômage des 15 à 64 ans était de 15,2%.

C’est à la tête de cette ville diverse que l’actuel maire socialiste, Philippe Doucet souhaite être reconduit et obtenir un nouveau mandat de six ans. Face à lui, le candidat UMP est George Mothron, il fut maire d’Argenteuil en 2001 après avoir pris la ville au Parti communiste français qui la dirigeait pourtant depuis 65 ans. Il fut maire durant sept ans du fait du décalage des précédentes élections municipales de 2007 à 2008 afin d’éviter une « surcharge électorale ».

Cette année, les élections municipales se dérouleront le 23 et le 30 mars 2014, date à laquelle le verdict des urnes tombera. En attendant, pour Philippe Doucet et George Mothron notamment, la campagne pour Argenteuil s’annonce .

Latifa Oulkhouir

Articles liés

  • Au NPA : « on n’est pas idéalistes, on est révolutionnaires »

    Pour son premier meeting de campagne présidentielle, Philippe Poutou, le candidat du Nouveau Parti Anticapitaliste, avait donné rendez-vous à ses soutiens dans le 20ème arrondissement de Paris, jeudi 21 octobre 2021. Enflammés par des slogans de manifestation, les jeunes militants du parti prônent l'utilité des "petites luttes" du quotidien, plutôt que le vote utile, déjà dans toutes les têtes.

    Par Meline Escrihuela
    Le 22/10/2021
  • A la recherche des 500 signatures pour Anasse Kazib

    La course à la présidentielle passe nécessairement par l'étape des 500 signatures de parrainage d'élus pour pouvoir concourir au premier tour. Si pour certains candidats, ce n'est pas une question, pour d'autres comme Anasse Kazib, c'est déjà un premier combat à mener. Anissa Rami a suivi ses militants sur le terrain pour comprendre cette autre lutte d'influence. Reportage.

    Par Anissa Rami
    Le 06/10/2021
  • Zemmour : qu’importe le racisme pourvu qu’on ait l’audience

    Une nouvelle étape a été franchie dans la légitimation des propos racistes d'Eric Zemmour. Elle est venue d'un candidat de gauche, et d'une chaine d'information en continu, lors du face à face entre Zemmour et Melenchon sur BFM, jeudi 23 septembre dernier. Personne n'attendait de débat sur des propositions de fond concernant la précarité, la santé, ou encore la justice. Il n'a pas eu lieu. À la place, l'insulte, l'humiliation et la xénophobie devenus programme validé dans la course à la présidentielle. Édito.

    Par Jalal Kahlioui
    Le 24/09/2021