Lundi 5 mars, François Bayrou est en tournée électorale à Toulouse, la ville du « lâcheur » Douste-Blazy, ex-UDF passé à l’UMP pour un plat de lentilles (assez copieux toutefois: une belle mairie et un fauteuil au Quai d’Orsay). Après avoir rencontré des syndicalistes d’Airbus, le candidat qu’on n’ose plus appeler centriste, fait son entrée dans les locaux de l’INSA (Institut national des sciences appliquées) et de l’INPT (Institut National Polytechnique de Toulouse).

Il s’assoit autour d’une grande table où l’attendent une trentaine d’élèves ingénieurs. Fil conducteur de la discussion: l’égalité des chances. Les étudiants qu’il a en face de lui sont engagés dans un programme de soutien scolaire lancé par l’AFEV, l’Association de la fondation étudiante pour la ville. Dans cette école d’ingénieurs toulousaine, la démarche est récente. Sylvain, par exemple, élève en électronique, consacre deux heures par semaine à l’accompagnement éducatif d’un groupe de lycéens.

C’est plus qu’un suivi des devoirs. Il s’agit de susciter le goût des études, et pourquoi pas des études longues, chez des jeunes, collégiens ou lycéens de seconde, qui pensent que le monde de l’université ou des grandes écoles n’est pas fait pour eux. Sélectionnés, il faut quand même un minimum de motivation , ceux-ci sont ensuite regroupés par petites unités de trois ou quatre élèves pour suivre une fois par semaine les leçons et conseils des étudiants engagés dans ce programme de soutien.

François Bayrou a devant lui les nouveaux hussards noirs de la République, auxquels Péguy vouait un culte. Tour à tour, filles et garçons, ils se présentent. Le candidat, ancien prof, a le contact facile avec eux. Ils les questionnent, leur demande leur nom et prénom, qu’il écrit sur une feuille. Gérard se présente. Il a un parler de la « banlieue », là où il a grandi. « Je ne pense pas qu’il y ait une égalité des chances », dit-il au candidat à la présidence de la République. François Bayrou lui demande de développer ses arguments. « Je vis dans une famille de six enfants. C’est notre mère qui nous élève. Mon père n’est pas là », poursuit Gérard, qui a fait une « prépa » à Dijon avant d’être admis à l’école d’ingénieurs de Toulouse. « Ma sœur aimerait faire une école de commerce, mais pour l’instant ce n’est pas possible, il n’y a pas assez d’argent. » Bayrou demande: « Vous n’avez pas de bourse? » Gérard répond : « Si, mais ma mère en a besoin pour subvenir au foyer. »

« Je n’ai pas de baguette magique, mais je suis content de vous entendre », déclare le candidat, quand d’autres agiteraient leur carnet de chèques. Bayrou continue de questionner Gérard, qui reprend la parole : « Il faudrait plus de mixité sociale dans cette école, plus de représentants des quartiers défavorisés. Au collège, où tout se joue, il n’y a pas les moyens suffisants pour faire régner la discipline. Les jeunes essaient de trouver l’argent facile, on connaît la chanson. Mes amis? Ils sont fiers de moi ». Gérard passe le micro à son voisin. François Bayrou a pris bonne note de ses explications.

Antoine Menusier

Antoine Menusier

Articles liés

  • Le problème Roussel des élus des quartiers populaires

    Dans l’ancienne banlieue rouge, les élus locaux du PCF sont légion à serrer les dents face aux sorties réactionnaires de leur secrétaire national. L’omniprésence médiatique de Fabien Roussel et son éloignement manifeste des fondamentaux du parti commencent à être ouvertement critiqués. (Un article d'abord publié chez Mediapart, dans le cadre de notre partenariat).

    Par Héléna Berkaoui, Olorin Maquindus
    Le 04/10/2022
  • Gérald Darmanin à Mayotte : face à la détresse sociale, la répression comme seule réponse

    Lors d’une visite à Mayotte, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur et des Outre-mer, a annoncé la couleur du quinquennat à venir. Restriction du droit du sol, enfermement d’enfants encadrés par des militaires et armement de la police comme seules réponses face à la montée de la violence dans le département le plus pauvre de France. Joao Gabriel, doctorant en histoire, et Bastua Soimadoune, militante mahoraise, analysent, pour le Bondy Blog, ces annonces.

    Par Anissa Rami
    Le 05/09/2022
  • Alter-votants : remettre le droit de vote des étrangers au cœur du débat public

    #BestofBB En France, les droits des étrangers s’arrêtent à la porte des bureaux de vote. Pour lutter contre ce péril démocratique, la plateforme Alter-votants a vu le jour en 2016, pour mettre en relation des votant·e·s français·e·s avec des personnes étrangères. L'idée : faire entendre la voix de tous les résident·e·s en France et remettre au cœur du débat le droit de vote des étrangers, promis depuis bientôt 50 ans sans jamais être acté.

    Par Margaux Dzuilka, Emilie Duhamel
    Le 01/09/2022